Relancer la dynamique de coopération en Méditerranée en misant sur la société...

Relancer la dynamique de coopération en Méditerranée en misant sur la société civile et sa jeunesse

159
PARTAGER

« Je m’étais dit que la solution à toutes les contradictions de l’existence était là, dans cette mer. Ma méditerranée » écrit Jean-Claude Izzo. Relancer la dynamique de coopération en Méditerranée est probablement une solution aux nombreuses problématiques économiques, écologiques, sociales, politiques,… auxquelles nous devons faire face, au sud comme au nord de la Méditerranée.

Relancer la dynamique de coopération en Méditerranée était l’objectif du Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée, qui se déroulait à Marseille les 23 et 24 juin 2019. Le Sommet des deux rives repose sur la conviction que la société civile doit être pleinement associée à la définition d’un nouvel agenda positif pour la Méditerranée. C’est pourquoi de nombreux acteurs ont été mobilisés en amont du Sommet à plusieurs événements pour partager leurs expériences et recommandations afin de relancer une dynamique durable de coopération entre les deux rives. Des thématiques variées telles que l’énergie, l’emploi, l’éducation, le tourisme, le développement durable ont été abordées. En dehors des réflexions, des projets concrets, existant ou à développer, ont aussi été proposés.

C’est l’ensemble de ces réflexions et propositions d’initiatives qui a pu être partagé avec les dirigeants lors du Sommet à Marseille, afin de déterminer celles qui seront mises en œuvre de façon prioritaire. Ces dirigeants sont membres du Dialogue 5+5 Méditerranée réunissant cinq États de la rive sud de la Méditerranée (la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye) et cinq États de la rive nord (le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie et Malte) ainsi que des organisations telles que l’UE ou l’Union pour la Méditerranée.

Youth ID a d’ailleurs eu la chance de participer à une de ces réunions préparatoires le 22-23 mai pour un dialogue régional de l’Union pour la Méditerranée, basée à Barcelone. Plus de 140 acteurs de la société civile d’une quinzaine de pays euro-méditerranéens ont ainsi pu échanger et commencer à développer des synergies pour des projets. Une coopération qui peut aller très loin grâce à l’intégration des jeunes lors de ces réunions. En effet ces derniers sont les garants de la durabilité des projets et politiques qui seront mis en place, il s’agit donc de les former rapidement et co-construire avec eux l’avenir de la Méditerranée.

L’Union pour la Méditerranée l’a bien compris en faisant des problématiques jeunesse et femmes, un axe transversal et une priorité. 60 % de la population euro-méditerranéenne est actuellement âgée de moins de 30 ans et le nombre de jeunes de moins de 15 ans devrait augmenter de plus de 18 % d’ici à 2020. Un tel chiffre nous oblige à repenser le rôle que l’on souhaite donner à la jeunesse pour en faire davantage des acteurs du changement.

Yanis Lammari

Fondateur de l’association Youth ID et consultant jeunesse

Exergue : « Ils sont les garants de la durabilité des projets et politiques qui seront mis en place »

Commentaires

commentaires