Salama News

    302

    Algérie

    Politique

    Le président de la République reçoit la présidente du Conseil de la fédération de Russie

    Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu jeudi à Alger, la présidente du Conseil de la fédération de Russie, Valentina Matvienko, indique un communiqué de la présidence de la République.

    L’audience s’est déroulée au siège de la présidence de la République, en présence du président du Conseil de la nation, M. Salah Goudjil, du directeur de cabinet à la présidence de la République, M. Abdelaziz Khellaf, du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Amar Belani, du côté algérien et de l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, M. Valerian Shuvaev, du côté russe, souligne le communiqué.

    Tenue de la 6e session des consultations politiques algéro-polonaises

    La 6e session des consultations politiques algéro-polonaises s’est tenue mercredi à Alger sous la coprésidence du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Amar Belani, et du vice-ministre polonais des Affaires étrangères, en charge de la Politique de développement, de l’Afrique et du Moyen-Orient, Pawel Jablonski, indique un communiqué du ministère.

    Cette rencontre a permis aux deux parties de passer en revue les relations bilatérales dans leur ensemble et les perspectives de les promouvoir davantage à la faveur des réformes politiques et économiques engagées par l’Algérie et à l’aune des mutations géopolitiques actuelles, a-t-on expliqué.

    « Les échanges fructueux et approfondis ont reflété l’excellence du dialogue politique bilatéral basé sur l’amitié et le respect mutuel ainsi qu’une réelle volonté partagée de renforcer le partenariat économique et commercial entre l’Algérie et la Pologne, conformément aux orientations des deux présidents de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et son homologue polonais, M. Andrzej Duda », lit-on dans le texte.

    Selon la même source, les deux parties sont convenues de promouvoir la coopération entre l’Algérie et la Pologne dans les domaines de l’agriculture, de l’énergie, de l’industrie et des TICs, à la faveur des opportunités et des avantages qu’offre la nouvelle Loi algérienne sur l’investissement, en matière de stabilité juridique, de transparence et d’assouplissement des procédures administratives et des facilités fiscales.

    Les questions politiques internationales et régionales d’intérêt commun ont été également au menu des discussions entre les deux hauts responsables, notamment le conflit au Sahara occidental, la situation en Libye, au Sahel et au Proche-Orient, ainsi que la crise en Ukraine, a-t-on fait savoir.

    Dans ce cadre, les deux parties ont constaté avec une « grande satisfaction » la « large convergence de leurs points de vue », notamment en ce qui concerne leur ferme attachement aux valeurs et principes de la Charte des Nations unies, au respect scrupuleux du droit international et de la légalité internationale et au règlement pacifique des conflits.

    Il a été, également, souligné le rejet ferme par les deux pays de « tous les traitements discriminatoires et asymétriques qui sont à l’origine des vulnérabilités actuelles de l’architecture de sécurité collective ».

    « Le responsable polonais a tenu à affirmer que la Pologne n’accepte pas l’application de doubles standards, qu’il s’agisse de la question palestinienne ou de la question du Sahara occidental », affirme le communiqué.

    S’agissant du conflit au Moyen-Orient, les deux parties ont souligné la nécessité pour la communauté internationale d’œuvrer pour la promotion de la solution des deux Etats, qui demeure la seule voie à même de régler durablement le conflit entre la Palestine et l’entité sioniste « et, in fine, garantir la paix et la sécurité dans toute la région ».

    Dans ce même registre, le haut responsable polonais a tenu à saluer les efforts « louables » consentis par l’Algérie pour unifier les rangs des Palestiniens et de réactiver, lors du Sommet arabe d’Alger, l’Initiative de paix arabe de 2002, en prélude à la reprise des négociations entre les parties au conflit.

    Sur le conflit au Sahara occidental, M. Jablonski a rappelé « l’attachement de son pays au processus onusien pour le règlement de cette question sur la base d’une solution durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions pertinentes des Nations unies en la matière et de la légalité internationale ».

    Concernant la situation au Sahel, tout en saluant le « rôle central » de l’Algérie pour la stabilisation de cette région sensible, le haut responsable polonais a affirmé « partager pleinement l’approche algérienne holistique visant le traitement de causes profondes de l’insécurité au Sahel qui prend en charge à la fois les aspects sécuritaires et les besoins en matière de développement socio-économique ».

    A noter que M. Jablonski était accompagné d’une importante délégation qui compte, notamment, le vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Krzysztof Cieciora, et des représentants de plusieurs secteurs, dont l’énergie et l’industrie agroalimentaire.

    En marge de cette 6e session des consultations politiques, un forum d’affaires et des rencontres B2B ont été organisés à l’effet de permettre une plus grande interaction entre les opérateurs économiques des deux pays, selon le communiqué.

    Air Algérie

    Lancement d’une plateforme électronique de recueil des doléances

    Une plateforme électronique baptisée « E-doléances » dédiée au recueil des réclamations des clients d’Air Algérie a été lancée, jeudi à Alger, par la compagnie nationale de transport aérien.

    Cette plateforme conçue et réalisée à 100% par les ingénieurs de la direction des services informatiques d’Air Algérie, sur la demande de la direction commerciale de la compagnie, « est accessible et opérationnelle dès ce jeudi », ont indiqué des responsable à d’Air Algérie lors d’une présentation de cette plateforme.

    « E-doléance est accessible sept jours sur sept et 24 heures sur 24 via le lien: https://doleances.airalgerie.dz ou en scannant un code QR (code de réponse rapide) qui sera affiché au niveau des agences d’Air Algérie, des escales, à bord des appareils de la compagnie, ainsi que sur son site web, permettant aux clients d’introduire une réclamation en ligne tout en étant en mesure de suive l’évolution de son traitement », a expliqué Riadh Agha, ingénieur auprès de la direction informatique d’Air Algérie.

    Après avoir accédé à cette plateforme, l’utilisateur pourra choisir entre cinq catégories de réclamations selon sa nature qu’il s’agisse d’une doléance concernant une agence, un incident intervenu à bord des appareils d’Air Algérie, dans une des escales, une réclamation en lien avec le Contact center (centre d’appel) ou sur le site web de la compagnie, a-t-il précisé.

    La réclamation se fait en « cinq étapes faciles et rapides » qui permettent d’identifier le client, de recueillir ses coordonnées, de définir la nature de la doléance et même de joindre des fichiers (scans, photos, vidéos) dont la taille ne dépasse par les 5 mégaoctets, a-t-il ajouté.

    Ces étapes aboutissent à l’enregistrement de la réclamation et à la réception, par le client, d’un mail de confirmation comportant le numéro de référence de la doléance, permettant son suivi, mais également un lien pour introduire un recours dans le cas où la réponse du traitement de la réclamation ne satisfait pas le client, a fait savoir M. Agha.

    Le traitement des doléances se fait dans des délais « n’excédant pas les 48 heures, selon la nature de la doléance, et une notification est envoyée automatiquement au service commercial dans le cas où ce délai est dépassé », a-t-il assuré.

    Toutefois, la réponse à certaines réclamations « peut nécessiter davantage de temps, en cas où il est nécessaire de recueillir des données de différentes directions pour confirmer certaines informations », a tenu à préciser le même cadre.

    Le lancement de cette plateforme permet « une numérisation de tous les processus à commencer par la réception de la réclamation par les équipes de la direction commerciale d’Air Algérie, épaulées par la direction informatique, dans le souci de traiter l’ensemble des doléances qui parviennent de la part des clients », a indiqué la Cheffe de la division commerciale d’Air Algérie, Tekfa Hachelaf.

    Les doléances sont, ainsi « traitées et orientées vers le service concerné, qu’elles concernent une des agences ou qu’elles parviennent d’un client à bord d’un des appareils, ou de l’une des escales », a-t-elle souligné.

    Pour sa part, le directeur des services informatiques d’Air Algérie, Noureddine Dabab, a précisé que le lancement de cette plateforme « vient dans le cadre de l’application des directives émanant des plus hautes autorités du pays appelant à la facilitation des procédures aux citoyens ».    

    Cette plateforme est « une nouvelle étape dans le cadre de l’amélioration du service qu’offre Air Algérie à sa clientèle, en permettant un acheminement plus rapide de leur doléances vers les responsables de la compagnie et, de ce fait, leur traitement dans les plus brefs délais », a-t-il soutenu.

    Alger

    Sept blessés légers dans une collision entre deux trains à la gare d’Al Hamma

    Une collision entre deux trains s’est produite, jeudi au niveau de la gare d’Al Hamma (Alger), faisant sept blessés légers en état de choc, a-t-on appris auprès des services de la Protection civile.Le chargé de l’Information à la direction de la Protection civile de la wilaya d’Alger, le lieutenant Khaled Ben Khalfallah a indiqué, dans une déclaration à l’APS, qu »aux environs de 07h15, une collision s’est produite entre deux trains au niveau de la gare d’Al Hamma, faisant sept blessés légers en état de choc ».Selon le même responsable, la collision s’est produite entre un train provenant de la gare de Thenia à destination d’Alger et un autre de transport de marchandises.Quatre ambulances et un camion de la Protection civile ont été mobilisés pour l’opération d’intervention, tandis que les blessés ont été transportés vers le service des urgences du CHU-Mustapha Pacha d’Alger, ajoute la même source.

    Monde

    France

    Réforme des retraites en bref

    • Selon l’intersyndicale, plus d’1,5 million de personnes ont défilé mercredi en France lors d’une huitième journée d’action contre la réforme des retraites. La CGT en a compté 1,7 million et le ministère de l’Intérieur 480.000.
    • Un compromis scellé entre sept députés et sept sénateurs, après plus de huit heures de débats derrière les portes closes d’une commission mixte paritaire (CMP), a ouvert la voie à un vote devant les deux assemblées pour ce projet reculant à 64 ans l’âge de départ à la retraite.
    • Le texte sera examiné ce jeudi au Sénat, dominé par la droite, où l’issue favorable du vote ne fait guère de doutes. Mais c’est surtout vers le Palais-Bourbon que seront braqués tous les projecteurs à partir de 15 heures, tant l’issue du scrutin y est encore incertaine.
    • Mercredi soir, après de nouvelles consultations ministérielles, Emmanuel Macron a fait savoir qu’il souhaitait bien un vote sur cette réforme, plutôt que d’utiliser la procédure de l’article 49.3, souvent comparée à un passage en force.

    Etats Unis

    La Californie frappée par une accumulation de catastrophes météorologiques

    L’Etat le plus peuplé des Etats-Unis, qui était encore en situation de sécheresse exceptionnelle en décembre, est frappé par une succession de rivières atmosphériques qui ont causé plusieurs décès et des dégâts très importants.

    Rivières en crue, glissements de terrain, localités inondées, réservoirs sur le point de déborder… Le scénario redouté depuis des semaines en Californie par les climatologues – « rain on snow », ou pluie faisant fondre la neige – s’est réalisé. La onzième rivière atmosphérique de l’hiver, lundi 13 et mardi 14 mars, a submergé une partie de l’Etat, pilonné depuis début janvier par une succession de ces étroites bandes d’humidité se déplaçant dans l’atmosphère.
    Trois nouveaux comtés ont été déclarés en état d’urgence, mercredi 15 mars, par le gouverneur, Gavin Newsom, portant le total à 43 (sur 58), dont 13 depuis les chutes de neige record de fin février. Alimentées par la fonte de la neige à moyenne altitude, plusieurs rivières ont débordé. Alors que la pluie avait cessé mercredi en fin de journée, une centaine d’alertes aux inondations étaient toujours en cours ; plus de 200 000 habitants étaient privés d’électricité, et 88 000 résidents avaient dû quitter leur maison ou étaient invités à s’y préparer si les eaux continuaient à monter.

    Depuis fin décembre, les 39 millions de Californiens vivent au rythme de ce que les scientifiques appellent désormais une « météo en dents de scie » (whiplash weather). Après les premières rivières atmosphériques de janvier et les blizzards de neige de fin février, de la sierra Nevada jusqu’à la région de Los Angeles, une nouvelle série de tempêtes frappe la Californie. En décembre 2022 encore, l’Etat était considéré en situation de sécheresse « sévère ou exceptionnelle » sur 84 % de son territoire. Appelé « pineapple express », en référence à la production traditionnelle d’ananas à Hawaï, le phénomène météorologique a déjà fait plusieurs morts : habitants emportés par les eaux dans leur voiture ou écrasés par l’effondrement d’un toit, comme à Oakland, le 10 mars, où un employé de 57 ans a été tué dans l’entrepôt de la chaîne Peet’s Coffee.

    Guerre en Ukraine

    La Chine espère que Kiev et Moscou reprennent « les pourparlers de paix au plus vite »…

    Royaume-Uni

    Un budget pour remettre les Britanniques au travail

    Après la tempête de septembre 2022, les autorités britanniques ont présenté mercredi plusieurs mesures visant à sortir le pays de la stagnation.

    En septembre 2022, Kwasi Kwarteng, alors chancelier de l’Echiquier du Royaume-Uni, levait le voile sur un budget offrant de grandes baisses d’impôt, pensant relancer la croissance. Bien au contraire, cela déclenchait une tempête financière, un début de panique des fonds de pension et, pour finir, la démission de la première ministre conservatrice de l’époque, Liz Truss. Six mois plus tard, l’heure est à un retour à la normale : mercredi 15 mars, Jeremy Hunt, successeur de M. Kwarteng, a présenté le budget du gouvernement sans drame ni secousse. Il pouvait même se targuer d’un certain rebond. Ses services de prévisions misent sur un recul de 0,2 % du produit intérieur brut (PIB) en 2023. En temps normal, une telle stagnation n’inciterait guère à la fierté, mais il s’agit là d’une nette amélioration par rapport aux prévisions établies en novembre 2022, lesquelles évoquaient une récession de 1,4 % pour 2023.

    Ce regain n’est pas spécifique au Royaume-Uni – l’économie européenne, elle aussi, semble éviter la récession – et provient notamment du recul des prix de l’énergie. Cela permet d’entrevoir un fort reflux de l’inflation, de 10,1 % actuellement à 2,9 % à la fin de 2023, d’après les estimations des autorités britanniques. « Les Cassandre avaient tort », affirme M. Hunt.

    Commentaires

    commentaires

    PARTAGER
    Article précédentSalama News
    Article suivantSalama News