Le pouvoir de l’oralité

Le pouvoir de l’oralité

522

« Les Contes Berbères de mon Grand-père »

(de Jamil Rahmani)

Sorti simultanément en septembre dernier, en France par les Orients éditions et en Algérie par les éditions privées Dalimen, l’auteur Jamil Rahmani propose, cette fois-ci, aux lecteurs, un très beau recueil de contes berbères.

Auteur prolifique, Jamil Rahmani  revient au devant de la scène littéraire avec un recueil  des plus intéressants intitulé« Les Contes de Mon Grand-père».  Tout au long d’une pagination de 354 pages-agréable à la lecture- le lecteur est  séduit par ces contes merveilleux, ces récits historiques s’adressant à toutes les cultures et à tous les continents. Pour rappel, cescontes berbères ont été rassemblés par le défunt anthropologue Slimane Rahmani en 1950, et  retranscris, corrigés et  mis en forme  par son petit fils Jamil Rahmani en 2022. La préface de l’ouvrage  a été confiée du vivant de Slimane Rahmani à l’un de ses élèves, à savoir, le sociologue et anthropologue orientaliste français Jacques Berque. Ce dernier n’a pas  manqué de souligner dans la préface  en question, rédigée en 1961 que : « le lecteur trouvera, je gage plus, plus de sagesse commune et plus de vérité de terroir que dans bien d’autres essais de plus grande ambition ».  L’auteurJamil Rahmani  qui rappelons-le, est  également chef du service d’anesthésie réanimation urgences à l’Institut hospitalier franco-britannique de Paris, explique pour sa part, dans l’avant-propos  que son grand-père a  recueilli les contes d’Okas dans sa région dans la moitié du vingtième siècle. « Je suis heureux, écrit-il, d’avoir participé à l’élaboration de cet ouvrage en hommageà mon grand-père, Slimane Rahmani, un homme humaniste et pieux, d’une culture immense qui maniait parfaitement toutes les langues de son pays, le berbère, l’arabe maghrébin, improprement surnommé dialectal, l’arabe littéraire et le français…Les contes sont des fragments de vies, souvent caricaturaux, destinés à éduquer, mettre en garde voire effrayer les enfants, les informer des risques de l’existence. Ces contes kabyles sont tour à tour drôles,inquiétants ou effrayants mais toujours divertissant et poétiques. J’espère que vous aurez le même plaisir que moi ».

Si le professeur d’arabe et anthropologue Slimane Rahmani  s’est attelé à recenser tous les contes de son terroir durant les années 50, ce n’est qu’à l’orée des années 60 qu’il s’est lancé dans l’écriture de ces contes pour une éventuelle publication.  Son  souhait  ne saura pas exaucé puisque il décède entre temps.  Mais heureusement que son petit fils Jamil reprendra le flambeau de la retransmission du legs laissé par sonaïeul.On y retrouve le «Wali » qui promet sa fille unique  à quatre prétendants, on y découvre la bru et les belles filles, la légende de la femme stérile et les trois mariages du serpent, on y savoure les farces d’une voisine et leurs conséquences. Il est à  noter que la correction des textes a été assurée par Farid Benmokhtar, enseignant de langue et de culture berbères à l’université Paris 8.  Quand à l’illustration, elle est signée par l’artiste autodidactefranco-iranienne Mélodie Hojabr Sadat.

En somme «Les Contes Berbères de mon Grand-père » de Jamil Rahmani transmettent des histoires intéressantes, engageant la réflexion et le questionnement à la fois.  Ces contes millénaires  ont, en outre, ce pouvoir de véhiculer des  messages de bon sens et de sagesse.

Maissane Nour

Jamil Rahmani «Les Contes  Berbères de mon Grand-père ».254 pages. Edition Dalimen et Orients éditions.Septembre 2022.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News