Louisa Hanoune, des décennies de militantisme, des échecs, des réussites, de la...

Louisa Hanoune, des décennies de militantisme, des échecs, des réussites, de la prison… et ce n’est pas fini !

101
PARTAGER

Elle est, sans doute, la femme politique algérienne qui a fait couler le plus d’encre. Une quarantaine d’années de militantisme sans interruption, plusieurs fois candidate aux présidentielles, des coups d’éclat, des positions parfois déconcertantes, des incarcérations… et un nom à jamais gravé dans les annales politiques algériennes : la « trotskiste ».

Le 10 février, Louisa Hanoune est libérée de la prison où elle a passé exactement 9 mois. Surement éprouvant pour une femme de son âge – Hanoune aura 66 ans le 7 avril prochain. Prendra-t-elle sa « retraite » ? « Une question qui n’a même pas lieu d’être posée », dira M. Djelloul Djoudi, le porte-parole du Parti des travailleurs que Hanoune dirige depuis sa création en 1990.  

« Elle milite pour les travailleurs pour la nation, pour la démocratie, pour les femmes, pour la justice… bref,  pour des idéaux auxquels elle n’est pas prête de renoncer », enchaîne M. Djoudi qui nous confirme que la prison a bel et bien éprouvé Hanoune. C’est dire que même les partisans de la révolution continue – Hanoune se proclame trotskyste – ont besoin de repos.

Pas « Hirak », mais « Révolution »

Et parlant de la Révolution – plutôt du Hirak –, Hanoune, nous dira Djoudi, a, dès sa sortie de prison, tenu à apporter un correctif. « Nous ne sommes pas en train de vivre un mouvement citoyen ordinaire, mais carrément une révolution », aurait-elle dit à ses proches dans le Parti. Et elle aurait ajouté : « Elle ne peut être autre chose d’autre, puisque elle a inscrit dans ses objectifs le départ du système et de tous ses symboles ». Djoudi, un « vieux » compagnon de combat de Hanoune, semble lui aussi fortement imprégné de cet esprit propre au « gens de gauche ».

« Même son incarcération, dit-il, a été décidée dans le but de l’éloigner de la Révolution, elle qui a toujours été avec le peuple et qui sera toujours avec le peuple ». D’ailleurs,  « la joie de retrouver la liberté ne serait (pour Hanoune) totale qu’après la libération de tous les détenus politiques et d’opinion ». C’était dans le communiqué rendu public par la direction du PT au lendemain de la fameuse libération qui a provoqué une explosion de joie sur les réseaux sociaux, car, il faut bien l’avouer, la femme qui est Hanoune a la sympathie de beaucoup – on ne peut parler de la totalité ! – d’Algériens.

Une épopée judiciaire et une ambition d’être acquittée

Mais Louisa Hanoune ne compte pas laisser les choses où elles sont. Ni pour les « idéaux » qu’elle a toujours défendus, ni pour le jugement dont elle a fait objet. « Elle a déclaré dès sa sortie de prison qu’elle (le) récusait (…) et qu’elle ferait appel pour être acquittée purement et simplement », peut-on lire dans le même communiqué.

Pour la direction du PT, Hanoune a été arbitrairement emprisonnée et condamnée. « Après neuf mois d’emprisonnement arbitraire, écrit-elle, la cour d’appel du tribunal militaire de Blida, qui a abandonné les deux chefs d’inculpation, complot contre l’autorité de l’État et atteinte à l’autorité de l’armée, pour lesquels il avait condamné Louisa Hanoune à 15 ans de prison ferme en première instance, a requalifié l’accusation pour non dénonciation d’une réunion secrète et a décidé d’une peine de 03 ans de prison dont 09 mois fermes pour ce nouveau chef d’accusation ».

Mais Louisa Hanoune ne pouvait-elle pas tout simplement éviter de se jeter dans la gueule du loup comme l’a fait l’ancien Président Liamine Zeroual qui a catégoriquement refusé l’offre du trio Saïd-Toufik-Tartag ? Mieux encore, Zeroual n’a pas tardé à rendre publics et l’invitation qui lui a été adressée et le refus qu’il y a opposé. Pourquoi donc Louisa Hanoune n’a-t-elle pas communiqué – ce qui lui a attiré les foudres même des cadres de son parti – au sujet de cette réunion qui garde encore le gros de ses secrets ?

Peut-être que la conférence de presse que la Secrétaire générale du PT animera très prochainement, comme le promet son porte-parole, mettra un peu de lumière sur une affaire des plus louches. Mais il ne faut peut-être pas s’attendre à des révélations fracassantes : ce ne sont pas des choses dont les conférences de presse peuvent se targuer. Mais, avec Hanoune, on peut toujours espérer !

H. F.

Commentaires

commentaires