Salama News

Salama News

193
Salama News

Algérie

Début des travaux de la Conférence internationale d’Alger « Justice pour le peuple palestinien »

Les travaux de la Conférence internationale d’Alger ayant pour thème « Justice pour le peuple palestinien », ont débuté jeudi au Centre international des conférences (CIC) « Abdelatif Rehal » à Alger, avec la participation de délégations de plusieurs pays. Organisée par le Syndicat national des magistrats (SNM) et l’Union nationale des Ordres des avocats (UNOA), cette conférence examinera les violations des dirigeants de l’entité sioniste du droit international humanitaire en Palestine, notamment dans la bande de Ghaza, ainsi que les moyens de porter plainte devant les tribunaux internationaux pour ces crimes sans précédent. La séance d’ouverture de cette conférence sera animée par le président de l’UNOA, le bâtonnier Brahim Tairi, l’ambassadeur de l’Etat de Palestine en Algérie, Fayez Abu Aita, le conseiller du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Houri Youcef, le président de l’Association du Barreau de Jordanie, représentant l’Union des avocats arabes, le bâtonnier Yahya Abu Abboud, le Bâtonnier des avocats en Tunisie Hatem Meziou, le président du SNM, Aoudeche Laïdi, le Bâtonnier des avocats en Mauritanie El Hacen Bouna, l’avocat au Barreau de Lyon, Gille Devers, ainsi que l’académicien et politicien palestinien Sami Abu Zuhri. Au cours de la première séance prévue la matinée, cinq conférences seront animées avec pour  thèmes « Les graves violations des dispositions du droit international humanitaire par les dirigeants de l’occupation à Ghaza », « La mission du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) mise à l’épreuve », « Les mécanismes disponibles pour le renvoi du cas de la question palestinienne », « Les mécanismes de notification des organisations internationales des violations graves commises à l’encontre du peuple palestinien », « La CPI, une analyse comparative entre la question palestinienne et la question ukrainienne ». Quant à la deuxième séance, prévue l’après-midi, les thèmes abordés porteront sur « Le jugement des auteurs de crimes génocidaires contre le peuple palestinien, devoir collectif des avocats », « L’efficacité du renvoi du cas de la question palestinienne devant les tribunaux nationaux en application du principe de la compétence universelle », « Les techniques de documentation des crimes internationaux commis par l’occupation sioniste à Ghaza », « Le nouvel holocauste, entre la puissance et la loi ». La troisième et dernière séance sera consacrée aux conclusions de la conférence et à la présentation des rapports des ateliers. Quatre ateliers ont été dédiés, mercredi, à la définition des différents aspects liés aux violations commises par l’entité sioniste en Palestine, le premier ayant été consacré à la documentation des crimes de l’occupant sioniste, à travers le recensement des documents collectés écrits et filmés, le recensement de toutes les informations et données et leur distribution aux ateliers, selon la spécialité et le besoin. Le deuxième atelier a concerné les cadres de la Cour pénale internationale (CPI), l’examen « des mesures suivies pour la saisine du procureur général près la CPI, en veillant à rédiger un avant-projet de saisine ». Le troisième atelier relatif à la poursuite pénale devant les tribunaux internationaux qui ont adopté la compétence universelle entre autres tribunaux internationaux, a débattu de la mise en place d’une feuille de route pour engager les poursuites devant les tribunaux internationaux adoptant ledit principe et les autres tribunaux à l’échelle mondiale. Le quatrième et dernier atelier a concerné les plaintes devant être déposées auprès des organisations et instances internationales, à travers l’élaboration d’une feuille de route et en identifiant les instances et organisations internationales dépositaires des plaintes et rapports.

L’Algérie reconduite à l’unanimité pour siéger au Conseil Exécutif de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques pour un mandat de deux ans

L’Algérie a été reconduite mercredi par la 28ème session de la Conférence des Etats parties à la Convention sur les Armes Chimiques à l’unanimité pour siéger au Conseil Exécutif de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC), au titre de la région de l’Afrique, pour un mandat de deux ans, à compter du 12 mai 2024. Par la même occasion, l’Algérie a été élue, en la personne de l’Ambassadeure Salima Abdelhak, à la présidence du Comité plénier de la 28ème session de la Conférence des Etats Parties, par voie de consensus, au titre de la région Afrique. Ces deux élections représentent un renouvellement de confiance dans le rôle positif de notre pays dans le domaine du désarmement chimique et de son engagement à atteindre les objectifs de la Convention sur les armes chimiques. L’Algérie continuera à travailler en coopération avec les membres du Conseil, dont les industries chimiques sont les plus importantes au monde, en vue d’élaborer des politiques et initiatives visant le renforcement de la sécurité mondiale, la prévention de la prolifération des armes chimiques et la promotion de la coopération internationale dans ce domaine. Il convient de noter que l’Algérie participe aux travaux de cette session avec une importante délégation composée de représentants de l’Autorité Nationale chargée de la mise en œuvre de la Convention sur les Armes Chimiques, le Ministère des Affaires Etrangères et de la Communauté nationale à l’étranger et la Représentation Permanente d’Algérie auprès de l’OIAC, dirigée par la Représentante Permanente l’Ambassadeure Salima Abdelhak. L’Ambassadeure a fait une déclaration nationale à cette session mettant en relief les questions d’intérêt pour notre pays dans le domaine chimique ainsi que d’autres questions pertinentes au niveau international, à l’instar de la guerre contre Ghaza pour laquelle la délégation algérienne avait placé une pancarte en guise de solidarité avec le peuple palestinien qui vit sous une agression brutale sans précèdent au cours de cette période. Elle a souligné la nécessité de préserver les acquis réalisés dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention sur les Armes chimiques et la nécessité de promouvoir la coopération entre les Etats sur la base d’un dialogue constructif et inclusif afin de s’éloigner de la polarisation et la politisation des travaux de l’Organisation et parvenir à des décisions consensuelles permettant la promotion de la Paix et la Sécurité Internationales. Elle a également relevé le rôle joué par l’Algérie dans la contribution aux activités de l’Organisation visant à renforcer les capacités des Etats africains en matière de la réalisation des objectifs de la Convention. Elle a mis en relief l’organisation par l’Algérie de l’exercice Chemex Afrique, en collaboration avec le Secrétariat technique de OIAC du 23 septembre au 4 octobre 2023, dont le succès a été souligné par aussi bien le Directeur Général de l’Organisation que par plusieurs délégations lors de la session. De plus, elle a réitéré la volonté de l’Algérie de poursuivre sa coopération fructueuse avec le Secrétariat technique en organisant plusieurs événements qui contribueraient à assister les Etats africains à relever les défis sécuritaires dans le domaine chimique, notamment les activités qui s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre le terrorisme chimique, qui constitue l’une des priorités de l’Organisation après l’achèvement de la destruction de tous les stocks déclarés d’armes chimiques en juillet dernier. A cette occasion, la Représentante Permanente de l’Algérie a abordé le principe de l’universalité de la Convention sur les Armes Chimiques, qui représente aussi un des objectifs fondamentaux de la Convention, soulignant l’urgence de lui accorder une importance particulière à la lumière de l’agression contre le peuple palestinien. A cet égard, elle a demandé au Directeur Général et au Secrétariat technique de continuer à travailler avec les Etats Parties à la Convention en vue de concrétiser ce principe. Par ailleurs, tout en se félicitant de la rencontre entre le Ministre des Affaires Etrangères du Soudan du Sud et le Directeur Général de l’Organisation à Alger, le 3 octobre 2023, en marge de l’exercice Chemex Afrique, elle a tenu à indiquer qu’il existe des grandes craintes que l’occupant sioniste, qui n’est pas membre de la Convention, puisse recourir à l’utilisation d’armes chimiques dans son agression contre des Palestiniens livrés à une catastrophe humanitaire sans précédent. Dans sa déclaration, elle a exprimé le soutien de l’Algérie à la demande faite par l’Etat de Palestine au Secrétariat technique relative à la fourniture de l’assistance technique dans le cas de l’utilisation d’armes chimiques et l’ouverture d’une enquête sur l’utilisation de telles armes en Palestine, Etat partie à la Convention sur Armes Chimiques.

Sport/ Classement Fifa

L’Algérie, 30e, gagne trois places

La sélection algérienne de football a gagné trois places et occupe la 30e position au classement mondial de la FIFA du mois de novembre, publié jeudi par l’instance internationale sur son site officiel. Cette progression s’explique par les deux victoires décrochées par les Verts à l’occasion des rencontres disputées en octobre dernier face à la Somalie (3-1) et devant le Mozambique (0-2), pour le compte des premières journées des qualifications de la Coupe du monde 2026.

Sur le plan continental, le classement de la sélection algérienne n’a pas connu de changements par rapport au dernier classement de la FIFA et garde ainsi le 4e rang.

En haut du classement mondial, l’Argentine championne du monde 2022 au Qatar, conserve son avance sur la France (2e).

En revanche, l’écart se creuse entre les Bleus et leur poursuivant direct, l’Angleterre (3e).

La Belgique (4e) garde son rang, mais voit le Brésil (5e) revenir et frapper à la porte du Top 4.

Aucun changement pour les autres sélections au Top 10 mondial.

INTERNATIONAL

Moyen-Orient

Agression contre Ghaza

La Chine appelle à une « trêve humanitaire durable »

 La Chine a appelé jeudi à une « trêve humanitaire durable » à Ghaza,, au moment où des médiateurs internationaux tentent d’obtenir une nouvelle prolongation de la cessation des combats. « Toutes les parties concernées doivent (…) instaurer immédiatement une trêve humanitaire durable et prolongée », a exhorté le ministère chinois des Affaires étrangères dans un document. Le texte appelle à un « cessez-le feu et à la fin des combats ». Il demande également au Conseil de sécurité de l’ONU d’envoyer un « signal clair » d’opposition aux « déplacements forcés de civils palestiniens » et d’appeler « à libérer tous les civils et otages détenus ». L’organe des Nations unies doit « exiger des parties concernées qu’elles fassent preuve de retenue afin d’éviter que le conflit ne s’étende », ajoute le document. Entrée en vigueur le 24 novembre pour quatre jours et prolongée de deux, la trêve a expiré jeudi après avoir permis la libération de 70 otages sionistes et étrangers et 210 prisonniers palestiniens. 14.854 palestiniens, dont 6.150 âgés de moins de 18 ans, sont tombés en martyrs dans les frappes de l’occupant sioniste. Le président chinois Xi Jinping a appelé dans un message rendu public jeudi par l’agence officielle Chine nouvelle à la convocation « dès que possible d’une conférence internationale de paix faisant davantage autorité » pour résoudre le conflit. Dans ce texte adressé à une réunion de l’ONU consacrée à la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, il exhorte également le Conseil de sécurité à « faire tout son possible » pour « promouvoir un cessez-le-feu » et « prévenir toute catastrophe humanitaire ».

Ghaza : Prolongation de la trêve humanitaire d’un jour jusqu’à vendredi

La trêve entre l’entité sioniste et la Resistance palestinienne sera prolongée d’un jour jusqu’à vendredi, a confirmé jeudi le Qatar, pays médiateur, alors qu’une pause humanitaire de six jours dans la bande de Ghaza était sur le point de s’achever, rapporte l’agence palestinienne Wafa.Les parties palestiniennes et (sioniste) sont convenues de prolonger la trêve humanitaire dans la bande de Ghaza d’une journée supplémentaire », a déclaré dans un communiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari.

Le Hamas a déjà annoncé tôt jeudi la prolongation de la trêve d’un jour.

La prolongation de la trêve se fait aux mêmes conditions que celles des autres pauses à savoir l’arrêt des activités militaires et l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Ghaza, a expliqué M. Ansari. Il a ajouté que la trêve se déroulerait « dans le cadre de la médiation conjointe du Qatar, de la République arabe d’Egypte et les Etats-Unis ».

Emirats Arabe Unis

Sommet de la COP28 à Dubaï : « il faut sortir des énergies fossiles » selon l’ONU

La COP28 s’ouvre ce jeudi à Dubaï. Une grand-messe du climat indispensable à l’heure où le réchauffement climatique semble plus dévastateur que jamais. Mais la question avec ce genre de rendez-vous est toujours la même : servira-t-il à quelque chose ?

Amérique

Brésil 

Sécheresse en Amazonie

L’État d’Amazonas, le plus grand du Brésil, est confronté depuis des semaines à la pire sécheresse de son histoire. Les fleuves sont à sec, conséquences du changement climatique et de l’impact d’El Niño. Le gouvernement local a déclaré l’état d’urgence dans les 62 villes de l’État. 152 000 familles sont concernées, soit quelque 600 000 personnes.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News