– Suspecté d’être porteur du nouveau coronavirus, il a ensuite toussé sur...

– Suspecté d’être porteur du nouveau coronavirus, il a ensuite toussé sur des gendarmes.

90
PARTAGER

En ces temps de confinement, le gouvernement a déjà signalé une hausse des violences conjugales rapportées aux forces de l’ordre. Samedi 28 mars au soir, un médecin du centre hospitalier Dron de Tourcoing (Nord), indique France 3 Hauts-de-France, a tenté d’étrangler son épouse à leur domicile de Cysoing, près de Lille, avant de quitter leur domicile.

Il a tenté d’étrangler son épouse

Cette dernière l’a signalé par un appel aux gendarmes. C’est Europe 1 qui a révélé l’information le 30 mars, informé par le parquet de Lille. 

Son épouse indique par ailleurs aux gendarmes que son mari, âgé de 66 ans, est en arrêt car il est soupçonné d’être porteur du nouveau coronavirus, rapporte France 3.

Ivre, l’homme retourne au domicile conjugal, et appelle les gendarmes pour signaler qu’il est prêt à être arrêté. Sur place, ces derniers lui font enfiler gants et masques pour le ramener à la brigade. 

Il retire son masque et tousse sur les gendarmes

Mais une fois dans le véhicule, le médecin retire son masque pour tousser sur les militaires, « de manière exagérée », très fort, et plusieurs fois, selon France Bleu Nord. L’homme de 66 ans se montre « très insistant », et assure aux gendarmes qu’il va les contaminer. 

L’agression envers son épouse et son comportement envers les gendarmes lui ont valu une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Lille ce lundi 30 mars.

Le médecin a été condamné à trois ans de prison, dont deux ferme pour violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique, et sur son épouse, relate France Bleu Nord

France  département  del’Hérault : Un véritable arsenal découvert chez un homme se présentant comme un gendarme retraité

Un homme a été interpellé par les gendarmes de la compagnie de Narbonne (Aude), le 25 mars.

Dans son véhicule et à son domicile, dans l’Hérault, les forces de l’ordre indiquent avoir découvert un impressionnant arsenal, avec de nombreuses armes de toutes sortes.

Epée, hache ou couteaux

Plus de 1.000 munitions, une quinzaine d’armes à feu ainsi que des armes blanches, une épée, une hache ou des couteaux, ont été retrouvés par les gendarmes.

Par ailleurs, aux forces de l’ordre, l’homme est soupçonné de s’être présenté « comme un retraité de la gendarmerie » avec une carte présumée « falsifiée ».

Commentaires

commentaires