Salama News

Salama News

477

Algérie

Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d’Algérie au Tchad

Le Gouvernement tchadien a donné son agrément à la nomination de M. Djamel Eddine Omar Bennaoum, en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République algérienne démocratique et populaire auprès de la République du Tchad, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger.

La Commission mixte algéro-française Histoire et Mémoire tient sa première réunion en visioconférence

La Commission mixte algéro-française Histoire et Mémoire a tenu, mercredi, sa première réunion par visioconférence durant laquelle la partie algérienne a présenté une feuille de route conformément aux principes fondamentaux énoncés dans la « Déclaration d’Alger » signée entre le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et son homologue français, M. Emmanuel Marcon, et dans la déclaration du Comité intergouvernemental de Haut niveau (CIHN), indique jeudi un communiqué de la Présidence de la République. « La Commission mixte algéro-française Histoire et Mémoire a tenu, hier, sa première réunion par visioconférence, durant laquelle la partie algérienne a présenté une feuille de route conformément aux principes fondamentaux énoncés dans la Déclaration d’Alger signée le 27 août 2022 entre le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et son homologue français, M. Emmanuel Marcon, et dans la déclaration du Comité intergouvernemental de Haut niveau, tenu à Alger les 9 et 10 octobre 2022 », lit-on dans le communiqué. Durant cette rencontre, « les deux parties ont convenu du traitement de toutes les questions relatives à la période coloniale, la résistance et la Glorieuse guerre de libération », ajoute la même source, précisant qu’elles ont convenu également de « poursuivre la concertation et les contacts pour la mise en place d’un programme d’action futur, et de fixer les prochaines réunions de la Commission mixte ».

Dattes algériennes

L’or inépuisable du désert

 Si le pétrole, le gaz et les ressources minières constituent le réservoir du désert algérien et la soupape de sécurité de l’économie nationale, ce même désert regorge d’une richesse naturelle inépuisable : les dattes, notamment l’inégalée « Deglet Nour ». Malgré la concurrence à l’échelle mondiale des pays leaders dans la production de dattes, à l’instar de l’Egypte, l’Arabie saoudite, l’Iran et l’Irak, et les campagnes mensongères orchestrées par des parties qui ont tenté d’exclure les dattes algériennes des marchés mondiaux et œuvré à déprécier ce produit de qualité supérieure, les spécialistes sont unanimes : « Deglet Nour » reste la reine des dattes à travers le monde de par son goût savoureux, sa couleur dorée translucide et sa texture moelleuse. Le dernier exemple en date de cette reconnaissance internationale de la qualité des dattes algériennes est la récente classification de « Deglet Nour », par le célèbre site « TasteAtlas », à la première place mondiale des meilleures dattes. Il ne fait aucun doute que cette place de choix occupée par les dattes algériennes tient d’abord à leurs caractéristiques uniques, mais aussi à l’intérêt et au soutien accordés par l’Etat, notamment ces dernières années, au développement de cette filière, du financement au stockage en passant par la prise en charge partielle des frais de transport et l’organisation de salons promotionnels à l’étranger, en vue d’améliorer la production quantitativement et qualitativement et d’augmenter le volume des exportations. L’Algérie occupe la quatrième place mondiale en termes de production de dattes, avec une production de plus d’un million de tonnes par an, soit plus d’un dixième de la production mondiale (environ 10 millions de tonnes par an), sachant que la production nationale de dattes a doublé par rapport à il y a dix ans. En 2021, l’Algérie s’est classée à la septième place mondiale en termes d’exportations de dattes, avec environ 77.000 tonnes, pour une valeur totale de près de 80 millions de dollars. En 2017, les exportations de dattes ne dépassaient guère 47.000 tonnes, pour une valeur de 52 millions de dollars. L’Algérie exporte ses dattes vers 75 pays dans le monde et compte porter ce nombre à 150 pays à moyen terme pour augmenter le volume des exportations à pas moins de 250 millions de dollars. Le nombre des exportateurs des dattes dépasse actuellement 360 opérateurs, l’objectif étant d’atteindre 1000 exportateurs.Outre la qualité, l’utilisation par les producteurs de dattes en Algérie de pesticides sûrs pour la santé et autorisés sur l’échelle mondiale en matière de lutte contre les parasites agricoles (comme le charançon et le boufaroua), constitue un autre facteur qui a encouragé la commercialisation de la datte algérienne « Degla » dans les marchés mondiaux en toute confiance et avec mérite. L’Algérie dispose de près de 20 millions de palmiers plantés sur une superficie de 170.000 hectares à travers plusieurs wilayas du sud du pays, notamment à Biskra qui compte à elle seule 4,5 millions de palmiers, El Oued, El Meghaier, Touggourt, Ghardaïa, El Meniaa, Adrar, Bechar et Timimoun, soit 17 wilayas productrices de dattes recensées en Algérie par les spécialistes.

En sus de Deglet nour, le sud algérien recèle, selon les spécialistes, plus de 350 variétés de dattes dont la Mech-Degla, Bamekhlouf, Cheikh, El Menguer, Tefaza, Frana, Aguaz, Ahertana, Tizrazi, Tizizaout, El Ghers, Tinasser, Messaoudia, Tingour, El Hamraya, Tinedkane, Ezahdi, Tamliha, Tinedjdel, Tantboucht, Tizizaou, Ouakili, Yakhal, Sebaa et autres. Parallèlement au développement de la production de dattes, l’industrie manufacturière dans cette filière est devenue une industrie à part entière, avec plus de 30 produits secondaires de dattes et dérivés recensés (produits alimentaires et paramédicaux, aliments de bétail, …), qui sont aussi des produits du terroir de qualité aux perspectives prometteuses en matière d’exportation.

Sécurité

Aïd El-Fitr: La Gendarmerie nationale d’Alger met en place un dispositif sécuritaire spécial

Le Groupement territorial de la Gendarmerie nationale d’Alger a mis en place un dispositif sécuritaire spécial à l’occasion de l’Aïd El-Fitr pour garantir la sécurité des citoyens et assurer la fluidité du trafic routier, a indiqué jeudi un communiqué de ce corps de sécurité. Ce dispositif sécuritaire repose sur « la mobilisation de tous les moyens matériels et humains à travers différents lieux et axes principaux situés dans le territoire de compétence, par la multiplication des points de contrôle et l’intensification des patrouilles et des barrages fixes et mobiles au niveau des autoroutes et des axes principaux et secondaires, en vue d’assurer la fluidité du trafic routier, avec intervention immédiate le cas échéant », a précisé le communiqué. Dans ce cadre, le Groupement territorial de la Gendarmerie nationale d’Alger invite les conducteurs à la prudence sur les routes et au respect du code de la route, rappelant le numéro vert (1055) mis à la disposition des citoyens 24h/24 pour les signalements et les demandes d’intervention, ainsi que la page d’information routière « Tariki ».

Monde

Europe

 

Bourses européennes: Londres clôture à l’équilibre, Paris recule de 0,14% et Francfort de 0,62%

Les Bourses européennes ont été perturbées jeudi par des turbulences dans le secteur automobile,la guerre des prix des véhicules électriques lancée par Tesla déstabilisant plusieurs valeurs, tandis que, sur le terrain macroéconomique, les investisseurs attendent les prochaines décisions des banques centrales. Les indices ont globalement terminé dans le rouge, à l’exception de Londres qui a clôturé quasi à l’équilibre (+0,05%). Paris a cédé 0,14% et Francfort 0,62%.

Arrêt du nucléaire en Allemagne : Berlin met les gaz sur les énergies renouvelables

Allemagne

L’Allemagne a mis à l’arrêt, samedi, ses trois derniers réacteurs nucléaires en activité. Cette fin de l’énergie atomique, aboutissement de plus de 20 ans d’un désengagement politique volontaire, compte donner la priorité aux énergies renouvelables en vue d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2045. Mais le recours au gaz et au charbon pourrait écorner les ambitions climatiques de Berlin.

Afrique

Tunisie

Le chef d’Ennahda Rached Ghannouchi placé sous mandat de dépôt

Le chef d’Ennahda, Rached Ghannouchi, a été placé sous mandat de dépôt, jeudi. Ce dernier est l’opposant le plus en vue depuis le coup de force du président Kais Saïed en 2021. Son arrestation a été critiquée par l’Union européenne et les États-Unis notamment. Le chef d’Ennahda Rached Ghannouchi a été placé sous mandat de dépôt, a indiqué jeudi 20 avril son parti, en dénonçant sur sa page Facebook un « emprisonnement injuste ». Le chef du parti islamo-conservateur et de l’ancien Parlement, âgé de 81 ans, est le principal opposant du président Kaïs Saïed depuis le coup de force de ce dernier, qui s’est emparé des pleins pouvoirs en juillet 2021. Il avait été interpellé lundi soir sur la base de déclarations dans lesquelles il avait affirmé que la Tunisie serait menacée d’une « guerre civile » si les partis de gauche ou ceux issus de l’islam politique, comme Ennahda, y étaient éliminés.

Selon l’avocat Mokhtar Jemai qui intervenait sur une radio privée, un juge d’instruction a décidé d’émettre un mandat de dépôt pour incarcérer le chef islamiste à l’issue d’un interrogatoire de plus de 9 heures.

Soudan

Au sixième jour de combats à Khartoum, des appels à cesser le feu ignorés

Alors que les affrontements se poursuivaient à Khartoum jeudi, la communauté internationale tente de négocier un cessez-le-feu avec les deux généraux en lutte pour le pouvoir au Soudan. Sans succès jusque-là. Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de l’armée au Soudan, a affirmé à la chaîne Al Jazeera qu’il n’y aurait « plus de discussions politiques » avec les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR). Explosions et tirs continuaient, jeudi 20 avril, de déchirer Khartoum alors que la communauté internationale tente d’arracher un cessez-le-feu aux deux généraux en lutte pour le pouvoir au Soudan, à la veille de la fête musulmane de l’Aïd el-Fitr.  Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de l’armée au Soudan, a affirmé à la chaîne Al Jazeera qu’il n’y aurait « plus de discussions politiques » avec les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), au 6ème jour de combats entre les deux camps.

Dans la ville de plus de cinq millions d’habitants, les familles se pressent sur les routes pour fuir raids aériens, rafales et combats de rue qui ont tué depuis samedi plus de 330 civils et fait plus de 3 200 blessés selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), et qui se concentrent à Khartoum et au Darfour, dans l’ouest.  Entre 10 000 à 20 000 personnes ont fui les combats pour trouver refuge au Tchad voisin, selon les équipes du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) présentes à la frontière.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantAïd Moubarek