Médicaments génériques Avis d’un Généraliste

Médicaments génériques Avis d’un Généraliste

163
PARTAGER

Salim, notre Médecin-conseil nous entretient au sujet des Génériques. Il nous livre un avis tranché, bien loin des faux-semblants que recèle parfois la Médecine.

Le médicament générique est-il une copie conforme du médicament de référence ?

« Pas toujours, il a le même principe de base, mais dans la fabrication : les excipients, ces substances qui servent à enrober, colorer ou encore donner un goût au médicament, peuvent être différents entre le générique et le médicament de référence. Sauf que ces excipients provoquent parfois une allergie là où ceux utilisés dans le médicament de référence sont totalement tolérés par le patient».

Qu’est-ce qu’un générique peut changer pour le patient ?

« La présentation des boîtes et du médicament lui-même étant différente du médicament de référence, il peut y avoir des problèmes d’observance, notamment chez les personnes âgées qui ont un traitement sur le long terme, habituées au médicament princeps. Une substitution mal expliquée par le pharmacien, génère chez le patient un stress, une confusion, voire l’arrêt du traitement ».

Pourquoi les génériques sont-ils moins chers ?

« Le médicament générique est moins cher car il n’a pas à assumer les coûts de recherche monstrueux, puisqu’il reprend une formule déjà existante lorsqu’elle tombe dans le domaine public. Par ailleurs, les coûts de marketing et de promotion sont moindres ».

L’Algérien préfère la molécule d’origine au générique

« Malgré un prix relativement abordable, le médicament générique n’arrive toujours pas à s’imposer sur le marché pharmaceutique algérien. Le malade portele plus souvent son choix sur la molécule d’origine ou le princeps, pendant que le médecin semble de son côté, hésiter à le prescrire. Les pharmaciens précisent « en discuter » avec le client. Les malades, les plus démunis acceptent l’échange. L’écoute est d’autant plus facile que c’est le pharmacien qui leur parle : ils ont confiance. D’autres, comprennent difficilement « ces jongleries » au niveau des prix, puisqu’ils bénéficient déjà du tiers payant »

KAY

Commentaires

commentaires