Lentement, la situation se rétablit : Le plan de la Commission européenne...

Lentement, la situation se rétablit : Le plan de la Commission européenne pour relancer le tourisme

73
PARTAGER

La Commission européenne a communiqué ses lignes directrices sur la reprise des voyages en toute sécurité et la relance du tourisme en 2020

 L’industrie européenne du tourisme a été l’une des plus touchées par les lourdes restrictions de voyage qui ont été imposées en raison de l’épidémie du COVID-19. L’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) a estimé une réduction de 20 à 30 % des arrivées internationales, ce qui entraînera une perte de revenus de 280 à 420 milliards d’euros pour l’industrie du voyage dans le monde. En Europe, la saison d’été rapporterait généralement au secteur environ 150 milliards d’euros avec 360 millions d’arrivées. Aujourd’hui, les membres de la Commission européenne ont discuté en détail de la manière de procéder pour assouplir les mesures COVID-19 et permettre les voyages au sein de l’UE. Une attention particulière a été accordée au tourisme et à l’aviation. La veille, la commissaire européenne aux transports, Adina Vălean, a confirmé que l’Union européenne insiste sur le fait qu’en cas d’annulation d’un vol, les voyageurs doivent avoir le choix entre recevoir un avoir ou le remboursement intégral du prix de leur billet d’avion.

 L’ouverture des frontières en Europe

 Déjà mardi soir, le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Paolo Gentiloni, a annoncé que nous pourrons certainement nous attendre à des vacances en été 2020. Toutefois, cela ne peut se produire que dans les conditions et les mesures de sécurité les plus strictes. La libre circulation et les voyages transfrontaliers sont essentiels pour le tourisme. C’est pourquoi les restrictions totales devraient être remplacées par des mesures plus ciblées dans les pays qui parviennent à maintenir un faible nombre d’infections. Si la levée généralisée des restrictions ne se justifie pas, la Commission européenne propose une approche progressive et coordonnée.

 En ce qui concerne l’ouverture des frontières, les États membres devraient agir sur la base de critères épidémiologiques, de mesures de confinement et de considérations économiques et sociales.

Droits des passagers aériens pendant la crise

 Alors que plusieurs pays ont pris des mesures pour suspendre temporairement le règlement européen sur les droits des passagers aériens, la Commission européenne a annoncé officiellement que ces droits doivent être respectés. Malgré le nombre considérable d’annulations de vols, les passagers continueront à avoir le droit de choisir entre un bon d’achat ou le remboursement du billet.

 Les compagnies aériennes tentent néanmoins, et depuis des mois, de forcer les clients à accepter leurs avoirs. Cela leur permet de conserver l’argent des passagers dans la compagnie et de le garder à disposition. « Nous considérons que cette action est extrêmement défavorable aux consommateurs. Ils paient la note des compagnies aériennes et sont obligés de leur prêter de l’argent, alors que le taux de chômage dans l’UE devrait atteindre 9 %. Ce comportement illustre parfaitement la raison pour laquelle nous ne devons rien céder sur les droits des passagers aériens dans l’Union européenne » explique Tom van Bokhoven, PDG de Vol-Retardé.fr.

 Pour rendre les avoirs plus intéressants pour les voyageurs, la commissaire européenne aux transports, Adina Vălean, a proposé que les compagnies aériennes offrent des avoirs remboursables après 12 mois s’ils ne sont pas utilisés. En outre, ces bons doivent être protégés contre l’insolvabilité par l’UE. Une telle mesure évitera à de nombreux voyageurs de perdre leur argent en cas d’insolvabilité de la compagnie aérienne.

 Mesures de sécurité pour contenir le COVID-19

 Les mesures de prévention des infections en Europe ont été principalement une affaire nationale. Chaque État membre de l’UE a pu décider lui-même quelles mesures ont été jugées nécessaires pour prévenir la propagation du coronavirus. L’ouverture prochaine des frontières au sein de l’UE exige de toute urgence une politique de sécurité commune au sein de l’UE. « Nous devons rester vigilants, nous éloigner physiquement et prendre des précautions sanitaires rigoureuses dans tout l’écosystème du tourisme et des transports afin de prévenir autant que possible de nouvelles épidémies », a déclaré la commissaire chargée de la santé et de la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides. En particulier au début de l’été, lorsque les gens sont censés voyager davantage, il est essentiel de prendre des mesures strictes et uniformes pour les hôtels, les aéroports, les transports publics, les restaurants, etc.

Assurer la survie du secteur du tourisme en Europe

 La Commission européenne vise à soutenir le secteur européen du tourisme en assurant la liquidité des entreprises touristiques. En particulier, les petites et moyennes entreprises seront aidées par des aides d’État ainsi que par des financements de l’UE. Le commissaire chargé du marché intérieur, Thierry Breton, a expliqué que des millions de petites entreprises et d’entreprises familiales sont confrontées à des faillites en raison de la crise. La Commission européenne a débloqué jusqu’à 8 milliards d’euros pour financer 100 000 de ces petites entreprises touchées par la crise. En outre, l’Union européenne vise à préserver l’emploi en accordant une aide financière pouvant atteindre 100 milliards d’euros. Ce programme aide les États membres à couvrir les coûts des programmes nationaux de chômage partiel et des mesures similaires permettant aux entreprises de bénéficier d’un soutien financier.

 La Commission européenne fera la promotion de l’Europe elle-même en tant que destination dans le cadre de campagnes paneuropéennes. Ces actions visent à mettre les citoyens en contact avec les attractions locales et à promouvoir l’Europe en tant que destination sûre. Elles espèrent également renforcer l’industrie du tourisme grâce à un afflux de visiteurs locaux.

Commentaires

commentaires