Salama News

Salama News

148
Salama News

Algérie

Les textes d’application des lois sur la presse écrite et électronique et l’activité audiovisuelle « fin prêts »

Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab a affirmé, mardi à Alger, que les textes d’application des lois relatives à la presse écrite et électronique et à l’activité audiovisuelle étaient « fin prêts » et « seront soumis au Secrétariat général du Gouvernement ». S’exprimant à l’issue de l’adoption des deux textes de loi par les membres du Conseil de la nation, lors d’une plénière présidée par, M. Salah Goudjil, président du Conseil, M. Laagab a indiqué que les textes d’application des lois sur la presse écrite et électronique et l’activité audiovisuelle étaient « fin prêts et seront soumis au Secrétariat général du Gouvernement, une fois les deux lois publiées dans le journal officiel ». Qualifiant les deux textes de loi d »‘acquis très important » pour « la mise en place d’un système médiatique organisé et puissant », le ministre a formé le vœu de voir cet arsenal juridique contribuer à « la promotion de la pratique professionnelle aux plus hauts niveaux ». M. Laagab a exprimé, à cette occasion, la détermination de son département ministériel à « poursuivre la concrétisation des orientations et des décisions du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, concernant le secteur médiatique, conformément aux dispositions de la Constitution de 2020 et les lois régissant le secteur ». Il sera, également, procédé à « la restructuration des différentes filières dans le secteur de l’Information et de la communication, en tête desquelles les imprimeries, suivant les orientations du Président de la République », a-t-il révélé. « D’autres filières seront concernées, par la suite, par cette démarche à l’instar de la radio-diffusion, des radios locales et bien d’autres propositions formulées lors de l’examen des deux textes de loi », a-t-il ajouté.

Presse

Les lauréats du concours « Media Star » primés

Les lauréats de la 16ème édition du concours « Media Star », organisé par l’opérateur de téléphonie mobile Ooredoo sous le thème « la numérisation en Algérie : acquis, enjeux et perspectives », ont été primés lors d’une cérémonie tenue mardi soir à Alger.

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée en présence du ministre de la Communication, Mohamed Laagab, et du ministre de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi Triki.

Douze lauréats, sur un total de 158 participants, ont été sélectionnés dans quatre catégories, à savoir « Médias électroniques », « Presse écrite généraliste et spécialisée », « Programme radiophonique » et « Programme télévisuel ».

Dans la catégorie « médias électronique », le premier prix a été décerné au journaliste, Rekkab Mounir, du site d’information Echouroukonline, le deuxième prix est revenu à Abderrahmane Timizar du site d’information « Algérie-Med-Info » et le troisième à Safa Ouidad Laouedj du site d’information « Tadamsa news ».

Dans la catégorie presse écrite, le premier prix a été octroyé à Mustapha Bestami du quotidien El Khabar, le deuxième prix à Wahiba Slimani du quotidien Echorouk El Yaoumi et le troisième à Lamia Harzalaoui du quotidien El Fedjr.

Dans la catégorie programme radiophonique, Hinda Tobal de la Radio chaine 1 a reçu le premier prix, alors que le deuxième et le troisième prix ont été décernés respectivement à Redha Menassel de la Radio Chaine 3 et à Abderrezak Dendani de la Radio Bordj Bou Arreridj.

Dans la catégorie programme télévisuelle, c’est Sofiane Moknine de l’ENTV qui a obtenu le premier prix, suivi par Billel Belkacemi d’Ennahar TV et de Asma Naili d’Ennahar TV.

Durant cette cérémonie, une minute de silence a été observée à la mémoire des martyrs palestiniens et un vibrant hommage a été rendu au correspondant de presse de la chaine publique ENTV, le Palestinien, Wissem Abou Zeid, en reconnaissance à sa bravoure et son professionnalisme pour retransmettre la persécution et l’oppression subies par le peuple palestinien.

Un hommage a également été rendu à d’éminentes personnalités algériennes, qui ont laissé leur empreinte dans le monde de la presse.

 Conseil de la nation

Goudjil met en avant l’importance stratégique des médias

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, a mis en avant mardi « l’importance stratégique » des médias, qu’il a qualifiés de « fenêtre et vitrine » pour la promotion de l’image réelle de l’Algérie d’aujourd’hui, indique un communiqué du Conseil. Dans son allocution au termes d’une séance plénière du Conseil consacrée à l’adoption de trois projets de loi relatifs à l’information et à l’agriculture, M. Goudjil a estimé que la promotion de l’image réelle de l’Algérie se manifestait notamment à travers « la mise en évidence des réalisations et des acquis réalisés aux niveaux local et national, grâce aux sages politiques, aux approches judicieuses et à la clairvoyance du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, dans le cadre de la concrétisation de ses 54 engagements contractés devant le peuple algérien ». « Les positions de l’Algérie vis-à-vis des différentes questions internationales », sont également mises en avant, en se référant aux dispositions de la Constitution du 1er novembre 2020, laquelle a « donné la véritable définition de l’Etat et de l’exercice de la Démocratie, en s’inspirant de notre immuable référence novembriste », soutient M. Goudjil. A ce propos, le président du Conseil de la nation a condamné les pratiques « racistes et hideuses » des médias occidentaux « hypocrites » qui n’ont jamais cessé de « plaider pour la liberté d’une presse démocratique qui soit capable de transmettre la réalité sans la travestir », alors que leurs couvertures « biaisées et artificieuses » des événements douloureux et horribles commis par l’entité sioniste sur les terres palestiniennes, notamment à Ghaza « ont démasqué leurs mensonges et levé le voile sur leur visage hideux et raciste ». Le président du Conseil de la nation a fait une comparaison entre les exactions commises contre le peuple algérien durant la période coloniale et les agressions contre le peuple palestinien par l’entité sioniste qui « veut faire croire à l’opinion publique mondiale qu’elle mène une guerre contre des méchants et des terroristes ». M. Goudjil a souligné dans son intervention la différence entre le résistant qui défend sa patrie et ses Lieux saints des mains des occupants en vue d’arracher son indépendance et sa liberté, et les criminels qui n’épargnent ni femmes, ni enfants, ni personnes âgées violant ainsi toutes les chartes internationales et humanitaires ». Le peuple palestinien « lutte pour la libération de son pays du joug colonial sioniste. Ce n’est point un peuple terroriste », a-t-il ajouté, appelant ce dernier à unifier ses rangs et à parler d’une seule voix, loin des voix qui lui proposent des solutions vaines qui, non seulement ne porteront jamais leurs fruits, mais tireront la cause palestinienne vers là-bas.      Il a, également, rappelé pour ce qui est de la lutte du peuple algériens, les élucubrations et prétendues solutions proposées par l’occupant française à l’époque, à instar de « la paix des braves » et des négociations en présence d’une tierce partie, des solutions « toutes rejetées en faveur de la poursuite de la lutte jusqu’au recouvrement de l’indépendance totale et de la souveraineté du pays ». Aujourd’hui, les Algériens sont fiers « des positions historiques de notre pays inspirées des principes novembristes immuables, des positions de défense des peuples palestinien et sahraoui pour qu’ils arrachent leurs droits », a-t-il mis en avant, se félicitant du dernier discours du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune prononcé à l’occasion des travaux de l’AG de l’ONU, où il a rappelé la nécessité d’octroyer à la Palestine la qualité de membre à part entière à l’ONU. « L’Algérie sera membre non permanent du Conseil de sécurité à partir de janvier 2024, et se consacrera à la défense des causes justes de par le monde et à la promotion de la paix et de la sécurité internationales », a-t-il poursuivi. A rappeler que le Conseil de la nation a adopté les textes de lois relatifs à la presse écrite et électronique, à l’activité audiovisuelle, aux forêts et au patrimoine forestier.

Le président de la République réitère l’engagement constant de l’Algérie à soutenir la lutte légitime du peuple palestinien et sa juste cause

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a réitéré, mardi, l’engagement constant de l’Algérie à soutenir la lutte légitime du peuple palestinien et sa juste cause pour le recouvrement de tous ses droits inaliénables et non négociables. Dans un message à la veille de la célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le Président Tebboune a indiqué que la célébration de cette journée intervenait « dans des conditions particulières et douloureuses marquées par l’agression de l’occupant barbare contre la bande de Ghaza et les territoires occupés ». Il a réitéré, dans ce cadre, « l’engagement constant de l’Algérie à soutenir la lutte légitime du peuple palestinien et sa juste cause pour recouvrer tous ses droits inaliénables et non négociables, en tête desquels son droit à l’établissement d’un Etat palestinien indépendant sur les frontières du 4 juin 1967, avec pour capitale El Qods Echarif, conformément aux résolutions onusiennes et aux références internationales pertinentes ». Le président de la République a rappelé, dans son message, les « lourds sacrifices du peuple palestinien et ses souffrances prolongées des complots et des épreuves qui ont visé sa terre, son unité et ses lieux saints », rendant hommage à « ce peuple résistant en dépit de toutes les violations odieuses auxquelles il est confronté, et les tentatives désespérées de liquider sa cause et d’avorter les bases sur lesquelles pourrait reposer toute solution devant mettre un terme à l’occupation et à la tragédie des frères palestiniens ».

« Cette journée de solidarité intervient dans un contexte où le peuple palestinien, dans toutes les régions de ses terres et particulièrement dans la bande de Ghaza, fait face à une agression criminelle horrible qui vise à l’éliminer ethniquement », a-t-il ajouté, affirmant que « l’occupation sioniste, qui a échoué à étouffer la flamme de la lutte dans le cœur de ce peuple résistant, tente cette fois-ci en commettant des crimes odieux du rang des crimes contre l’humanité, de l’apartheid et des crimes d’extermination, de l’éliminer existentiellement ». Le Président Tebboune a relevé, à cet égard, la nécessité de « redoubler d’efforts, d’oeuvrer à faire prévaloir les principes et objectifs de la Charte des Nations unies, de fournir la protection nécessaire au peuple palestinien, de mettre fin à l’injustice historique dont il est victime, et de se mobiliser immédiatement pour sauver le processus de paix qui connait un blocage sans précédent ». Il a estimé que « cela ne sera possible que si l’on oblige l’occupation à se conformer aux résolutions de la légalité internationale, à s’engager à respecter les règles du droit international, et à avancer dans le renforcement des acquis juridiques et diplomatiques du peuple palestinien, notamment en intensifiant les efforts pour permettre à la Palestine d’obtenir la pleine adhésion à l’Organisation des Nations unies ». Le président de la République a réitéré « le rejet catégorique par l’Algérie de toutes les tentatives visant à effacer cette cause juste, que ce soit par l’imposition de la politique du fait accompli à travers laquelle l’occupation tente de porter atteinte à l’identité des lieux saints islamiques et chrétiens dans les territoires occupés, ou à changer leur composition démographique à travers ses politiques de colonisation, ou les tentatives de contourner les vérités de l’histoire et de la légalité ».  

« L’Algérie qui a payé un prix élevé pour recouvrer sa souveraineté et son indépendance, et dont la terre a été témoin, il y a trente-cinq ans, de la proclamation de l’Etat palestinien, demeurera fidèle à son engagement à soutenir les causes de libération et ne ménagera aucun effort pour soutenir la résistance du peuple palestinien jusqu’au recouvrement intégral de tout ses droits », a conclu le Président Tebboune.

INTERNATIONAL

Moyen-Orient

Violents affrontements après des attaques de l’armée d’occupation israélienne contre plusieurs villages en Cisjordanie

 En dépit de la trêve humanitaire décrétée depuis vendredi dernier dans les territoires occupés, l’entité sioniste poursuit méthodiquement son agression contre le peuple palestinien dans plusieurs villages de la Cisjordanie occupée, rapporte mercredi l’agence palestinienne Wafa qui fait état d’affrontements entre des jeunes palestiniens et les forces de l’occupant qui utilisent des munitions de guerre contre des manifestants désarmés.  Mardi soir, les forces d’occupation sionistes avaient pris d’assaut les bourgades de Dura et Al-Dhahiriya, au sud d’Al Khalil, et Beit Awa, à l’ouest, indique Wafa, citant des sources locales, qui font état d’attaques des soldats sionistes de la bourgade de Dura et les zones de Haniniya, Al-Majnouna, Al-Majwar et le village de Kharsa. D’importants détachements militaires des forces sionistes ont également pris d’assaut, ajoute Wafa, Al-Dhahiriya et ont attaqué les quartiers de Douma, Al-Mashrou et le centre de la bourgade. Elles ont également attaqué un certain nombre de magasins et saisi les enregistrements de plusieurs caméras de surveillance, comme elles ont pris d’assaut la bourgade de Beit Awa et attaqué plusieurs quartiers. Dans la ville d’Ariha, les forces sionistes ont attaqué mardi soir les camps d’Ain Sultan et d’Aqaba Jabr, rapportent des sources locales selon lesquelles des bulldozers ont été déployés par l’armée d’occupation contre des maisons des localités d’Ain Sultan et Aqaba Jabr. De violents affrontements ont éclaté toujours mardi soir dans ces bourgades et les soldats de l’entité sioniste ont tiré à balles réelles contre les jeunes manifestants, notamment à Ain Sultan et Aqbat Jabr, souligne par ailleurs Wafa qui indique qu’un jeune palestinien a été blessé par balles lors de l’invasion de la ville de Beitunia, à l’ouest de Ramallah. En outre, les forces d’occupation sionistes ont arrêté dans la soirée de mardi une jeune palestinienne à l’entrée de la bourgade de Sinjil, au nord de la ville de Ramallah.

Appel à la création d’un système judiciaire international indépendant pour demander des comptes à Israël

 Les participants à la conférence juridique sur la situation en Palestine occupée et les mécanismes et moyens juridiques permettant de traduire les dirigeants de l’entité sioniste en justice ont appelé, mardi à Alger, à la création d’un système judiciaire international indépendant pour demander des comptes à l’entité sioniste et lui imposer des sanctions pour ses violations du droit international humanitaire, soulignant l’impératif de hâter la réforme du Conseil de sécurité pour garantir la pérennité du multilatéralisme international. Dans une allocution prononcée à cette occasion, le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Abdelmadjid Zaalani, a affirmé que « le règlement de la question palestinienne est une urgence », au moment où les crises et conflits dans le monde s’enchaînent de manière sans précédent, mettant en garde contre l’avenir sombre qui attend l’humanité si elle ne met pas fin à cette tragédie. Soutenant que l’opération « Déluge d’Al Aqsa » du 7 octobre dernier avait ravivé la cause palestinienne, occultée pendant plusieurs années, M. Zaalani a souligné qu' »au regard du droit international, il ne s’agissait pas d’une agression contre les forces sionistes, mais d’une légitime défense après des années d’occupation illégitime ».

Il a appelé, dans ce sens, à la nécessité « d’adopter le principe de proportionnalité absolue pour prouver les crimes commis par l’occupation sioniste dans les territoires palestiniens ». Pour sa part, Mme Hajer Gueldich, maître de conférences agrégée en droit international public à l’Université de Carthage et ex-présidente de la Commission du droit international de l’Union africaine (UA), a passé en revue les différents crimes subis par le peuple palestinien depuis des années, alors que le devoir juridique, moral et humain exige, a-t-elle dit, la garantie de la paix et de la sécurité internationales et le respect des chartes internationales.

Mme Gueldich a déploré l’incapacité du Conseil de sécurité à faire appliquer les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies en faveur des Palestiniens. Cela témoigne, selon elle, de « l’échec patent du système des Nations Unies ».   C’est pourquoi, l’ONU doit se tenir à distance des polarisations et se concentrer davantage sur son rôle et la responsabilité qui lui incombe en vertu de la Charte des Nations Unies, a insisté l’intervenante, soulignant la nécessité de réformer l’organisation onusienne pour permettre au Conseil de sécurité d’agir face aux menaces croissantes contre la paix et à la sécurité internationales. Mme Gueldich a, par ailleurs, appelé les pays du Sud à « promouvoir le système des valeurs » afin qu’ils puissent peser sur l’échiquier mondial. Pour sa part, Mohamed Nabil Yahiaoui, expert en droit international, a plaidé pour l’adoption de la compétence universelle dans la législation algérienne et dans les législations de tous les pays épris de liberté pour acculer l’entité sioniste et prouver les crimes commis dans la bande de Ghaza. Après avoir déploré l’inertie du Conseil de sécurité s’agissant de la cause palestinienne, M. Yahiaoui a exhorté la Cour pénale internationale (CPI) à « préserver sa crédibilité en rendant justice aux peuples opprimés », précisant que « parmi les mécanismes permettant d’intenter une action en justice contre l’entité sioniste, il y a la possibilité pour le Procureur général de cette cour internationale de s’autosaisir pour enquêter sur les crimes de guerre commis ». Selon lui, la situation actuelle exige d’agir sur deux fronts en intentant une action auprès de la CPI pour les crimes de guerre commis par les sionistes : le front politique pour faire pression en ce sens et le front juridique à travers la collecte d’un maximum de preuves (images, vidéos, documents sonores, etc.) à soumettre à la CPI.

France

Une secte internationale de yoga démantelée, son gourou et 41 personnes arrêtés

Un total de 41 personnes ont été interpellées mardi en France, soupçonnées d’être liées à une secte internationale accusée de nombreuses dérives sous couvert de pratique du yoga, a-t-on appris de sources judiciaire et proche de l’enquête. Les explications de Sébastien Farcis, correspondant RFI en Inde.

Une BD enquête sur l’assassinat à Paris de la militante anti-apartheid Dulcie September

France 24 reçoit Benoît Collombat auteur de « Dulcie, du Cap à Paris, enquête sur l’assassinat d’une militante anti-apartheid ». Une bande dessinée documentaire, illustrée par Grégory Mardon qui revient sur l’assassinat de la militante anti-apartheid sud-africaine à Paris en mars 1988.

AFRIQUE

Sénégal

Karim Wade dépose sa caution pour se présenter à la présidentielle

Depuis 2016, Karim Wade n’a jamais remis les pieds au Sénégal. Et à moins de trois mois du scrutin, beaucoup se demandent ce qu’attend le candidat désigné du Parti démocratique sénégalais pour rentrer au pays. Ce lundi, le fils et ancien ministre d’Abdoulaye Wade a fait déposer sa caution de 45 000 euros, un pas de plus vers une candidature à l’élection de février. Condamné pour enrichissement illicite en 2015, il avait été gracié l’année suivante après 3 ans de détention. Aujourd’hui son absence soulève beaucoup de questions.

Togo

L’opposition juge la date des prochaines élections « pas réaliste »

L’opposition au Togo a jugé mardi que la date des élections législatives et régionales, prévues selon le gouvernement « au plus tard à la fin du premier trimestre 2024 », n’était « pas réaliste », disant aussi craindre « un vide institutionnel ».

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédent
Article suivantSalama News