La réunion ministérielle extraordinaire du GECF: « Le gaz, incontournable pour la transition...

La réunion ministérielle extraordinaire du GECF: « Le gaz, incontournable pour la transition énergétique »

252
Réunion ministérielle extraordinaire du GECF

Un groupe de travail ad hoc de haut niveau dédié aux préparatifs du 7ème GECF s’est tenu jeudi. L’objectif de la réunion était d’élaborer la « Déclaration d’Alger », qui a été soumise pour examen lors de la réunion ministérielle extraordinaire et sera adoptée samedi sur la base d’une proposition initiale faite par l’Iran, le Forum des pays exportateurs de gaz a été créé par l’Iran, la Russie, le Qatar et d’autres États exportateurs de gaz le 23 décembre 2008.

Lors de la réunion ministérielle extraordinaire du GECF, les ministres de l’énergie ont discuté de la version finale de la Déclaration d’Alger et des résolutions y afférentes, qui seront ensuite approuvées par les chefs d’État et de gouvernement du Forum lors du sommet présidé par le président algérien Abdelmadjid Tebboune. Javad Owji ministre Iranien du pétrole est arrivée Alger jeudi avant le voyage du président dans la capitale algérienne. A la tête d’une délégation économique et politique de haut rang, le président iranien SeyyedEbrahimRaïssi quittera samedi Téhéran pour Alger pour assister au sommet à l’invitation officielle de Tebboune. Raïssi prononcera un discours lors du sommet pour exprimer les positions de l’Iran sur les stratégies et politiques du GECF visant à sauvegarder les intérêts de ses États membres, à promouvoir leur coopération sur le développement de l’industrie du gaz naturel et son rôle dans la sécurité énergétique, et à investir davantage dans le secteur. Le voyage du président Iranien à Alger vise également à élargir les relations avec les États musulmans et partageant les mêmes idées et à renforcer la coopération avec les organisations et syndicats régionaux et internationaux. Le voyage du président Iranien en Algérie est la première visite d’un président iranien en Algérie depuis environ 14 ans. Un certain nombre d’événements parallèles importants ont été également organisés en Algérie.

Le président iranien Seyyed Ebrahim Raeisi

Le siège de l’Institut de recherche sur le gaz (GRI) du GECF a  été inauguré lors d’une cérémonie officielle, la dernière édition du GECF Global Gaz Outlook était dévoilée, des individus et des institutions exemplaires ont été  récompensés, telle que Sonatrach et  Ali Hached, Ex-vice-président de Sonatrach et ex-Conseiller du ministre de l’Énergie et des mines, une cérémonie de signature de protocoles d’accord,Un mémorandum d’entente« Memorandum ofUnderstanding » (MoU) avec la commission africaine de l’énergie (AFREC) et l’Institut de recherche économique pour l’ASEAN et l’Asie de l’Est (ERIA) se tiendront. Plus tôt, le vice-ministre iranien du Pétrole chargé des Affaires internationales et du Commerce, Ahmad Asadzadeh, a déclaré : « Compte tenu des efforts considérables et du suivi effectué par le Département des affaires de l’OPEP et des relations avec les communautés énergétiques pour faire connaître les réalisations de l’Iran dans le contexte des sanctions, l’Institut de recherche de l’industrie pétrolière (RIPI) a été sélectionné et recevra un prix GECF lors du sommet.

Siège de l’Institut de recherche sur le Gaz GRI) du GECF

Le GRI dispose d’un comité scientifique et technique composé de représentants des États membres du GECF, qui a commencé ses travaux avant l’inauguration officielle de l’institut, a indiqué le député, ajoutant que le comité a jusqu’à présent étudié 30 plans soumis par les États membres et en a sélectionné cinq à mettre en œuvre Parmi les plans sélectionnés se trouve l’un des cinq présentés par l’Iran sous le titre « Plan de gestion et de collecte des gaz de torche », a déclaré Asadzadeh, ajoutant que le GRI a donné la première priorité au plan iranien L’Algérie, la Bolivie, l’Égypte, la Guinée équatoriale, l’Iran, la Libye, le Nigeria, le Qatar, la Russie, Trinité-et-Tobago, les Émirats arabes unis et le Venezuela sont membres du GECF et l’Angola, l’Azerbaïdjan, l’Irak, la Malaisie, la Mauritanie,le Mozambique, et le Péroudétiennent le statut d’observateurs , ainssi que le  Sénégal qui a fait sa demande pendant le sommet. Avec son nombre actuel d’États membres, le GECF jouit d’une position dominante sur les marchés mondiaux de l’énergie et parmi les organisations internationales de l’énergie. Ensemble, ils représentent 69 % des réserves mondiales de gaz, 39 % de la production commercialisée et 40% des exportations mondiales de gaz. De plus, les pays membres du GECF représentent collectivement plus de la moitié des exportations mondiales de gaz naturel liquéfié (GNL) (51 %). L’Iran accueillera le 8e Sommet des chefs d’État et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz en 2027.

HHS

​  

Commentaires

commentaires