Saïd Bouteflika, ex-« homme de l’ombre » du régime, condamné à quinze...

Saïd Bouteflika, ex-« homme de l’ombre » du régime, condamné à quinze ans de prison

120
PARTAGER

Quinze ans de prison pour les présents, vingt ans pour les absents. Le verdict du procès à huis clos entamé lundi 23 septembre au tribunal militaire de Blida à 50 km au sud d’Alger, contre de hauts personnages du régime Bouteflika, est tombé mercredi matin.

Saïd Bouteflika, frère cadet et conseiller du président déchu Abdelaziz Bouteflika, l’ex-général de corps d’armée Mohamed Mediène, dit Toufik, chef de service de renseignements de 1990 à 2015, et son successeur, le général Athmane Tartag, dit « Bachir », étaient jugés pour « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’Etat ». Le tribunal les a sanctionnés d’une peine de quinze ans de prison ferme. Tout comme la dirigeante du Parti des travailleurs (trotskiste), Louisa Hanoune, jugée pour sa participation à une réunion avec ces protagonistes.

En fuite à l’étranger, l’ancien ministre de la défense, le général Khaled Nezzar, son fils Lotfi et l’homme d’affaires Belhamdine Farid, ont été condamnés par contumace à vingt ans de prison. Le procureur militaire avait requis vingt ans contre l’ensemble des accusés.

Commentaires

commentaires