Salama News

Salama News

99
PARTAGER

Algérie

Le Président Tebboune est attaché à la concertation autour de toutes les questions intérieures et extérieures du pays

Le Secrétaire général (SG) du Parti du Front de libération nationale (FLN), Abou El Fadhl Baadji a affirmé, jeudi à Alger, que le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, était attaché à la concertation autour de « tout ce qui relève des questions intérieures et extérieures du pays ». Dans une déclaration à la presse au terme de l’audience que lui a accordée le Président Tebboune, M. Baadji a indiqué que « le président de la République veille à la concertation autour de toutes les questions relatives aux affaires intérieures et extérieures du pays, notamment celles liées aux aspects politique, économique et social, mais également les questions à caractère régional ou international ».

Dans le même contexte, le président de la République « a tenu à écouter les avis des responsables des partis politiques sur les grandes questions importantes pour le pays », a assuré le SG du parti FLN, faisant savoir que sa rencontre avec le Président Tebboune a été « sincère et constructive » et « s’inscrit dans le cadre de la tradition de concertation avec la classe politique, parmi les chefs de partis et les personnalités nationales ».

« Nous avons beaucoup appris des idées et des données présentées par le président de la République », a-t-il dit, relevant à cet égard « la convergence de sa position avec celle du FLN sur l’ensemble des questions nationales ».

L’audience s’est déroulée au siège de la Présidence de la République, en présence du directeur de cabinet à la Présidence de la République, M. Abdelaziz Khellaf.

L’Algérie parmi les « pays pionniers » en matière de protection de l’enfance

La Déléguée nationale à la protection et à la promotion de l’enfance, Meriem Cherfi a affirmé jeudi à Alger que l’Algérie figurait parmi « les pays pionniers » en matière de protection de l’enfance, et ce, grâce aux efforts consentis, notamment au volet législatif. Dans une déclaration en marge de sa visite au siège de la brigade de protection des mineurs à Bouzareah (Alger), Mme. Cherfi a indiqué que « l’Algérie a fait des pas de géant en matière de protection de l’enfance », évoquant les procédures légales « développées » qui ont fait de l’Algérie l’un des « pays pionniers » en la matière, notamment au volet législatif.

Evoquant sa visite au siège de la Brigade, elle a précisé que cette visite qui visait à « s’enquérir de l’application sur le terrain de la loi, s’inscrit dans le cadre les visites périodiques de l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE) à tous les établissements et centres en charge de la réception et la protection de l’enfant ».

Mme. Cherfi a rappelé que la relative à la protection de l’enfant prévoit, en matière de protection de l’enfant délinquant au cours de l’enquête préliminaire, « des procédures particulières dont la fixation de la durée de garde à vue à 24 heures en présence de l’avocat et du responsable civil » ainsi que « le contrôle médical et technique de l’audition filmée des enfants victimes d’agression sexuelle »‘.           

A cet égard, a-t-elle ajouté, « l’écoute audiovisuelle des enfants victimes d’abus sexuels fait partie des mécanismes importants appliqués dans les plus grands pays, qui visent à épargner à l’enfant victime de faire ses déclarations plus d’une fois, ce qui peut lui causer une fatigue psychologique et des traumatismes répétés ».

A cette occasion, Mme Cherfi a salué les efforts du haut commandement de la Gendarmerie nationale dans ce domaine et son souci d’appliquer la loi, ainsi que les efforts déployés par la Sûreté nationale, qui s’inscrivent dans le cadre de « la coordination des efforts entre tous les acteurs et intervenants dans le domaine de la protection de l’enfance ».

Dans un autre contexte, la Délégué nationale a révélé que 1225 signalements d’atteinte aux droits de l’enfant ont été enregistrés depuis janvier dernier, après quoi l’ONPPE est intervenu en coordination avec tous les secteurs concernés.

A l’occasion, elle a révélé l’organisation de plusieurs cycles de formation durant le mois de mai en cours et juin prochain, qui incluront plusieurs acteurs dans le domaine de la protection des droits de l’enfant.

D’autre part, Mme Cherfi a révélé « la préparation d’un nouveau programme, sur la base d’une convention entre l’ONPPE et le Conseil économique, social et environnemental, concernant le budget programme pour l’enfant, coïncidant avec la célébration des fêtes de l’enfance », à l’instar de la journée nationale de l’enfant, coïncidant au 15 juillet.

Enfin, elle a affirmé que le rapport annuel sur la situation de l’enfance en Algérie « sera remis prochainement au président de la République ».

Des artistes algériens à la 14e Biennale « Dak’Art 2022 », de l’Art contemporain africain

Des artistes algériens prennent part à la 14e Biennale « Dak’Art 2022 », de l’Art contemporain africain, prévue à Dakar au Sénégal, du 19 mai au 21 juin prochain, annoncent les organisateurs sur le site Internet de la Biennale.

Quatorze artistes algériens, entre plasticiens, photographes, designer, poètes, typographe et conteur, participent hors compétition, à cette biennale, qui a prévu des expositions collectives, conférences, installations, récitals et ateliers de formation, organisés en marge de l' »Exposition internationale », section phare de cet événement.

Les plasticiens, Narrimen Sadouni, Mustapha Nedjai, Myriem Ait El Hara, Mohamed Guesmia, Kenza Bourenane, Mohamed Rezzoug et Omar Meziani, les photographes, Rafik Zaidi, Mohamed Mehiout, Seddik Touaoula, et Jamel Matari (également designer), le typographe Mohamed Touaoula, le céramiste Mohamed Belaid et la conteuse Naima mehailia, donneront ainsi de la visibilité à leurs différents travaux, conçus dans un élan créatif appelant au rapprochement entre les peuples.

Placée sous le signe du triptyque, « Créer, imaginer et inventer », l' »Exposition internationale », sanctionnée du Grand prix de la biennale, « Léopold Sédar Senghor », mettra en compétition 59 artistes ou groupes d’artistes issus des pays africains ou de la diaspora africaine à travers le monde, qui exposeront leurs travaux réalisés sous le slogan rassembleur de « Un nouveau destin commun ».

Fondée en 1992 et organisée par le ministère sénégalais de la Culture et de la Communication, la Biennale de « Dak’ Art », plus important événement dédié à l’Art contemporain en Afrique, est une passerelle d’échanges et une opportunité pour les artistes africains de donner de la visibilité à leurs travaux en Afrique et dans le monde, selon les organisateurs.

En 2014, la biennale de « Dak’Art » a récompensé le plasticien algérien Dris Ouadahi du grand prix « Léopold Sédar Senghor ».

Monde

Décès du président des Emirats arabes unis cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane

Le président des Emirats arabes unis cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, est décédé à l’âge de 74 ans, a annoncé vendredi l’agence de presse émiratie WAM.

L’agence WAM a écrit sur son compte twitter: « Le ministère des Affaires présidentielles annonce le décès ce vendredi 13 mai de son altesse, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane, président de l’Etat émirati ».

Le gouvernement a décrété « un deuil officiel et les drapeaux mis en berne » pour une durée de 40 jours, a indiqué WAM.

Né en janvier 1948, cheikh Khalifa a succédé en 2004 à son père, cheikh Zayed ben Sultan Al-Nahyane, président et père-fondateur des Emirats arabes unis.

Turquie

La Turquie dément avoir reconnu la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental

 Le ministère turc des Affaires étrangères a démenti jeudi les allégations de certains médias marocains relatives à la reconnaissance par la Turquie de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, soulignant que « la Turquie plaide pour une solution politique à la question sahraouie dans le cadre des résolutions pertinentes de l’ONU ».

« Dès le début, la Turquie a plaidé pour une solution politique à la question du Sahara occidental dans le cadre des résolutions pertinentes de l’ONU et par le dialogue entre les parties », a indiqué l’ambassadeur Tanju Bilgiç, porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, en réaction aux allégations des médias marocains.

« La Turquie soutient l’intégrité territoriale et la souveraineté de tous les pays de la région à l’intérieur de leurs frontières internationalement reconnues », a ajouté M. Bilgiç, rappelant que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavu?o?lu, a également exprimé cette position lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue marocain, le 11 mai courant à Marrakech.

Argentine :

 

Le président  Alberto Fernandez avertit que « les sanctions n’ont pas seulement des effets en Russie »

Dans un entretien au « Monde », le président argentin appelle à « arrêter » la guerre en Ukraine, mettant en garde contre ses effets collatéraux dans les pays d’Amérique latine.

Le président argentin, Alberto Fernandez, achève vendredi 13 mai une tournée en Europe menée pour rechercher de nouveaux investissements, alors que l’économie de son pays, après deux ans de pandémie, est fragilisée par une inflation qui devrait atteindre près de 66 % en 2022. Après une âpre négociation, M. Fernandez (centre gauche) a obtenu le report du remboursement de la dette faramineuse contractée auprès du Fonds monétaire international (FMI) en 2018 par son prédécesseur de droite, Mauricio Macri (2015-2019). Un accord auquel s’est opposée sa vice-présidente, Cristina Fernandez de Kirchner, creusant un fossé au sein de la coalition de centre gauche au pouvoir. La visite que M. Fernandez a effectuée à Moscou deux semaines avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, sa chaleureuse rencontre avec son homologue russe, Vladimir Poutine, puis l’incorporation de l’Argentine à la « nouvelle route de la soie » chinoise, lui ont aussi valu des critiques de la part de l’opposition. Alors que Buenos Aires préside la Communauté des Etats latino-américains et caraïbes (Celac), le chef de l’Etat devait rencontrer Emmanuel Macron vendredi 13 mai, après s’être entretenu avec les chefs des gouvernements espagnol, Pedro Sanchez, et allemand, Olaf Scholz.

France

A Calais, environ 350 migrants évacués de campements

L’évacuation s’est déroulée « dans le calme » selon la préfecture. Human Rights Observers, qui documente ces expulsions sur le littoral nord de la France, a à l’inverse dénoncé des « mises à l’abri forcées ».

Les forces de l’ordre ont évacué, vendredi matin 13 mai, environ 350 migrants installés dans des campements dans le Calaisis, « dans le calme » selon la préfecture, les associations dénonçant des mises à l’abri forcées et la saisie de biens des migrants.

L’évacuation s’est déroulée après la délivrance d’une ordonnance d’expulsion par le tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, saisi par le propriétaire des terrains. Pointant des problèmes de tranquillité et de sécurité publiques ainsi que de salubrité, la préfecture du Pas-de-Calais a écrit dans un communiqué :

« Depuis plusieurs semaines, plus de 350 personnes s’étaient installées illégalement dans de nombreux campements sur le secteur de la Turquerie, espace naturel situé sur les communes de Calais et de Marck. Une proposition de mise à l’abri a été faite à l’ensemble des migrants présents sur ces campements et des interprètes étaient sur place. »

Les migrants qui ont accepté cette proposition ont été « orientés vers les structures d’hébergement » du département. « Mises à l’abri forcées »

Human Rights Observers (HRO), qui documente ces expulsions sur le littoral nord de la France, a dénoncé auprès de l’Agence France-Presse des « mises à l’abri forcées »« Ils sont en train de tout ramasser, les tentes, les objets personnels, la nourriture », a également précisé une porte-parole de HRO, estimant qu’empêcher les personnes de récupérer leurs tentes constituait « aussi une technique pour les obliger à partir » L’un des campements évacués se situe à côté de la zone d’activité Transmarck, où un jeune migrant a été retrouvé pendu dans une remorque mercredi, a-t-elle ajouté.

Sur le seul mois d’avril, HRO a comptabilisé 127 expulsions de lieux de vie informels à Calais et la saisie d’au moins 219 tentes et bâches.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivant.