Salama News

Salama News

301
Salama News

Algérie

Journalisme

Nécessité pour les journalistes de porter la flamme de la glorieuse guerre de libération

 Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, a insisté, samedi à Sidi Bel-Abbes, sur la nécessité pour les journalistes et les médias de porter la flamme inextinguible de la glorieuse révolution de libération nationale, à travers la préservation des acquis réalisés dans le domaine de la presse et la transmission de l’information en toute crédibilité. Présidant en compagnie du Directeur général de la Radio nationale, Mohamed Baghali, les travaux d’une conférence ayant pour thème « La voix de l’Algérie libre, un modèle de l’information révolutionnaire engagée et de l’information de la résistance », organisée au siège de la radio de Sidi Bel-Abbes à l’occasion du 67e anniversaire de la radio « Voix de l‘Algérie libre », M. Laagab a souligné que « les médias sont tenus de jouer un rôle d’avant-garde pour la préservation de la flamme de la glorieuse révolution de libération nationale ». « La Radio algérienne a toujours été militante, tant dans la clandestinité que dans la légalité, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays et a eu un rôle prépondérant dans l’accompagnement de la lutte armée du peuple algérien en dépit des faibles moyens dont elle disposait alors », a-t-il rappelé, ajoutant « aujourd’hui comme hier, elle doit s’adapter aux progrès technologiques et former des journalistes pour présenter un message médiatique objectif ». Abordant les nouvelles lois encadrant le secteur de l’information et de la communication, le ministre a annoncé qu »’il sera procédé à partir du mois de janvier prochain à l’adaptation des organes d’information et des professionnels de la corporation avec les nouveautés du secteur ». M. Laagab a, d’autre part, affirmé que « décembre est le mois de l’information par excellence, au vu des nombreux acquis durant ce mois, notamment la création du journal Echaab, de l’agence de presse APS, le lancement du satellite algérien, la création de la Radio de l’Algérie libre et la promulgation de la loi relatives à la presse écrite et électronique et à l’audiovisuel ». De son côté, le Dg de la Radio nationale, Mohamed Baghali a évoqué les circonstances ayant marqué la création de la Radio secrète de la révolution algérienne, venue renforcer l’œuvre des moudjahidine à travers la mobilisation du peuple autour de sa révolution et sa cause, soulignant « qu’en dépit de la faiblesse des moyens et du manque d’expérience, cette radio a réussi à concrétiser l’objectif escompté, à casser l’isolement médiatique et à porter haut la voix de la glorieuse guerre de libération nationale ». « L’expérience médiatique algérienne est un modèle unique, passant de l’information révolutionnaire à celle actuellement. Ce modèle est une copie conforme à ce qui se passe dans la bande à Ghaza montrant au monde l’image de bourreau de l’entité sioniste qui tente de paraitre vainement comme victime », a-t-il déclaré. M. Baghali a, dans ce sens, mis en relief l’ouverture médiatique à l’ère de la liberté et de l’indépendance et le soutien de la Radio algérienne à la cause palestinienne et la couverture du combat et du militantisme du peuple palestinien en toute crédibilité. Il a, dans ce même ordre d’idées déclaré que « l’entité sioniste a perdu la bataille médiatique tentant de convaincre l’opinion publique mondiale, devant une information honorable menée par les médias algériens et internationaux ». Le ministre de la Communication et le Dg de la Radio nationale ont présidé l’inauguration du nouveau siège de la radio de Sidi Bel-Abbes s’étendant sur une superficie de 2.000 mètres carrés et doté notamment de 10 bureaux, d’une salle d’animation, d’une salle des conférences, ainsi que trois studios, selon les explications fournies. M. Laagab, qui a exprimé sa satisfaction quant au choix du lieu d’implantation de cet établissement médiatique, son architecture et ses équipements, a appelé à mieux l’exploiter et à tenir des rencontres en associant les académiciens, des spécialistes, des hommes de lettres et les artistes de la région. A cette occasion, une projection vidéo sur la Radio de l’Algérie libre a été présenté à l‘assistance qui a également suivi une cérémonie honorant les journalistes des radios locales lauréats du Prix du Président et des concours de l’excellence médiatique arabe et de Média Star.

Installation d’Amel Zemouri en qualité de DG par intérim du quotidien El Moudjahid

Le secrétaire général du ministère de la Communication, Mokhtar Khaldi, chargé par le ministre de la Communication Mohamed Laagab, a procédé, vendredi, à l’installation de Mme Amel Zemouri en qualité de Directrice générale par intérim du quotidien El Moudjahid, a indiqué samedi un communiqué du ministère. « Mme Zemouri a été installée à la tête du quotidien El Moudjahid en remplacement de M. Mohamed Koursi. L’installation a eu lieu au siège du quotidien El Moudjahid en présence des journalistes de cet établissement et de son personnel administratif et technique, » précise la même source. Dans une allocution à cette occasion, le secrétaire général du ministère de la Communication a rappelé que la nomination de la nouvelle responsable de cet ancien quotidien a pour objectif de donner un nouveau souffle au quotidien El Moudjahid, et de poursuivre le processus de développement du secteur de la Communication ». Il a appelé, à cet égard, à « améliorer davantage la performance médiatique de ce quotidien emblématique et à assurer un service public de qualité, rappelant la nécessité d’intensifier les efforts pour préserver la stabilité de cet établissement et offrir le meilleur. » A noter que « Mme Zemouri est parmi les journalistes les plus anciens du quotidien El Moudjahid et a à son actif plus de 30 ans d’expérience dans le domaine ».

Condoléances

Décès de l’Emir de l’Etat du Koweït

Le président de la République présente ses condoléances

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a adressé un message de condoléances au prince héritier de l’Etat frère du Koweït, Cheikh Meshaal al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, suite au décès de l’Emir de l’Etat du Koweït, son Altesse Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, dont voici le texte intégral:

« +Et fais la bonne annonce aux endurants qui disent, quand un malheur les atteint, Certes nous sommes à Allah et c’est à Lui que nous retournerons. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde, et ceux-là sont les biens guidés+. Allah est Grand… C’est avec une grande tristesse et affliction que nous avons appris la triste nouvelle qui s’est abattue sur la famille al-Sabah et le peuple koweitien frère, suite au décès de son Altesse l’Emir de l’Etat du Koweït frère, Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, rappelé auprès de son créateur. Nous perdons avec sa disparition, un brave et cher frère ayant contribué à la gloire et au développement de son pays où il a mené avec la famille al-Sabah un parcours glorieux ayant promu nos frères au Koweït à de hauts niveaux de développement durable et à une vie digne dans la sagesse et la clairvoyance, par lesquelles il a entouré, avec soin, les enfants de l’Etat du Koweït et veillé à assumer un rôle honorable et sincère vis-à-vis des causes de la Nation arabo-musulmane. L’histoire retiendra de notre regretté Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah et de la noble famille al-Sabah, la main tendue aux efforts louables en vue de resserrer les rangs de toute la nation arabo-musulmane. Face à cette pénible épreuve que nous inflige le Tout Puissant, sa Volonté étant imparable, je vous adresse mes plus sincères condoléances et ma profonde compassion, ainsi qu’à toute la famille al-Sabah et au peuple koweïtien frère, priant le Tout-Puissant de vous accorder patience, sérénité et réconfort et au défunt, une vie éternelle au paradis auprès des vertueux prédécesseurs de la famille al-Sabah et parmi les véridiques, les martyrs, et les saints. +O toi âme apaisée retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée, entre donc parmi Mes serviteurs et entre dans Mon paradis+ ».

Ouverture à Oran du 10ème Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique

 Les travaux du 10e Séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique ont débuté, dimanche à Oran, sous la présidence du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’Etranger, Ahmed Attaf. Ce séminaire connait la présence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Gambiens à l’étranger, Mamadou Tangara, en sa qualité de président du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour le mois de décembre en cours, ainsi que le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, l’Ambassadeur Bankole Adeoye, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à l’Intégration régionale de la République du Ghana et coordonnateur des membres africains au Conseil de sécurité de l’ONU, Kwaku Ampra Twum-Sarpong. Cette rencontre comprend également une participation de haut niveau, notamment ministérielle, d’Etats membres du Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine (UA), ainsi que des membres africains du Conseil de sécurité des Nations Unies, en plus d’experts et de hauts représentants d’instances africaines et de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Le premier jour de cette réunion, deux tables rondes de haut niveau sont au programme. La première portera sur « Le dixième anniversaire du Séminaire de haut niveau : le rôle du Conseil de paix et de sécurité et des trois Etats dans le renforcement de la voix de l’Afrique sur la paix et la sécurité à l’ordre du jour du Conseil de sécurité des Nations Unies : que devons-nous encore faire? La deuxième table ronde de haut niveau est intitulée « Le retour des changements anticonstitutionnels des gouvernements en Afrique : perspectives mondiales, réponses et implications sur le Groupe A3 ». La deuxième et dernière journée du séminaire sera consacrée au thème : « Mise à jour sur le projet de résolution des Nations Unies visant à financer les opérations de soutien à la paix avec un mandat de l’Union africaine, Coordonnateur A3 », ainsi qu’à la présentation du « projet final du guide sur les modalités de coordination et de coopération entre le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et les membres africains du Conseil de sécurité aux Nations Unies ». L’Algérie participe à ce rendez-vous en tant que pays hôte et initiateur du séminaire d’Oran, d’une part, et comme membre non-permanent entrant au Conseil de sécurité, d’autre part. Le séminaire rassemble les membres du Conseil de la paix et de la sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), les membres africains actuels, entrants et sortants du Conseil de sécurité des Nations unies (A3), la Guyane, représentant de l’Amérique latine et des Caraïbes au Conseil de sécurité dans le cadre du mécanisme connu sous le nom d’A3+1, les représentants de la Commission de I’UA et de l’ONU, ainsi que les fondateurs, amis et partenaires du séminaire, qui célèbre cette année son 10e anniversaire. Lors de ce rendez-vous, l’Algérie aspire à « apporter une contribution active à cette entreprise continentale à travers son mandat de membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) durant la période 2024-2025 », précise-t-on de source diplomatique. « Le premier et principal objectif étant de se joindre aux frères africains pour consolider le bloc africain au sein de la plus haute instance multilatérale internationale pour la paix et la sécurité, et de franchir de nouvelles étapes vers l’accomplissement de la vision panafricaniste des pères fondateurs de l’organisation continentale et œuvrer ensemble pour que la perspective de l’Afrique soit dûment écoutée, dans l’esprit d’apporter des solutions africaines aux problèmes africains », selon un source diplomatique.

INTERNATIONAL

Moyen-Orient

Hamas refuse de négocier l’échange de prisonniers sans un arrêt définitif des agressions sionistes

Le mouvement de résistance palestinien Hamas a déclaré, samedi, avoir informé les médiateurs de son refus d’entamer toute négociation d’échange de prisonniers avec l’entité sioniste « sans un arrêt définitif de l’agression contre le peuple palestinien ». « Le Hamas maintient ses conditions et refuse d’effectuer des négociations pour un éventuel échange de prisonniers sans un cessez-le-feu définitif », indique un communiqué du mouvement palestinien.

« Le mouvement a fait part de cette position à tous les médiateurs », précise la même source. Depuis le 7 octobre dernier, l’armée d’occupation sioniste mène une agression barbare contre le peuple palestinien à Ghaza et en Cisjordanie occupée, qui a fait jusqu’à samedi 19.088 martyrs plus de 54 000 blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, selon des sources palestiniennes et onusiennes.

Cheikh Mechaal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah nommé émir du Koweït

Le Cheikh Mechaal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah a été nommé nouvel émir du Koweït, succédant à feu Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, a rapporté samedi l’agence de presse du Koweït (KUNA). Selon l’agence, le Conseil des ministres, après une réunion extraordinnaire, a appelé Cheikh Mechaal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah à succéder à l’Emir défunt, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, décédé ce samedi à l’âge de 86 ans. Après la réunion, le Conseil a annoncé un deuil officiel de 40 jours dans le pays et l’arrêt du travail dans les institutions durant trois jours. Cheikh Mechaal Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah (né le 27 septembre 1940), était le septième fils de Cheikh Ahmed Al-Jaber Al-Sabah, l’ancien souverain du Koweït. Plus tôt samedi, le Palais de l’émir a annoncé le décès de l’émir de l’Etat du Koweït. « Avec une grande tristesse, nous pleurons la mort de Cheikh Nawaf Al-Ahmed Al-Sabah, émir de l’Etat du Koweït », indique un communiqué du palais. En novembre, Cheikh Nawaf avait été admis à l’hôpital « en raison d’un problème de santé urgent », selon l’agence de presse KUNA. Il a ensuite été déclaré dans un état stable. Né en 1937, Cheikh Nawaf était le cinquième fils de l’ancien émir Cheikh Ahmed Al-Jaber Al-Sabah (1921-1950). Cheikh Nawaf a été nommé prince héritier en 2006 par son demi-frère, Cheikh Sabah Al-Ahmed Al-Sabah, et a pris la relève en tant qu’émir à sa mort en septembre 2020 à l’âge de 91 ans.

Commentaires

commentaires