SALAMA NEWS

SALAMA NEWS

337

Algérie

Politique

La rencontre du président de la République avec les chefs des partis politiques représentés aux Assemblées élues saluée

Le président du Conseil de la nation, M. Salah Goudjil, a salué, jeudi à Alger, la rencontre du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avec les chefs des partis politiques représentés aux Assemblées élues, affirmant qu’elle participait du renforcement du front intérieur. Lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales au Conseil de la nation, M. Goudjil a salué la rencontre du président de la République avec les chefs des partis politiques représentés aux Assemblées élues, précisant qu’il s’agissait d’une initiative inédite à même de renforcer le front intérieur. Cette rencontre, a-t-il poursuivi, incarne « l’essence de la pratique démocratique et de la Constitution de novembre 2020, qui donne la chance à tous les Algériens de contribuer à l’édification de leur pays ». Dans le même sillage, M. Goudjil a souligné que cette rencontre « participe de la politique de la main tendue annoncée par le président de la République après son élection en 2019, laquelle s’est concrétisée par une série de rencontres et de consultations avec les chefs de partis dans le cadre du dialogue responsable visant à conforter la place de l’Algérie ». Le président du Conseil de la nation a, par ailleurs, appelé à une forte participation à la prochaine Présidentielle, compte tenu de son importance, pour, a-t-il dit, « envoyer un message fort aux ennemis à l’étranger », soulignant « le rôle crucial de l’élément humain dans le processus d’édification et dans le soutien aux réalisations de l’Algérie dans les différents secteurs ». S’agissant de la politique étrangère, M. Goudjil s’est félicité des positions constantes de l’Algérie en faveur des causes justes, en tête desquelles la cause palestinienne, rappelant, à cet égard, les efforts déployés par l’Algérie pour l’admission de la Palestine comme Etat membre de plein droit des Nations Unies. Evoquant les défis rencontrés par l’Algérie au lendemain de l’indépendance et le rôle joué par l’Armée nationale populaire (ANP), digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), il affirmé que « les défis actuels exigent la même volonté et la même détermination qu’à l’époque » et l’engagement de tout un chacun pour « transmettre le message aux générations futures ».

Décès du Président iranien Ebrahim Raïssi

Goudjil signe le registre de condoléances

Chargé par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil a signé, jeudi au siège de l’ambassade iranienne à Alger, le registre de condoléances suite au décès du Président iranien, Ebrahim Raïssi, de son ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, et de leurs accompagnateurs. « C’est avec une grande tristesse et une profonde affliction que nous avons appris le décès du président de la République islamique d’Iran, pays frère, Ebrahim Raïssi, du ministre des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, et de leurs accompagnateurs dans un crash d’hélicoptère », a écrit M. Goudjil sur le registre de condoléances. « En cette douloureuse épreuve qui a frappé le peuple iranien frère, je vous adresse, au nom du président de la République, et au nom du Gouvernement et du peuple algériens, mes sincères condoléances et vous assure de ma compassion et de ma solidarité, priant Dieu Tout-Puissant d’accorder aux défunts Sa sainte miséricorde, de les accueillir en Son vaste paradis, et de prêter à leurs proches patience et réconfort », a-t-il poursuivi. « Avec le décès de M. Raïssi, l’Iran perd une personnalité éminente et un leader chevronné. L’histoire retiendra ses efforts incommensurables au service du peuple iranien frère, outre l’ensemble de la nation musulmane qui n’oubliera guère son rôle prépondérant et sa grande contribution en faveur de la cause palestinienne, à laquelle il a mobilisé un soutien international », a-t-il ajouté. Evoquant la dernière visite du regretté en Algérie, M. Goudjil a indiqué que « les Algériens ne sauront oublier l’attachement du défunt président, depuis son arrivée au pouvoir, à la consolidation et à la promotion de la coopération bilatérale entre l’Algérie et l’Iran », affirmant que « le souvenir de sa dernière visite officielle en Algérie constituera une halte dans le parcours de renforcement des relations historiques entre nos deux pays frères ». « Alors que nous nous inclinons avec déférence et respect à la mémoire des victimes de ce douloureux accident, nous réitérons nos sincères condoléances et assurons le Gouvernement iranien et le peuple iranien frère de toute notre compassion », a-t-il encore écrit sur le registre de condoléances.

Attaf reçu par le président du Sénégal Bassirou Diomaye Faye

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, a été reçu jeudi soir à Dakar par le président de la République du Sénégal, M. Bassirou Diomaye Faye, auquel il a remis une lettre du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, indique vendredi un communiqué du ministère. Au cours de l’audience, M. Attaf a également transmis au président Sénégalais les  »sincères salutations du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et sa disponibilité à travailler avec lui pour imprimer une nouvelle dynamique dans les relations algéro-sénégalaises », ajoute t-on de même source. 

Au cours de cette audience, précise le communiqué du ministère,  »il a été examiné les voies et moyens de promouvoir les relations historiques qui lient l’Algérie et le Sénégal à de futurs horizons qui consolident la volonté des deux Présidents pour l’approfondissement de la coopération et la compréhension au mieux des intérêts des deux pays et des deux peuples frères. » 

 »Les derniers développements dans la région sahélo-saharienne et les perspectives de parvenir à des solutions pacifiques aux crises qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité dans cet espace » ont été également abordés, souligne le communiqué du ministère des Affaires étrangères. Le président du Sénégal Bassirou Diomaye Faye a de son côté chargé M. Attaf à  »transmettre ses salutations et sa considération au Président de la République M. Abdelmadjid Tebboune, exprimant son souhait de le rencontrer et de travailler avec lui pour concrétiser leur volonté commune pour le développement des relations bilatérales et la concrétisation de leur engagement réciproque vis à vis des questions de paix et de développement au niveau régional. »

Culture

Deuxième Forum du livre: une quinzaine d’inventeurs et de créateurs algériens distingués

Une quinzaine de chercheurs, inventeurs et créateurs algériens, qui, par leur savoir et leur créativité, ont honoré l’Algérie sur la scène internationale, ont été distingués, jeudi soir à Alger, par la ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, lors d’une cérémonie qui a marqué le deuxième Forum du Livre. Organisée sous l’intitulé, « L’impact du génie algérien sur les connaissances humaines », la cérémonie de remise des distinctions du deuxième Forum du livre a mis en valeur une quinzaine de chercheurs, inventeurs et créateurs algériens, parmi lesquels, Belkacem Hebba, Bachir Halimi, Yahia Chelboun, Kamel Senhadji, Ahmed Djebbar, Said Mekhilef et Waciny Laredj.

La cérémonie de remise des distinctions du deuxième Forum du livre s’est déroulée en présence également du président de la Cour Constitutionnelle, Omar Belhadj, du Conseiller auprès du président de la République, chargés de, l’Education, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de la Culture, Mohamed Seghir Saâdaoui, et des ministres, de la communication Mohamed Lagab, ainsi que de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi.

Relevée davantage par la présence de plusieurs autres hauts responsables d’Institutions et d’Organismes officiels de l’Etat, la cérémonie a été ouverte par l’allocution de la ministre de la Culture et des Arts, qui a d’abord rappelé que la vision de départ de son département à l’égard du livre « s’est articulée autour de la spécificité algérienne, consacrant les aspects cognitifs et créatifs dans une perspective économique inspirée des fondements de l' »Algérie nouvelle, dont les bases ont été initiées par le président de la république, M. Abdelmadjid Tebboune ».

La nécessité de promouvoir davantage le livre a conduit à la création de ce forum, « un Rendez-vous important qui a exprimé sur le terrain, l' »attachement des algériens au savoir et à la connaissance », explique encore Soraya Mouloudji, avant de passer en revue les différentes étapes définissant la stratégie tracée par son département et mise en application dans toutes les wilayas du pays, afin de faire du livre « un véritable moteur » qui mène vers l’accomplissement de soi et le progrès de la société. S’appuyant sur des résultats, obtenus après l’application de la nouvelle stratégie du livre sur l’ensemble du territoire, la ministre de la Culture et des Arts a indiqué qu’en 2023, pas moins de 19 bibliothèques ont ouvert leurs portes au public, 14 autres durant les cinq premiers mois de l’année 2024, une année qui attend d’ouvrir encore durant les mois à venir, 18 autres établissements dédiés au livre et à la lecture.

INTERNATIONAL

AFRIQUE

La prévention des conflits en Afrique devrait être une priorité 

La prévention des conflits en Afrique devrait être une priorité tout en bénéficiant d’un financement adéquat afin de permettre au continent de répondre de manière efficace aux menaces multiformes, notamment celle du terrorisme, a indiqué, jeudi, le représentant permanent de l’Algérie auprès de l’ONU, l’ambassadeur Amar Bendjama lors d’un débat ouvert au Conseil de sécurité. « La paix et le développement se renforcent mutuellement », a soutenu M. Bendjama lors de son intervention au débat ouvert sur le « renforcement du rôle des Etats africains face aux défis mondiaux en matière de sécurité et de développement », affirmant que les conflits avaient un « effet négatif considérable » sur la réalisation des objectifs de développement durable. L’Afrique fait face à nombreuses crises, notamment celles liées aux défis socio-économiques, a-t-il signalé affirmant que la bonne gouvernance restait, à cet égard, la solution idéale pour prévenir et régler les crises. Le développement est tout aussi crucial après la fin des conflits « dans la mesure où les efforts de consolidation de la paix contribuent à renforcer la résilience et les capacités des Etats touchés à se remettre des crises et à en prévenir de nouvelles », a-t-il ajouté. De même que le renforcement de la coopération entre l’ONU et les organisations régionales dans les questions liées au maintien de la paix et de la sécurité internationales peuvent améliorer la sécurité collective, a-t-il noté. Il a assuré, en outre, que la mise en œuvre de la résolution (2719) du Conseil de sécurité offrait l’opportunité de favoriser l’appropriation par l’Union africaine des initiatives de paix grâce à un financement « prévisible, durable et flexible des opérations de soutien à la paix dirigées par l’UA ». Il a précisé, à ce propos, que l’efficacité de cette résolution était tributaire de sa mise en œuvre dans le respect de la justice et de l’équité. « Fondé sur la conviction que la sécurité et la stabilité en Afrique sont intrinsèquement liées au développement, mon pays, l’Algérie, contribue activement au progrès du continent africain », a-t-il indiqué, d’autre part. L’Algérie a lancé « une série d’initiatives stratégiques visant à renforcer les liens avec les Etats voisins et à favoriser l’intégration régionale », a-t-il rappelé. M. Bendjama a signalé, à ce sujet, que l’Algérie avait alloué dès 2020 un (1) milliard de dollars à l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, dans le but de renforcer les projets d’intégration continentale et les infrastructures importantes. « L’Algérie, mue par sa conviction inébranlable que la dette entrave le progrès économique, a annulé un montant total de 900 millions de dollars en faveur de quatorze (14) pays africains », a-t-il rappelé. Il a ajouté que l’Algérie offrait, chaque année, plus de 2000 bourses d’études aux étudiants africains, notamment dans les branches ayant trait à la gouvernance et la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD). « Dans le cadre des efforts visant à renforcer davantage la coopération régionale entre l’Algérie, la Libye et la Tunisie, un mécanisme consultatif a été mis en place pour assurer la sécurité aux frontières communes », a-t-il dit notant que « cette initiative vise à coordonner les efforts de lutte contre l’immigration clandestine, le terrorisme et le crime organisé ».

M. Bendjama a, par ailleurs, une nouvelle fois défendu le droit du continent africain d’avoir sa place au sein du Conseil de sécurité.

Tchad

Mamahat Déby prête serment et nomme Allamaye Halina Premier ministre

Mahamat Idriss Déby Itno, qui avait été propulsé à la tête du Tchad par une junte militaire à la mort de son père Idriss Déby Itno en 2021, a prêté serment jeudi en tant que président. Après avoir vanté le « retour à l’ordre constitutionnel », il a promis d’être « le président des Tchadiens de tous horizons et de toutes sensibilités ». Il a aussi nommé au poste de Premier ministre Allamaye Halina, un ancien ambassadeur du Tchad en Chine.

Ghaza:

La CIJ ordonne à l’entité sioniste de stopper « immédiatement » son agression à Rafah

La Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné vendredi à l’entité sioniste de stopper « immédiatement » son agression contre Rafah, dans le sud de la bande de Ghaza, et de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès « sans restriction » à l’aide humanitaire. L’entité sioniste doit « arrêter immédiatement son offensive militaire, et toute autre action menée dans le gouvernorat de Rafah, qui serait susceptible d’infliger aux Palestiniens de Ghaza des conditions d’existence capables d’entraîner leur destruction physique ou partielle », a déclaré la plus haute juridiction de l’ONU, qui siège à La Haye.

La cour a aussi ordonné à l’entité sioniste de maintenir le passage de Rafah ouvert pour permettre un accès « sans restriction » à l’aide humanitaire, et appelé à la libération immédiate des otages à Ghaza.

Les ordonnances de la CIJ, qui tranche les différends entre Etats, sont juridiquement contraignantes mais elle n’a aucun moyen de les faire respecter.

La décision de la CIJ intervient quelques jours après une demande du procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, d’émettre des mandats d’arrêt contre des responsables sionistes pour des crimes dans la bande de Ghaza.

L’Afrique du Sud a porté l’affaire devant la CIJ en décembre, affirmant que l’agression sioniste à Ghaza violait la Convention des Nations unies sur le génocide de 1948.

La cour a ordonné en janvier à l’occupant sioniste de faire tout ce qui est en son pouvoir pour prévenir tout acte de génocide et permettre l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Ghaza.

Mais Pretoria s’est de nouveau tournée à plusieurs reprises vers la CIJ, arguant que la situation humanitaire désastreuse à Ghaza obligeait la cour à prendre de nouvelles mesures d’urgence.

EUROPE

Finlande

Des « agriculteurs du futur » créent une protéine alimentaire avec de l’air

Dans une usine finlandaise récemment ouverte près d’Helsinki, des scientifiques fabriquent une protéine alimentaire en nourrissant un microbe avec de l’air et de l’électricité. « Nous pouvons remplacer les œufs, la mayonnaise végétalienne », assure le PDG de Solar Foods. L’agriculture cellulaire, qui consiste à produire des aliments ou des nutriments à partir de cultures cellulaires, est de plus en plus considérée comme une alternative écologique à l’élevage, l’un des principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivant.