Salama News

Salama News

468

Algérie

APN

Présentation du projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre la traite des êtres humains

 Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Abderrachid Tabi a présenté, mercredi, devant les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN), le projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre la traite des êtres humains.

Le projet de loi a été présenté en séance plénière présidée par le président de l’APN, M. Brahim Boughali, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar.

M.Tabi a indiqué, à l’occasion, que l’élaboration de ce projet de loi a pour objectif « la lutte contre ce phénomène étranger à notre société, au vu de ses répercussions néfastes notamment sur les femmes et les enfants », ajoutant que « ce crime transfrontalier en appelle à la mise en place d’une législation spécifique », d’où l’importance de ce projet de loi qui tend à « permettre à notre pays de s’adapter aux engagements internationaux, en élaborant un texte qui regroupe toutes les formes de ce crime ».

Le projet de loi souligne que « l’Etat est tenu d’assurer la protection des victimes de la traite des être humains et de renforcer la coopération institutionnelle et internationale en matière de prévention contre ce crime, outre l’implication des Collectivités locales et des institutions publiques dans la prévention contre ce phénomène, à travers l’élaboration d’une stratégie nationale qui associe la société civile ».

Le projet de loi met l’accent aussi, a-t-il dit, sur « les missions de la Commission nationale de prévention contre la traite des être humains créée en 2016, laquelle est chargée de l’élaboration du projet de stratégie nationale et de l’adoption de mécanismes de vigilance permettant de dévoiler à l’avance les différentes formes de ce crime ».

Ledit projet de loi instaure « la procédure de fuite électronique comme procédure d’investigation et d’enquête, à travers laquelle, les officiers de la police judiciaire peuvent, sur décision judiciaire, accéder aux systèmes informatiques ou tout autre système électronique visant à contrôler les suspects ».

Il prévoit pour ce phénomène des sanctions allant jusqu’à la perpétuité si la victime subit des actes de torture, une violence sexuelle ou une invalidité. La peine est également durcie en cas de crime commis dans le cadre d’un groupe organisé ou lorsqu’il s’agit d’un crime transfrontalier.

Le projet renferme des dispositions relatives à la coopération internationale, notamment dans le cadre des mesures judiciaires, l’extradition des criminels et la récupération des revenus criminels, en stipulant le respect du principe de « réciprocité », à l’exception des demandes de coopération judiciaire susceptibles de porter atteinte à la souveraineté nationale ou à l’ordre public.

Faits divers

Mise en échec de tentatives d’introduction de plus de 16 quintaux de kif traité via les frontières avec le Maroc

 Des tentatives d’introduction de plus de 16 quintaux de kif traité via les frontières avec le Maroc ont été mises en échec et 65 narcotrafiquants arrêtés dans des opérations menées à travers les Régions militaires, durant la période du 8 au 14 mars en cours, selon un bilan opérationnel publié mercredi par le ministère de la Défense nationale (MDN).

« Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée et en continuité des efforts soutenus visant à contrecarrer le fléau du narcotrafic dans notre pays, des détachements combinés de l’ANP ont arrêté, en coordination avec les différents services de sécurité lors d’opérations exécutées à travers les Régions militaires, 65 narcotrafiquants et mis en échec des tentatives d’introduction des quantités de drogues provenant des frontières avec le Maroc, s’élevant à 16 quintaux et 48 kilogrammes de kif traité, et saisi 8,55 kilogrammes de cocaïne et 36596 comprimés psychotropes », précise ce bilan.

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et « grâce aux efforts qualitatifs des services de sécurité du ministère de la Défense nationale, un terroriste dénommé Mellouki Haiballah s’est rendu hier mardi 14 mars 2023 aux autorités militaires à Bordj Badji Mokhtar en 6e Région militaire », ajoute le bilan, soulignant que « ledit terroriste qui avait rallié les groupes terroristes activant dans la région du Sahel en 2012, avait en sa possession un (01) fusil mitrailleur de type Kalachnikov, une quantité de munitions et d’autres objets ».

Des détachements combinés de l’ANP ont arrêté, en outre, « 4 éléments de soutien aux groupes terroristes dans des opérations distinctes à travers le territoire national ».

A Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar, In Guezzam et Djanet, des détachements de l’ANP « ont intercepté 124 individus et saisi 21 véhicules, 103 groupes électrogènes, 52 marteaux piqueurs, ainsi que des quantités d’explosifs, d’outils de détonation et d’équipements utilisés dans des opérations d’orpaillage illicite, tandis que 24 autres individus ont été arrêtés et 12 fusils de chasse, 39 quintaux de tabacs, 30711 unités de différentes boissons et des quantités de denrées alimentaires destinées à la contrebande et la spéculation s’élevant à 76 tonnes ont été saisis lors d’opérations distinctes à travers le territoire national », note la même source.

Durant la même période, les Garde-frontières « ont déjoué, en coordination avec les services de la Gendarmerie nationale, des tentatives de contrebande de grandes quantités de carburants s’élevant à 25063 litres à Souk Ahras, El-Tarf, Tébessa, Adrar et Bordj Badji Mokhtar ».

Par ailleurs, les Garde-côtes « ont déjoué, au niveau de nos côtes nationales, des tentatives d’émigration clandestine et ont procédé au sauvetage de 68 individus à bord d’embarcations de construction artisanale, alors que 523 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été arrêtés à travers le territoire national ».

Ces opérations exécutées par des unités et des détachements de l’ANP « ont abouti à des résultats de qualité qui reflètent le haut professionnalisme, la vigilance et la disponibilité permanente de nos Forces armées à travers tout le territoire national », conclut la même source.

Culture

Près de 20.000 exemplaires de livres en Braille bientôt disponibles

Prés de 20.000 exemplaires de différents ouvrages scientifiques et littéraires seront bientôt disponibles en version Braille, dont « 10.000 durant le mois en cours », a annoncé mardi à Alger, la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji.

S’exprimant lors de l’ouverture d’une conférence sur l’écriture en Braille, organisée par la Bibliothèque nationale d’Algérie à l’occasion de la Journée nationale des personnes aux besoins spécifiques, célébrée le 14 mars de chaque année, la ministre a annoncé « l’impression de 10.000 ouvrages durant le mois en cours », et de « 10.000 autres durant le deuxième trimestre » de l’année 2023.

Mme Mouloudji qui a souligné « l’importance accordée par son département aux personnes aux besoins spécifiques », a également rappelé que le ministère a récemment produit « 9.000 exemplaires en Braille » de neuf recueils de contes pour enfants, mis à la disposition des lecteurs gratuitement.

Consciente qu’il reste « beaucoup à faire en matière de prise en charge » des personnes aux besoins spécifiques, la ministre a cependant assuré que son département va « redoubler d’efforts pour l’intégration sociale et culturelle » de cette frange de la société, conformément aux « engagements du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, relatifs au renforcement des mécanismes de la solidarité nationale ».

A cette occasion la Bibliothèque nationale a également inauguré un espace de lecture exclusivement dédié aux personnes non-voyantes et malvoyantes.

Salon Internationale

Le 1er Salon international de l’électroménager à partir de jeudi à Alger

 

La première édition du Salon international de l’électroménager se tiendra à partir de jeudi 16 mars jusqu’à lundi 20 mars au Palais des expositions à Alger, avec la participation de près de 35 exposants, ont indiqué mercredi les organisateurs dans un communiqué. Cet événement est « l’occasion pour le public de découvrir les dernières tendances en matière d’appareils et d’équipements ménagers ainsi que les diverses modalités de financement », selon l’entreprise organisatrice de cette manifestation « One Creative ». Le salon sera également l’occasion pour les producteurs et les distributeurs, principalement de la production locale, de présenter « les derniers produits et technologies de l’industrie de l’électroménager », selon la même source.

L’exposition réunira les principaux fabricants et fournisseurs locaux et internationaux de renommée afin de présenter une gamme d’appareils et d’équipements ménagers, notamment des appareils de cuisine et de buanderie, des climatiseurs ainsi que des lave-linges, des réfrigérateurs, des cuisinières, des fours, des micro-ondes, des lave-vaisselles et des aspirateurs. Des séminaires et des ateliers animés par des professionnels du secteur seront également au menu du salon, qui aura aussi pour vocation de « favoriser la collaboration entre les professionnels du secteur et de promouvoir l’Algérie en tant que pôle d’innovation en matière de technologie domestique », souligne le communiqué.

Monde

Russie

A Moscou, Vladimir Poutine invite Bachar al-Assad pour réconcilier la Syrie avec son voisin turc…

Un entretien très attendu entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue syrien Bachar al-Assad a débuté mercredi à Moscou, au moment où le Kremlin s’efforce de réconcilier la Syrie et la Turquie.

Au début de cette rencontre diffusée à la télévision russe, le président russe a salué le « développement » des relations entre Moscou et Damas et souligné que la Russie continuait d’apporter une aide humanitaire à la Syrie après le séisme qui a frappé ce pays et la Turquie voisine le mois dernier.

En Bref

Les Nations unies estiment que l’accord international sur l’exportation de céréales d’Ukraine, qui a permis depuis l’été dernier d’atténuer une crise alimentaire mondiale, devrait poursuivre en l’état au-delà du 18 mars, même si la Russie en a divisé la durée par deux soit 60 jours.

La Lituanie a qualifié le groupe russe de mercenaires Wagner d’ « organisation terroriste » pour ses activités en Ukraine, où il combat aux côtés de l’armée russe. Wagner est présent à Bakhmout, une ville que les troupes de Moscou tentent de prendre depuis l’été au prix de lourdes pertes et où les Ukrainiens cherchent à « gagner du temps » pour se préparer à une contre-offensive qui ne devrait, selon eux, pas tarder.

Les Etats-Unis ont annoncé mardi avoir convoqué au département d’Etat l’ambassadeur russe à Washington afin de lui faire part de leur « forte objection » après « l’interception peu sûre et non-professionnelle qui a provoqué la chute » d’un drone américain en mer Noire.

Egypte

 

Les rêves de grandeur du maréchal Sissi anéantis par les revers d’une économie en faillite

Après des années de dépenses sans compter, la guerre en Ukraine a précipité l’effondrement économique du pays. Le FMI, encouragé par Riyad et Abou Dhabi, réclame une cure d’austérité et un changement de modèle.

Les rêves de grandeur d’Abdel Fattah Al-Sissi s’effondrent. La politique des mégaprojets que le raïs égyptien a promue depuis son accession au pouvoir, en 2013, pour parer l’Egypte d’une modernité aux allures de monarchie du Golfe – de la construction d’une nouvelle capitale high tech au Grand Musée égyptien du Caire – a montré ses limites. L’ère de la dépense sans compter, permise par les largesses des parrains de ce même Golfe et le creusement de la dette publique, est révolue. La guerre en Ukraine a précipité l’effondrement de l’économie égyptienne. Le Fonds monétaire international (FMI), encouragé par Riyad et Abou Dhabi, réclame une cure d’austérité et un changement de modèle économique en profondeur. Selon l’institution financière internationale, l’heure est venue de sortir du dirigisme d’Etat sur lequel l’armée a construit un empire économique, pour faire revenir les investissements étrangers et redonner sa place au secteur privé, en berne. Le Caire n’a plus le loisir de tergiverser. Alors qu’elle se remettait timidement des effets de la pandémie de Covid-19, au printemps 2022, l’Egypte a vu s’évanouir 23 milliards de dollars (21,4 milliards d’euros) de capitaux étrangers de son économie, conséquence de l’onde de choc mondiale provoquée par la guerre en Ukraine. A court de liquidités, elle se trouve désormais face à une obligation : rembourser une dette estimée à 93 % de son produit intérieur brut (PIB).

 

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News