Communiqué

Communiqué

353

Pour la mise en place d’un guichet unique de prise en charge des femmes victimes de violence

Les violences subies par les femmes et les filles constituent l’une des violations des droits humains les plus répandues dans le monde.

En Algérie le phénomène n’est pas des moindres, il tend à s’exacerber d’année en année et le dispositif existant n’est plus à même d’y faire face dans son fonctionnement actuel.

La volonté politique s’est exprimée par la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre les violences faites aux femmes, d’un numéro vert, de l’ouverture de deux centres d’accueil à Mostaganem et Annaba, la formation des policiers à la prise en charge des victimes et l’accueil humanisé des services de médecine légale. Par ailleurs, les associations mènent des actions d’écoute, d’accueil, d’accompagnement et d’hébergement. Toutefois l’écart entre le nombre de femmes violentées et de celles qui parviennent au bout du parcours reste énorme. L’analyse de la situation a fait émerger en priorité, l’urgence de la création d’un guichet unique pour fédérer et coordonner tous les efforts existants. Aussi les organisations de la société civile, partant de leur vocation de force de proposition ont engagé une réflexion collective pour une approche intégrale et globale de l’accueil à la réinsertion des femmes victimes de violence. Ainsi une quinzaine d’associations, assistées de personnes ressource ont constitué une coalition qui a œuvré, une année durant, à l’élaboration d’un plaidoyer configuré dans un mémorandum pour la mise en place d’un guichet unique destiné aux femmes victimes de violence. Ce dernier s’inscrit dans le cadre juridique institutionnel existant. Sa vocation est de mettre en synergie les dispositifs et moyens disponibles tant au niveau institutionnel qu’au niveau associatif, son but est de rationnaliser et optimiser l’efficience et l’efficacité de la prise en charge des femmes victimes de violence. Après sa validation par ses initiateurs, le mémorandum a fait l’objet d’une remise aux différentes parties prenantes dont la présidence de la république, le ministère de la justice, le ministère de la solidarité, le ministère de la santé, le ministère de l’emploi, travail et de la sécurité sociale, le CNDH, la DGSN et l’observatoire de la société civile, afin de recueillir leur soutien, leur adhésion et leur appropriation d’une action qui s’inscrit dans le processus de réparation d’une violation extrême d’un droit fondamentale.

Cette première étape réalisée, la suivante consistera à élaborer le contenu du guichet unique, à savoir sa composante et ses attributions, déterminer son implantation la plus indiquée et identifier les intervenants à former.

 Les associations de la coalition Signataires

 Association SOS femmes en Détresse

 Association Tharwa N’Fadhma n’Soummer

 Association nationale femmes en communication

 Association femmes Algériennes revendiquant leurs droits

 Association Graine de Paix Association Nationale des Elues Locales

 Association Des Femmes Rurales AFUD Bedjaia

Djazairouna Fédération algérienne des handicapés Moteurs

Ligue de prévention Tizi Ouzou

 Fondation Mère enfant

Fondation pour l’égalité /Ciddef

Sarp

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News