Médecines Douces: La controverse

Médecines Douces: La controverse

74
PARTAGER

Initiation au Yoga

Les adeptes de la Pénicilline n’ont qu’à bien se tenir, les médecines douces débarquent en force depuis plusieurs années !!La Médecine conventionnelle qu’affectionnent les afficionados des comprimés et autres gélules, doivent composer maintenant avec de nouvelles thérapies, celle holistique.

Les raisons d’un tel succès ? Les Médecines douces considèrent l’individu dans son ensemble, en ne se focalisant pas seulement, sur le symptôme, contrairement à la Médecine traditionnelle, qui se concentre sur l’organe malade.On reproche aux Thérapies alternatives, leurs dérives sectaires et pratiques douteuses, et à la fois, le manque de Formation et d’informations.Parmi ces thérapies douces nouvelles, nous pouvons citer la gemmothérapie (utilisant les tissus embryonnaires frais des tissus : les bourgeons) ; la Fasciathérapie (intervient sur les fines membranes qui relient les tissus et les organes du corps) ; le Biomagnétisme (vise à débarrasser l’organisme d’énergies usées, causant douleur et maladies à l’organisme) ; la Kinésiologie (dénoue les blocages énergétiques et émotionnels en travaillant sur les muscles), la Naturopathie (mise sur la stimulation des mécanismes naturels du corps)…Dans la plupart des pays, il n’y a pas de Chaires bien définies au niveau universitaire pour former à ce type de disciplines. Certains, récusent le manque de recul, quant à ces thérapies complémentaires.Il n’y a pas de modèle prédéfini. Chaque cas est unique. Il faut adapter le diagnostic, de la médecine alternative, à adopter selon le patient, l’âge, pathologie. D’où la plasticité que doivent avoir ces « professionnels de santé ».Lorsqu’il faut maintenant, parler de médecine intégrative, et compléter la médecine conventionnelle, par ces dernières.Le domaine de la Santé s’organise : il existe à présent des annuaires des professionnels de santé, de celle holistique, au niveau du Ministère inhérent. On ne s’adresse plus à un gourou.

L’Acupuncture, pour exemple est reconnue lorsque l’on veut perdre du poids. L’Aromathérapie fait merveille pour retrouver bonne humeur et détente. Le Yoga est l’ami incontesté de la relaxation et lâcher prise.Lorsqu’un patient est atteint de cancer et que le temps est compté, que l’organisme est fatigué, un jeûne thérapeutique, est préconisé, 48 heures avant la chimiothérapie, pour priver la cellule cancéreuse de sucre et la tuer. Celui préventif, faisait partie intégrante de cures depuis les années 50. Il s’accompagne souvent d’un programme complet de remise en forme : randonnées, diète au bouillon et jus de fruit dilués et yoga. On parle de pratiques douteuses pour la Médecine holistique, parce que souvent, il faut attendre pour en ressentir les effets.Chez l’ostéopathe, les effets bénéfiques de la séance se font sentir, 30 jours plus tard. Le Sophrologue, faisant intervenir à l’esprit du patient, des images apaisantes, vision de l’esprit pour certains, passe d’emblée pour un charlatan.

Lorsque l’on s’adresse à la Médecine, il ne faut pas avoir d’idées préconçues. Rester ouvert, à d’autres pratiques, ayant fait leurs preuves sur beaucoup de patients, certains désespérés, reste non négligeable.Rappelez-vous, la Phytothérapie, l’Homéopathie, eurent du mal, à s’imposer à leur début. On parlait tout au plus de remèdes de grand-mère. Les cataplasmes à la moutarde contre la toux et le sirop aux brous de noix, contre les maux de tête prêtaient à rire.Reste qu’un train de vie paisible, une alimentation équilibrée et une activité physique, sont les précurseurs d’une bonne santé, que rien ne remplacera.

Karine AÏT YOUNES

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentSalama News
Article suivantSalama News