Prochaines activités du Centre Culturel Algérien

Prochaines activités du Centre Culturel Algérien

40
PARTAGER

Le mois de septembre promet de belles activités. Concerts et vernissage, voilà notre séléction des prochains week-ends :

Samedi 07 septembre 2019  à 20h30

Concert de Nabil Baly (Entrée 15 euros)

Comme tous les touaregs, Nabil Baly Othmani est nourri de sa culture, de son patrimoine, de son environnement. Il est le digne héritier d’une famille de musiciens reconnus, dont Baly son père, poète et joueur de Oud réputé. 

Il apprend le Oud avec son père, puis se met à la guitare, compose alors son propre répertoire et fonde son groupe avec ses amis musiciens de Djanet. Dans l’un comme dans l’autre de ces répertoires, le chant a une place importante, toujours en tamasheq (la langue des touaregs quel que soit le pays où ils vivent) et se référant aux valeurs ancestrales de leur culture, il révèle la tradition orale sur laquelle s’appuie Nabil pour ses compositions.

Vendredi 13 septembre 2019 à 18h30

Vernissage de l’exposition « Départs Imprévus », de Kamel Khati (Ouverte du 13 septembre au 05 octobre)

Des images dessinées au crayon gris ou à la sanguine, peintes à l’huile, sur papier blanc ou sur toile. Ou encore animées images par images.  Les sujets se détachent sur un fond blanc rendant une sensation d’inachevé. La forme suggérée cohabite avec le support brut, sans aucun décor, juste une atmosphère. Il s’agit de recueillir l’écho de ces lieux qui nous habitent dans un monde où l’on occupe des boîtes inhabitables, où le rapport à l’espace est problématique, le lien au sol presque inexistant sinon artificiel et instable. Le constat est là : ce silence de/à l’endroit remplit à lui seul l’espace.

Samedi 14 septembre 2019 à 20h30 

Concert de musique andalouse avec Farid Khodja (Entrée 15 euros) 

Farid Khodja fut bercé dès son jeune âge par les sons aussi voluptueux que mélodieux qui s’échappaient du rabâb de son oncle Mohamed Khodja dit Dziri, cet inconditionnel de la musique arabo-andalouse
qui l’initia à la nouba en l’emmenant assister aux répétitions qu’il donnait à la doyenne des associations blidéennes El Widadadia. Il enregistre 5 CD, dont une nouba mezmoum, un florilège de
chants haouzi , une nouba rasd eddil.son dernier opus, « Narandj» en collaboration avec Denis Martinez, paru en 2017, se veut un hommage à sa ville Blida.

Commentaires

commentaires