Mariage Princier: « Un clin d’œil à l’Histoire »

Mariage Princier: « Un clin d’œil à l’Histoire »

749
PARTAGER

Mariage civil du Prince Joachim et de Yasmine Briki-Mairie du 10e à Paris -© Cyril Bailleul

Clin d’œil à la grande Histoire, le mariage du Prince Joachim Charles Napoléon Murat, Prince de Ponte Corvo et fils de Joachim Louis Napoléon Murat, 8e prince Murat, avec sa talentueuse bien-aimée Yasmine Lorraine Briki, vient inscrire une histoire d’amour dans l’espace historique des relations dites
« passionnelles » de l’Algérie et de la France. 

C est à Paris le 5 mars dernier à la mairie du 10e arrondissement que la cérémonie civile du mariage entre le Prince Joachim Charles Napoléon Murat avec Yasmine Lorraine Briki a été célébrée en comité restreint.Le communiqué de presse officiel a expliqué qu’en raison des mesures sanitaires imposées par la crise de la Covid-19,. Seuls les membres des familles respectives des deux époux et quelques proches étaient présents, à l’instar de S.A.I Grand-Duc George de Russie et sa fiancée Rebecca Victoria Bettarini, le baron Jean-Christophe von Pfetten, Laurent Dassault et Louis Sampion Bouglione qui figuraient parmi les convives. 

« Une grande célébration sera organisée à une date ultérieure, lorsque les conditions sanitaires le permettront », précise le communiqué.

De gauche à droite Prince le Prince Murat et la Princesse Murat,les mariès Joachim et Yasmine Briki à la Mairie du 10e  de Paris-@Cyril Bailleul 

Yasmine Lorraine Briki qui devient donc princesse est née à Annaba, grande ville de l’Est algérien, anciennement Hippo Regius, Hippone puis Bône, ville de Saint-Augustin, Évêque d’Hippone et un des pères fondateurs de l’Eglise Catholique.

Diplômée en sciences politiques à la faculté d’Annaba, elle part en France en 2004 pour poursuivre ses études en relations internationales à l’Université de Nancy Lorraine et à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.

En parallèle de ses passions sportives, l‘équitation et le polo, elle fonde en 2016 une plateforme de réflexion autour de l’économie, la politique, la technologie et l’environnement «Gouvernance Think Tank Magazine».

Passionnée d’illustration, elle a co-créée en 2010 avec sa sœur Nesrine Briki (auteur, traductrice et journaliste), une série de livres pour enfants intitulée « Les contes de la science » éditée chez Casbah Editions.

Ces publications mènent les deux sœurs, Yasmine et Nesrine à s’impliquer davantage dans les domaines culturel et associatif et c’est ainsi qu’elles fondent en 2017 l’association United Hopes, une association culturelle qui a pour objectif de promouvoir l’amour de la lecture en distribuant des livres aux enfants dans des quartiers défavorisés et dans des pays en développement.

Le Prince Joachim Charles Napoléon Murat, Prince de Ponte Corvo et fils de Joachim Louis Napoléon Murat, 8e prince Murat, est le descendant de Joachim Murat, Joachim Ier, maréchal d’empire, grand-duc de Berg et roi de Naples, époux de Caroline Bonaparte, sœur de l’Empereur Napoléon Ier, grande-duchesse consort de Berg et Reine consort de Naples.

Le Prince naquit à Paris où il a vécu et continue de vivre. Il y fit toutes ses études, et a, en particulier, poursuivi un cursus en faculté de droit et de sciences politiques. Respectant la tradition militaire familiale, il a effectué son service militaire comme officier dans un régiment d’élite.

Joachim a, par suite, rejoint une organisation non gouvernementale, engagée dans la lutte contre le trafic des êtres humains avant d’exercer dans l’administration et l’industrie. Il a ainsi occupé différents postes dans des ministères et des groupes d’industrie française dans le domaine des technologies de souveraineté.
Il part, ensuite, en expatriation en Asie et dans les Balkans pour apporter son expertise dans ce même domaine avant de revenir en France.  

En outre, le Prince est engagé et apporte son soutien à l’association « La Princesse MURAT », fondée par La Princesse Maria del Pilar Murat qui œuvre à promouvoir et à faciliter l’accès à la santé des femmes.  

Il est également membre de toutes les associations historiques napoléoniennes en France et en Europe et assiste à de nombreux évènements commémoratifs, notamment au cours de cette année 2021 qui  marque le bicentenaire de la mort de l’empereur Napoléon Ier.  

Atelier organisé par l’association United Hopes, Yasmine Briki et Nesrine Briki, Annaba (Algérie), 2017- © UH

Leur rencontre

En 2017, après une longue mission de 7 ans en Inde, Joachim revient à Paris et intègre la division internationale d’un grand groupe d’informatique français dans laquelle Yasmine travaille depuis cinq ans.

S’apercevant de leurs nombreux centres d’intérêts communs (intérêts pour l’actualité, la géopolitique, l’histoire, la culture, le numérique et le digital), les deux collègues deviennent très vite amis, si bien qu’en 2018, Joachim devient le parrain et Président d’honneur de l’association United Hopes ; les deux amis imaginent et réalisent ensemble des projets culturels entre la France et l’Algérie et entre la France et les Émirats Arabes Unis.

En collaboration avec des associations locales, ils organisent des workshops destinés à l’éveil et la créativité des enfants issus de milieux défavorisés. Ils offrent des livres et organisent des séances de lectures interactives et des ateliers de dessin et de peinture avec les enfants.

L’association a également réalisé la première traduction française d’un roman émirati intitulé « Tout le monde n’a pas la chance de connaître une fin heureuse » de Mohamed Khamis et a permis son édition française chez Erick Bonnier Editions.

Le Prince a présidé la soirée de présentation pour le lancement de cet ouvrage.
« Ce projet nous tenait à cœur, nous l’avons accompli avec peu de moyens, mais en y consacrant du temps et en y mettant notre volonté et notre intérêt » nous précise la Princesse. 

Ainsi au fil du temps, de nombreux projets et de riches échanges réunissent les deux amis qui finissent par nourrir des sentiments profonds donnant naissance à une histoire d’amour qu’ils scelleront solennellement par un mariage. Le Prince de Ponte Corvo nous livrera joliment cette douce déclaration : « Il y a quatre ans, Yasmine et moi avons commencé une conversation que nous nous n’avons toujours pas fini! ».

Leurs projets               

Ce mariage, bien que princier, est inscrit dans la modernité et dans la réalité de son époque ; les jeunes époux sont loin du monde des paillettes et des palais, ils sont résolument engagés dans leurs carrières respectives et dans leurs activités associatives, culturelles et sportives.

Les nouveaux mariés évoquent leur volonté de réaliser des projets culturels entre les deux rives de la Méditerranée en expliquant, sans ambigüité, qu’ils ne sont en aucun cas des représentants politiques ou diplomatiques, mais qu’ils sont simplement et modestement un symbole supplémentaire d’un rapprochement entre deux pays et entre deux cultures.

Lors de notre rencontre la Princesse Yasmine est revenue sur la polémique qui s’est produite sur les réseaux sociaux. En effet, après la parution d’articles annonçant les noces de Yasmine et Joachim dans des médias français, la nouvelle de ce mariage civil a rapidement été relayée par les médias arabes et algériens ce qui a suscité un fort intérêt auprès des lecteurs, donnant lieu à des commentaires tantôt bienveillants, tantôt incendiaires ; ces derniers reprochaient à la jeune femme de s’être mariée avec un non musulman et/ou à un descendant de l’ancien colonisateur.

Ainsi, la Princesse Yasmine a déploré la mauvaise foi de certains médias malveillants qui n’ont pas hésité à politiser cette union et à détourner les déclarations de la jeune femme de leur sens initial. Elle déclare : « Il est triste que certains médias trompent et manipulent le public en affirmant des erreurs historiques comme le fait que Napoléon 1er, Empereur des Français ou Joachim Murat 1er, Roi de Naples, tous deux ancêtres directs de mon époux, aient colonisé l’Algérie alors qu’ils étaient morts respectivement neuf ans et quinze ans avant l’invasion en 1830. Aussi, je n’ai jamais prétendu représenter les algériens ou l’Algérie ; ce grand pays possède un excellent appareil diplomatique et ne manque pas d’ambassadeurs chevronnés pour le représenter ; je ne représente que moi-même ! ».

Elle ajoute à cela : « Mes choix personnels et ma vie spirituelle ne regardent personne; je fais donc fi des remarques déplacées. En revanche, j’ai été extrêmement ravie de recevoir des centaines de messages bienveillants et de félicitations notamment d’Algérie, tant d’amis que d’inconnus. C’est cela que je retiens, la gentillesse profonde et la générosité ancestrale des algériens et de cette terre dont je suis très fière ».

À ce propos, il convient de souligner les liens de respect et d’amitié qu’entretenaient Napoléon III et l’Emir Abdelkader. Nous rappellerons à nos lecteurs que Napoléon III est le premier chef d’Etat français à s’être rendu en Algérie et que c’est ce voyage qui est à l’origine de plusieurs décrets pris en 1863 pour le projet de création du  « royaume arabe », mais l’Histoire en aura finalement décidé autrement !

Soraya DJOUADI

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News