Salama News

Salama News

137

Algérie

Le secrétaire général du MDN reçoit l’Air Marshal Martin Elliott Sampson

ALGER – Le secrétaire général du ministère de la Défense nationale, le Général-Major Mohamed Salah Ben Bicha, a reçu, lundi à Alger, le Haut Conseiller de la Défense pour la région MENA, du ministère de la Défense britannique, l’Air Marshal Martin Elliott Sampson, en visite officielle en Algérie à la tête d’une délégation de haut niveau, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

« Dans le cadre des activités de coopération militaire bilatérale algéro-britannique, Monsieur le Général-Major Mohamed Salah Ben Bicha, secrétaire général du ministère de la Défense nationale, a reçu en audience, ce lundi 16 janvier 2023 au niveau du siège du ministère de la Défense nationale, l’Air Marshal Martin Elliott Sampson, Haut Conseiller de la Défense pour la région MENA, du ministère de la Défense britannique, en visite officielle en Algérie à la tête d’une délégation de haut niveau », précise la même source.

A cette occasion, « les deux parties ont entamé des discussions bilatérales, et ce, en présence du Général-Major, Directeur des relations extérieures et de la coopération du ministère de la Défense nationale et les membres de la délégation britannique. Ces discussions ont porté sur les domaines d’intérêt commun ».

A l’issue de cet entretien, « les deux parties ont échangé des présents symboliques », ajoute le communiqué.

La formation professionnelle face au défi majeur de contribuer au développement économique

AIN TEMOUCHENT-Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi a souligné, lundi à Aïn Temouchent, que son secteur faisait face au défi majeur de contribuer au développement économique, à travers la formation de hautes compétences professionnelles dans des spécialités conformes aux Objectifs de développement durable (ODD).

Lors d’une visite sur le terrain dans la wilaya de Aïn Temouchent, M. Merabi a indiqué que « le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels fait face au défi majeur de contribuer au développement économique, à travers la formation de hautes compétences professionnelles dans des spécialités conformes aux Objectifs de développement durable ».

Inspectant des ateliers de formation au Centre de formation professionnelle et d’apprentissage « Mohamed Ben Mohamed » dans la commune de Hassi El Ghella, le ministre a mis l’accent sur « la nécessité d’activer le mode d’apprentissage, étant considéré comme un indicateur d’efficacité du secteur et le meilleur moyen pour permettre à ses diplômés d’accéder au marché du travail ».

Le premier responsable du secteur a salué les partenaires économiques qui « ont toujours fait montre d’un véritable esprit de coopération avec le secteur de la formation notamment à travers les conventions signées avec de nombreux opérateurs économiques ».

Merabi s’est enquis de la conception d’un modèle de ferme écologique, réalisé par des centres de formation professionnelle de la wilaya, appelant à concrétiser ce projet dans les plus brefs délais.

Le ministre a également présidé la cérémonie de signature de deux conventions de partenariat entre la direction de la formation et de l’enseignement professionnels de la wilaya, celle de la pêche et des productions halieutiques et la Chambre des professionnels du secteur visant à mettre les structures et les compétences disponibles au service des deux secteurs, en sus d’une deuxième convention avec l’Université « Belhadj Bouchaib » pour créer un espace de coopération entre la Maison de l’entrepreneuriat et celle de l’accompagnement et de l’insertion professionnelle.

Au niveau du Centre de formation professionnelle d’El Malah, le ministre a relevé l’impératif de trouver des mécanismes permettant la commercialisation des produits des stagiaires du secteur dans le cadre de l’approche économique adoptée par son département ministériel.

Par ailleurs, et lors de sa visite de la Station de dessalement de l’eau de mer de la commune de Terga, M. Merabi a présidé une cérémonie de signature de  conventions de coopération entre la direction de la formation et de l’enseignement professionnels de la wilaya, celle des ressources en eau et l’Office national de l’assainissement (ONA), ainsi que d’autres conventions avec la Station de dessalement de l’eau de mer de Chat El Hilal, commune de Sidi Ben Adda, et l’Usine de ciment de Beni Saf.

Ces conventions tendent à établir un cadre de coopération et de coordination permettant de garantir la prise en charge des stagiaires du secteur dans les spécialités de formation pertinentes, et à introduire de nouvelles spécialités dans la nomenclature des filières de la formation et de l’enseignement professionnels, et ce en adéquation avec les besoins de ces entreprises en main d’œuvre qualifiée.

Industrie: le groupe Divindus réalise un chiffre d’affaires de 37 Mds DA en 2022

 Le groupe des industries locales Divindus a réalisé un chiffre d’affaires de 37 milliards de DA en 2022, soit une hausse de 11% par rapport à 2021, ainsi qu’une hausse de 6% de la valeur ajoutée, a indiqué, lundi, un communiqué du ministère de l’Industrie.

Ces résultats ont été présentés lors d’une réunion avec les responsables du groupe, de ses filiales et entreprises, présidée lundi par le ministre de l’Industrie, Ahmed Zaghdar, et ce dans le cadre de la poursuite de la série de rencontres d’évaluation des groupes industriels publics, a précisé la même source.

Il a été procédé, dans ce cadre, à la présentation du rapport d’activité du groupe qui a réalisé en 2022 un chiffre d’affaires de 37 Mds DA, soit une hausse de 11% par rapport à 2021, ainsi qu’une hausse de 6% de la valeur ajoutée.

A cet effet, les entreprises et les filiales ayant réalisé un bilan positif et jouissant d’une bonne santé financière ont été mises en exergue, outre celles rencontrant des difficultés, notamment financières, selon le communiqué.

Divindus Groupe ambitionne d’améliorer son chiffre d’affaires pour atteindre 43 Mds DA en 2023 (+27%) ainsi que d’augmenter son produit net de plus de 200%, notamment après la mise en service de plusieurs projets du groupe concernant principalement les usines de la céramique et de brique qui permettront de doubler la production de ces matériaux.

Divindus Groupe compte aujourd’hui parmi les principaux groupes industriels publics, étant implanté dans la plupart des wilayas, avec près de 15.000 employés répartis sur 14 filiales activant essentiellement dans la production des matériaux de construction, la transformation du bois et ses dérivés, l’éclairage public, la gestion des zones industrielles, ainsi que la prestation de services.

A l’occasion, les responsables du groupe ont exposé les principaux problèmes et obstacles qui entravent le développement du groupe, relatifs notamment à la conjoncture économique mondiale ainsi qu’à la situation de certaines filiales et entreprises du groupe concernant l’endettement.

Après avoir souligné l’importance de ce groupe, le ministre a appelé à   « redoubler d’efforts pour améliorer ses résultats et accélérer et diversifier sa production compte tenu de ses grandes capacités » pour à la fois répondre aux besoins du marché local et envisager l’exportation.

Le ministre a également insisté sur la nécessité d’améliorer la qualité des produits, d’accroître l’utilisation de la technologie pour renforcer le rendement, réduire les charges et augmenter la valeur ajoutée, et de développer les techniques de commercialisation pour décrocher de nouvelles parts de marché.

A cet égard, il a plaidé pour la création de laboratoires de recherche et développement et l’encouragement de l’innovation en coordination avec le secteur de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Le ministre a, par ailleurs, donné des instructions pour la valorisation des actifs des établissements et unités non exploités, la relance des établissements à l’arrêt et la restructuration des entreprises en grande difficulté.

Il a aussi recommandé la réhabilitation des établissements sous sa coupe à travers un plan de développement et de modernisation bien étudié.

Le premier responsable du secteur a, en outre, mis l’accent sur la nécessité d’améliorer la gouvernance à travers le recrutement de compétences, des programmes de formation périodique pour les employés, la création de centres et de laboratoires de recherche et développement, la mise en place d’un système informatique et l’accélération du processus de numérisation.

Le ministre a également évoqué les contrats de performance, qui seront un critère d’évaluation de la performance des groupes industriels publics à partir de 2023, selon le communiqué.

Monde

Libye :

Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, Abdoulaye Bathily a exhorté la Commission militaire mixte libyenne (5+5) à continuer d’œuvrer à l’application de toutes les dispositions de l’accord de cessez-le-feu, soulignant l’importance du volet sécuritaire afin de créer « un environnement politique favorable ».

M. Bathily, a annoncé le lancement d’un travail conjoint entre l’équipe internationale de surveillance du cessez-le-feu et les observateurs libyens, lors de la réunion de la commission (5+5) à Syrte, indique la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (UNSMIL) dans un communiqué publié dimanche sur son site.

S’adressant à la réunion des membres de la commission et des observateurs du cessez-le-feu, M. Bathily a déclaré : « La présence des observateurs libyens et des observateurs des Nations Unies ici renforcera la confiance entre les deux parties, et nous donnera l’opportunité d’avancer (…), et d’activer le mécanisme libyen de surveillance du cessez-le-feu ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général a exhorté la commission à « continuer d’œuvrer à la mise en œuvre de toutes les dispositions de l’accord de cessez-le-feu », soulignant « l’importance du volet sécuritaire afin de créer un environnement politique favorable ».

Le diplomate a félicité les membres de la commission mixte d’avoir parlé d’une seule voix, estimant que cette affaire « découle de leur engagement envers leur pays », appelant chacun à « cesser de parler de l’Ouest ou de l’Est, et de ne parler que de la Libye ».

Selon le communiqué, au cours de la première journée de la réunion, un certain nombre de questions ont été abordées, notamment l’avancement de l’activation du mécanisme libyen de surveillance du cessez-le-feu et le retrait des mercenaires et des combattants étrangers.

Les participants ont mené également « une discussion approfondie » sur les moyens d’obtenir plus d’engagement dans le but de « créer un environnement propice à une paix et une sécurité durables en Libye ».

Les membres de la commission ont souligné en outre « l’urgente nécessité d’unifier les institutions militaires et de sécurité en Libye », considérant que « cela accélérerait le rythme de la recherche de solutions à la crise politique ».

Par cette même occasion, M. Bathily a exprimé la disponibilité de la mission onusienne à soutenir le mécanisme libyen de surveillance du cessez-le-feu, en préparation du retrait des mercenaires et des combattants étrangers. « Le peuple libyen attend une solution durable à la crise prolongée », a-t-il déclaré.

L’émissaire onusien a ajouté: « Les Libyens ont besoin de paix, de stabilité et d’institutions légitimes. Ils aimeraient voir la richesse de leur pays utilisée au profit de tout le peuple libyen ».

Royaume-Uni

Londres déclenche la fureur des indépendantistes en Ecosse en bloquant une loi sur le genre

En usant, pour la première fois, de son droit de veto, le pouvoir britannique prend le risque de galvaniser le Parlement d’Edimbourg.


Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.

Le gouvernement britannique a choisi l’option nucléaire contre l’Ecosse. Lundi 16 janvier, Alister Jack, le ministre délégué à l’Ecosse du cabinet de Rishi Sunak, a confirmé que Londres avait l’intention de bloquer le Gender Recognition Reform Bill, une loi qui facilite le changement de genre des personnes trans, adoptée il y a à peine un mois au Parlement d’Edimbourg, en lui refusant son assentiment royal. Une étape purement formelle, mais sans laquelle aucune loi ne peut être définitivement promulguée au Royaume-Uni.

Downing Street justifie ce veto en expliquant que ce texte aurait des conséquences importantes sur l’application des lois en vigueur à l’échelle du Royaume-Uni, notamment l’Equality Act de 2010, constituant la base de la législation antidiscrimination dans le pays. « Je n’ai pas pris cette décision à la légère. Ce projet de loi [écossais] aurait eu un impact significatif en matière, notamment, d’égalité des droits en Grande-Bretagne. J’en ai conclu [qu’exercer ce veto] était une action nécessaire et appropriée », explique M. Jack.

C’est la première fois depuis la création du Parlement écossais, par dévolution de pouvoir, il y a une vingtaine d’années, que le gouvernement britannique choisit d’exercer ce veto, allant a priori à l’encontre de la volonté des élus écossais, mais prévu par le Scotland Act de 1998. Ce texte fondamental confère certes à « Holyrood » (l’assemblée d’Edimbourg) le pouvoir de voter des lois dans des domaines réservés (l’éducation ou la santé), mais il maintient ce parlement régional sous la coupe de Westminster, le Parlement britannique. Inédit et politiquement très sensible, ce blocage législatif donne des arguments en or aux indépendantistes écossais, qui contestent la souveraineté britannique, et spécialement l’autorité des conservateurs à Londres.

CHINE

Un taux de natalité historiquement bas

Le taux de natalité de la nation la plus peuplée du monde est de 7,52 naissances pour 1 000 personnes en 2021, contre 8,52 l’année précédente. Le pays fait face à un vieillissement de la population plus rapide que prévu.

La natalité en Chine a chuté en 2021 à un niveau historiquement bas, selon des données officielles publiées lundi 17 janvier, sur fond d’incertitudes face à l’avenir et du fait du coût de l’éducation.

Le pays asiatique est confronté à un vieillissement rapide de la population active, à un ralentissement économique et à la plus faible croissance démographique depuis des décennies.

Le taux de natalité du pays le plus peuplé du monde était de 7,52 naissances pour 1 000 personnes en 2021, d’après le Bureau national des statistiques (BNS). Il était de 8,52 en 2020. C’est le niveau le plus bas depuis au moins 1978, année où le géant asiatique a commencé à publier son relevé annuel de statistiques.

Des couples refroidis par la hausse du coût de la vie

La Chine a assoupli sa politique de limitation des naissances ces dernières années. Elle a autorisé les couples à avoir deux enfants dès 2016, puis trois depuis 2021. Mais ces décisions n’ont pas entraîné de boom des naissances. Les Chinois sont refroidis par la hausse du coût de la vie, du logement et surtout de l’éducation des enfants.

En 2021, le pays a enregistré 10,62 millions de naissances, selon les données officielles. Le taux d’accroissement naturel de la population a plongé à 0,34 pour 1 000 personnes l’an passé, contre 1,45 en 2020.

« Le défi démographique est bien connu, mais la vitesse du vieillissement de la population est clairement plus rapide que prévu », a déclaré Zhiwei Zhang, économiste en chef au sein du cabinet Pinpoint Asset Management.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News