Syndrome d’apnées du sommeil Dormir n’est plus sans danger !!!

Syndrome d’apnées du sommeil Dormir n’est plus sans danger !!!

64
PARTAGER

Le ronflement, cause de divorce mais aussi de maladies telles que l’hypertension artérielle, pathologies cardiaques voire infarctus du myocarde !!

Le ronflement considéré comme signe de sommeil réparateur, se résume à une souffrance respiratoire. Le danger du ronflement reste le syndrome de l’apnée obstructive du sommeil pouvant entraîner la mort. Avant 60 ans, il touche essentiellement les hommes, au-delà les femmes en sont atteintes.

Le syndrome d’apnées du sommeil (SAS) est un trouble du sommeil caractérisé par un arrêt du flux respiratoire (apnée) ou une diminution (hypopnée). Une apnée peut se produire plusieurs centaines de fois par nuit, ellepeut entraîner la mort.

                                                                     Ses causes

  • Obstructives et associées à une obésité ou à un Syndrome Métabolique. On parle de : Syndromed’apnéesobstructives du sommeil (SAOS). Elle résulte d’efforts respiratoires pour lutter contre une obstruction des voies aériennes supérieures (nez, bouche, pharynx et larynx).
  • Neurologiques par anomalie du contrôle de la respiration. Il s’agit duSyndrome d’apnées centrales du sommeil (SACS).

                                                                            Facteurs

Sexe masculin, Âge (maximum 60 à 70 ans) ; Surcharge pondérale de type androïde ; Prise d’alcool avant le coucher ; Prise de certains médicaments induisant un relâchement musculaire ; Asthme ou autres symptômes respiratoires, Tabagisme.

La présence d’une maladie Cardio-vasculaire augmente de 2 à 3 fois le risque de développer une apnée du sommeil. Le syndrome est plus fréquent chez le Diabétique de type II et l’Hypertendu. Certaines maladies endocrines (hypothyroïdie, cushing) favorisent la survenue d’apnées, également l’obstruction nasale saisonnière, responsable d’une respiration anormale.

Comment surviennent les Crises ?

Le ronflement du SAOS est intense interrompu par des apnées (silence) avec une reprise « explosive » qu’accompagnent des mouvements des jambes.

Il existe des SAOS sans ronflement (grande insuffisance respiratoire, patients opérés). Elles sont responsables des réveils en sursaut avec sensation d’étouffement. Les sueurs nocturnes sont décrites dans 66% des cas. Le somnambulisme est présent dans 10%. La nycturie correspond au fait de se lever trop fréquemment la nuit pour uriner, elle est présente chez 28% des patients.

En Algérie

En matière de prise en charge, notre pays jouit de l’existence de Services hospitaliers et Médecins libéraux s’intéressant à la pathologie. La prise en charge est pluridisciplinaire car tout le Corps Médical est concerné. En cas de doute sur la présenced’apnées, un examen d’enregistrement du sommeil et du déroulement de la nuit, est réalisé au niveau d’un laboratoire du sommeil, à l’instar de celui existant au CHU de Beni-Messous (Alger).

Le patient est hospitalisé, et à l’aide de capteurs, électrodes et Caméra, lepersonnel médicalsurveille et évalue la qualité du sommeil.

                           Traitements

Mesures hygiéno-diététiques (Perte de poids, Arrêt de la consommation d’alcool ou de sédatifs).D’autres traitements sont proposés de type chirurgical ou médical (antidépresseurs stimulants dont les tricycliques), instrumental (Orthèse d’avancée mandibulaire à mettre dans la bouche, sonde d’intubation nasotrachéale et dilatateur narinaire).

Lorsque le syndrome est sévère, le traitement de référence reste la ventilation en pression positive continue, elle maintient les voies aériennes supérieures ouvertes.

Le SAS est responsable de mort subite. Il est donc important de le diagnostiquer précocement, également au vue des répercussions neuropsychiatriques, sociales et professionnelles (Somnolence diurne, Accident du travail, Accident de la circulation).

Dormir n’est plus sans danger. Il faut donc effacer tous les Facteurs de risques, et privilégier un sommeil de qualité. Dormir d’une seule oreille serait la solution, mais jusqu’à quand ??

Karine Ait Younes

Commentaires

commentaires