Salama News

Salama News

136

Algérie

Gouvernement-walis: « consacrer l’action concertée et coordonnée entre les autorités centrales et locales »

ALGER – La rencontre Gouvernement-walis, une tradition initiée par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, « consacre l’action concertée et coordonnée entre les pouvoirs publics sur les plans central et local », a affirmé, jeudi à Alger, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad.

Intervenant lors des travaux de la rencontre Gouvernement-walis, au Palais des nations (Alger), M. Merad a souligné que cette rencontre, « consacrée comme nouvelle tradition par le Président de la République », permettra d »unifier les vues et d’intensifier les efforts pour davantage d’efficacité en matière de mise en œuvre des politiques publiques, notamment celles ayant trait au développement local socioéconomique de manière à assurer une meilleure prise en charge des préoccupations du citoyen et être à la hauteur de ses aspirations ».

Rappelant que le Président de la République « a érigé ces aspirations en objectifs à réaliser », le ministre de l’Intérieur a mis l’accent sur « l’impératif d’une nouvelle conception pour généraliser le développement à travers tout le territoire national ».

Le Président Tebboune « a adopté une méthode pragmatique reposant sur la planification par les objectifs, l’évaluation par les résultats, le suivi permanent de la dynamique de développement et l’application des instructions et des mesures prises en mesurant leur impact sur le terrain », a poursuivi M. Merad.

Revenant sur les conclusions de la rencontre Gouvernement-walis tenue en septembre dernier, M. Merad a évoqué « la feuille de route suivie sur la base des recommandations adoptées », avant de passer en revue la teneur de l’opération d’évaluation du dossier de développement des zones d’ombre.

Il a abordé, dans ce contexte, « le programme de rattrapage urgent parachevé à la fin de 2022 à travers la réalisation de 96% du total des projets financés estimés à 30.000 projets à travers toutes les wilayas du pays », relevant qu’une enveloppe de « plus de 350 milliards DA a été allouée à ce programme qui profite à près de 7 millions de citoyens ».

Le ministre a également mis l’accent sur « l’intérêt accordé par le Président de la République au développement de certaines wilayas qui accusent un retard en matière de développement, à l’instar des wilayas de Tissemsilt et de Khenchela », affirmant que les pouvoirs publics « poursuivent la mise en œuvre des programmes d’investissement publics financés par le budget de l’Etat qui ont contribué à l’amélioration des conditions de vie du citoyen ».

Les walis ont « présenté une évaluation d’étape du niveau de prise en charge des directives du Président de la République, tout en continuant le recensement des lacunes et des disparités enregistrées dans certaines régions et leur prise en charge en priorité en les incluant dans les programmes de développement ordinaires à partir de l’année en cours », a-t-il ajouté.

Signature d’un accord de coopération entre l’APS et l’agence cubaine Prensa Latina

L’agence Algérie Presse Service (APS) et son homologue cubaine Prensa Latina ont signé, jeudi à Alger, un accord visant à renforcer leur coopération bilatérale en matière d’information.

Les deux agences, représentées respectivement par le directeur général de l’APS, M. Samir Gaid, et le Président de Prensa Latina, M. Luis Enrique González Acosta, ont convenu de renforcer leur coopération bilatérale en matière d’information, à travers notamment l’utilisation mutuelle de contenus multimédias.

En vertu de cet accord, les deux agences s’offrent mutuellement l’accès à leurs contenus informatifs respectifs et s’accordent le droit d’utiliser les contenus multimédias (photographie, vidéos, infographie), et le lancement de projets conjoints.

A cette occasion, le directeur général de l’APS a mis l’accent sur l’importance de cet accord qui traduit la détermination des deux parties à hisser davantage leur coopération pour une dynamique plus soutenue aux relations historiques et privilégiées liant les deux pays.

Abordant le phénomène du fake news, M. Gaid a insisté sur la nécessité de lutter contre ce fléau qui menace la stabilité des pays, à travers une coopération étroite et la mise en place d’un mécanisme de prévention et de lutte.

De son côté, le Président de Prensa Latina a qualifié de « stratégique » l’accord signé entre les deux agences permettant de « lutter davantage contre les campagnes médiatiques menées contre nos pays ».

Le même responsable a appelé à renforcer les relations entre les deux agences à l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication, affichant la disponibilité de son agence à contribuer pour promouvoir davantage les relations de l’Algérie avec les pays de l’Amérique latine, notamment dans le domaine médiatique.

Sport : Football

Ligue 1 Mobilis: deux licences supplémentaires accordées aux clubs professionnels

Les seize (16) pensionnaires de la Ligue 1 Mobilis de football, pourront désormais engager cinq joueurs lors de l’actuelle période des transferts (mercato d’hiver), au lieu de trois comme décidé initialement, a annoncé la Ligue de football professionnel (LFP) jeudi sur son site officiel.

« Additivement à notre communiqué publié mercredi relatif à l’augmentation du nombre des licences, la LFP a été destinataire le mercredi 18 Janvier d’une correspondance émanant de la Fédération algérienne (FAF), dans laquelle elle a été informée de généraliser la mesure d’accorder deux licences supplémentaires pendant le Mercato d’hiver en cours à tous les clubs professionnels. A cet effet, tous les clubs professionnels sont désormais autorisés à recruter cinq joueurs durant l’actuelle période des transferts (Mercato d’hiver) au lieu de trois joueurs comme annoncé précédemment », a précisé l’instance dirigeante de la compétition dans un communiqué.

Dans un communiqué diffusé précédemment par la LFP, la décision de l’augmentation du nombre des licences concernait uniquement les clubs engagés dans les compétitions africaines interclubs de football 2022-2023:

Ligue des champions et Coupe de la Confédération : CR  Belouizdad, JS Kabylie, et USM Alger, avant d’être généralisée aux autres formations de l’élite.

Le mercato s’est ouvert le 2 janvier et se poursuivra jusqu’au 31 du même mois.

Monde

Turquie :

Le président Erdogan à la manœuvre pour briguer un troisième mandat

En avançant d’un mois la date du scrutin, désormais fixé au 14 mai, le dirigeant turc veut contourner un article de la Constitution prévoyant qu’« une personne ne peut être élue président que deux fois maximum ».


En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

C’est peu dire qu’elle était attendue. Après des semaines de spéculations et de tractations en tous sens, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a finalement annoncé, jeudi 19 janvier, qu’il souhaitait organiser les élections présidentielle et législatives le 14 mai, un mois plus tôt que prévu par le calendrier électoral. La décision, lourde de sens pour un scrutin considéré comme l’un des plus serrés de ces dernières décennies, a immédiatement soulevé de nombreuses questions d’ordre juridique et provoqué de vifs débats entre experts et représentants politiques, tous bords confondus.

Le chef de l’Etat, candidat à sa propre succession, a accédé au poste de premier ministre en 2003, avant de modifier la Constitution et de devenir président, directement élu au suffrage universel, en 2014. A 68 ans, M. Erdogan se présente ainsi pour la troisième fois à une présidentielle dans un contexte de crise économique profonde et d’extrême tension politique, où son autoritarisme et son conservatisme forcené font l’objet de vives contestations par de nombreux segments de la société civile turque. Pour la première fois en vingt ans, il n’est plus le favori incontesté des sondages.

Devant les membres du groupe parlementaire de sa formation, le Parti de la justice et du développement (AKP), et les caméras de télévision, M. Erdogan a d’abord tenu à placer le scrutin sous le signe d’une figure marquante et clivante de l’histoire politique du pays. Il a rappelé qu’un 14 mai, « il y a soixante-treize ans jour pour jour », avait eu lieu le triomphe du candidat Adnan Menderes, lors des premières élections du pays en 1950. Une victoire qui avait non seulement mis fin au règne sans partage du Parti républicain du peuple (CHP), la formation de Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République turque, mais qui avait aussi consacré un politicien populiste et profondément conservateur, marquant une génération de Turcs, dont le propre père de l’actuel président. Renversé par les militaires en 1960, Adnan Menderes sera pendu un an plus tard.

Pérou

La grande manifestation partie des Andes atteint Lima

Les protestataires réclament la démission de la présidente, Dina Boluarte, ainsi qu’une réforme de la Constitution. Ils progressent sans trop d’encombres sur les routes péruviennes. Venus principalement du sud du pays, épicentre des protestations depuis plus d’un mois, des milliers de manifestants, dont le gouvernement avait menacé d’empêcher le passage, convergeaient, jeudi 19 janvier au matin, vers Lima, la capitale. Loin de se sentir intimidés par l’état d’urgence décrété dans plusieurs régions le 15 janvier et autorisant l’armée à intervenir aux côtés de la police, ils se sont organisés, ces dernières semaines, pour livrer leur nouvelle bataille, la « prise de Lima », une grande manifestation prévue ce jour. Une grève générale a également été annoncée, à laquelle de nombreuses organisations syndicales, paysannes ou étudiantes, prennent part. Faisant chemin en camion, en minivan ou en bus, les manifestants venus des Andes ont l’espoir d’arriver enfin à faire entendre au pouvoir central leurs revendications : la démission de la présidente Dina Boluarte, la dissolution du Congrès et l’organisation, au plus vite, de nouvelles élections.

France

Grève du 19 janvier : 400 000 manifestants à Paris, selon la CGT

Des manifestations contre le projet de l’exécutif ont lieu partout en France ce jeudi. De fortes perturbations sont signalées à la RATP, la SNCF, dans l’éducation et dans les raffineries.

La grève contre la réforme des retraites et le report de l’âge légal à 64 ans s’annonce très suivie ce jeudi 19 janvier, notamment dans l’éducation et les transports. Selon le ministère de l’Éducation nationale, 42,35 % des enseignants sont en grève dans le primaire et 34,66 % dans le secondaire (collèges et lycées). Le taux de gréviste atteint 46,3 % à la SNCF.

Le cortège parisien s’est élancé vers 14 heures, avec en tête Laurent Berger (CFDT) et Philippe Martinez (CGT). Selon les chiffre des autorités, les manifestations ont dépassé celles de 2019 dans de nombreuses villes moyennes.

À Barcelone, à l’occasion d’un sommet franco-espagnol, Emmanuel Macron a dit espérer que les manifestations contre la réforme des retraites se feront « sans trop de désagréments » pour les Français, et « évidemment sans débordements, ni violences, ni dégradations ». La réforme des retraites a été « démocratiquement présentée, validée », et elle est « surtout juste et responsable », a ajouté le président français. L’exécutif poursuivra sa réforme « avec respect, esprit de dialogue, mais détermination et esprit de responsabilité ».   

La France s’apprête à vivre « un jeudi de galère », a résumé le ministre des Transports, Clément Beaune. La SNCF prévoit une circulation « très fortement perturbée » avec un TGV sur trois, voire un sur cinq selon les lignes, et à peine un TER sur dix en moyenne. Le métro parisien est réduit à l’essentiel, avec trois lignes fermées et dix autres ouvertes uniquement aux heures de pointe, selon la RATP, qui a conseillé le télétravail à ceux qui le peuvent. Le ciel n’est pas épargné, puisque 20 % des vols devraient avoir été annulés à l’aéroport d’Orly.

 Les syndicats se réjouissent d’une journée « très réussie »

« On a des chiffres de manifestants en province qui sont considérables, des moyennes qu’on n’a jamais atteintes. On annonçait peut-être un million, on y sera, et bien au-delà aujourd’hui », s’est félicité Laurent Escure (Unsa). Frédéric Souillot (FO) a salué une journée « très réussie » avec une « mobilisation massive ». « Mais on n’est pas là pour se compter, on est là pour peser et (…) faire reculer » le gouvernement. « La seule chose qui pourrait nous faire dire qu’on arrête c’est tout simplement que, ce soir, le gouvernement dise qu’on fait un break et retourne à 62 ans », a plaidé Pascale Cotton (CFTC).      

Commentaires

commentaires