Renforcer les relations économiques entre l’Algérie et la Turquie.

Renforcer les relations économiques entre l’Algérie et la Turquie.

113
PARTAGER

le président Erdogan et le premier ministre Algerien Abdelaziz Djerad au Forum Algéro-Turque à Alger

Les deux présidents Abdelmadjid Tebboune et  Recep Tayyip Erdogan ont eu des échanges concernant la situation en Libye les questions internationales d’intérêt commun. Ensuite  comment  renforcer les liens unissant les deux pays frères et l’augmentation des usages de coopération bilatérale, économique et commerciale.

A l’issue des entretiens, les deux présidents ont signé une déclaration commune portant création d’un Conseil de coopération de haut niveau entre l’Algérie et la Turquie. Ils ont convenu également de porter très bientôt les échanges commerciaux entre les deux pays à plus de cinq (5) milliards de dollars.Un forum d’affaires Algéro-Turques a été organisé également ayant permis à plus de 200 opérateurs économiques participants des deux pays d’examiner quelles sont les possibilités pour élever les moyens  et  accentuer les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et la Turquie. Les deux pays ont affirmé leur détermination pour donner une impulsion  forte aux relations Algéro-Turc. Lors de la clôture des travaux du Forum d’affaires, en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, le Président Recep Tayyip Erdogan a considéré que ce forum « pose les bases d’une nouvelle étape dans les relations économiques entre les deux pays », assurant depuis son élection en Turquie, il  a désiré un intérêt particulier aux relations Algéro-Turques. Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad a affirmé dans son discours que le gouvernement algérien aidera à encourager la coopération bilatérale et à faire de l’investissement et des investisseurs une base solide dans sa coopération avec la Turquie, pays frère. Le premier ministre Algérien  a salué «l’orientation du Président Erdogan et des entreprises turques à investir en Algérie et contribuer au développement économique global auquel nous aspirons tous », mettant en en avant la détermination du gouvernement algérien à encourager la coopération en érigeant les partenariats et les investissements en  formant  une base solide dans les relations algéro-turques. Il a appelé, à ce titre, les hommes d’affaires présents en force au forum à investir dans les secteurs prioritaires en Algérie, se disant convaincu que ces secteurs« intéresseront les hommes d’affaires turcs, et l’industrie turque en général ».en  autre le premier ministre  Algérien  Abdelaziz Djerad a cité les industries légères, les nouvelles TIC , les start-up, l’agriculture, l’hydraulique et le tourisme,  en qualifiant ces secteurs  d’alléchants où la coopération algéro-turque apportera une participation véritable. A ce titre, il a suggéré aux  hommes d’affaires présents en nombre au forum à investir dans les secteurs prioritaires en Algérie, se disant convaincu que ces secteurs«intéresseront les hommes d’affaires turcs, et l’industrie turque en général».  Le premier  ministre  Abdelaziz  Djerad a proposé l’ouverture   « d’un grand atelier algéro-turque qui sera consacré à la mise en place d’un nouvel encadrement des relations commerciales bilatérales dans le cadre d’un mécanisme à même de revoir à la hausse le volume d’échange au mieux des intérêts des deux pays ».Le Premier ministre Algérien a par ailleurs affirmé que les entretiens entre les deux Présidents de la République étaient à même de  « donner un bond aux relations bilatérales, en général, et de motiver les hommes d’affaires des deux pays, en particulier, à  concrétiser ces relations sur le terrain à travers la création de projets permettant de contribuer à la promotion permanente de la coopération entre les deux pays et leurs peuples ».

Acette occasion, le président Turc à exprimé  sa « fierté quant à la croissance et l’ampleur des investissements turcs en Algérie , plaçant en premier la détermination de son pays à poursuive ses efforts en vue d’accomplir mieux de réussites bilatérales ». Evoquant les échanges commerciaux qui s’élèvent à près de 4 milliards de dollars, le Président turc a signalé que ce chiffre « même s’il est acceptable, néanmoins  il reste  insuffisant,  « formulant avoir convenu avec le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, de porter très bientôt les échanges commerciaux entre les deux pays à cinq (5) milliards de dollars ».Par ailleurs, Erdogan à discuté avec Tebonne  en abordant le sujet sur la création, le plus rapidement possible, « d’une zone de libre échange entre l’Algérie et la Turquie », faisant état de plusieurs mesures devant être prises  dans ce sens et qu’il est nécessaire de commencer au plus vite les négociations  à ce sujet. Le président Turc a fait  remarquer que les deux pays avaient décidé de tenir une réunion du comité mixte de coopération économique, mais celui-ci ne s’est pas réuni depuis 2002. Il Souhaite que cette démarche de coopération reprend plus régulièrement et durablement.

L’Algérie est le plus important accès sur le Maghreb arabe et l’Afrique

«La facilitation de la mobilité des personnes entre les deux pays et l’augmentation du nombre de visas accordés permettront aussi de ôter le niveau de coopération bilatérale. Contrairement aux autres pays, nous ne considérons pas l’Algérie comme un marché pour écouler nos produits »

Maisla Turquie aspire à la réalisation d’importants  investissements avec l’Algérie a t-il déclaré. Soulignant que les investissements des sociétés turques en Algérie dépassaient 3,5 milliards de dollars et ont permis la création de 30.000 postes d’emploi, M. Erdogan a fait état de 377 projets d’investissements turcs établis en Algérie. Il a ajouté  que « l’Algérie occupe la troisième place en terme de présence des entreprises turques de par le monde » .La Turquie compte sur elle pour la réussite du prochain sommet Turquie-Afrique, a déclaré le Président Erdogan à la clôture du Forum d’affaires Algéro-Turc.

HHS

Commentaires

commentaires