France- Algérie, retour aux affaires !

France- Algérie, retour aux affaires !

103
PARTAGER

Le  ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors de sa visite à Alger, il s’est a exprimé, que  son pays  est animé d’une volonté pour  travailler  avec ce récent gouvernement  et revoir à nouveau  leur coopération.

Cette rencontre a été l’occasion pour les deux ministres d’examiner « l’état des relations de coopération entre les deux pays et les voies et moyens de leur renforcement », selon le communiqué du ministère des affaires étrangères (MAE), précisant que MM. Boukadoum et Le Drian avaient également analysés à fond les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment la situation en Libye et au Mali ». Après quelques  mois de froideur depuis le début du Harak en février 2019, les relations  entre les deux pays, ont été glaciales ,même juste après élection. Maintenant le gouvernement  Français  est en face de la réalité Algérienne et vu  actuellement les turbulences que la France traverse, celle-ci  ne peut pas passer outre. «L’Algérie a connu, au cours de l’année écoulée, une phase décisive dans son histoire. Nous avons en permanence, tout au long de cette période, répété la même chose : c’était aux Algériens et à eux seuls de décider de leur avenir et trouver ensemble le chemin d’un dialogue démocratique, parce que cela faisait partie du respect que nous avons pour la souveraineté de l’Algérie» Jean-Yves Le Drian a aussi salué « l’ambition exprimée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour réformer l’Algérie en profondeur, refonder l’Etat de droit et des libertés, relancer et diversifier l’économie conformément aux aspirations exprimées par les Algériens, ainsi que son engagement à conduire le pays dans un esprit de dialogue afin que tous les Algériens puissent s’exprimer sur ces réformes». Il a émis le souhait de voir le président Tebboune «réussir dans cette mission» et que la mise en œuvre de ces réformes puisse «conduire au succès de l’Algérie et des Algériens», réitérant «l’amitié de la France pour l’Algérie». Le Quai  d’Orsay a aussi mis en avant la volonté de son pays d’ouvrir une «nouvelle phase» dans les relations bilatérales avec l’Algérie, soulignant que les deux pays «partagent la volonté de réengager leurs échanges au plus haut niveau (…) afin de lancer une nouvelle dynamique dans tous les secteurs de coopération».

«Une  collaboration appuyée »

Au de là, de la relance des relations bilatérales, la visite à Alger du  ministre  français était réservée à des dossiers régionaux, dont la crise libyenne et le Sahel. «La France et l’Algérie ont une collaboration appuyée, ainsi Jean Yves le  Drian a déclaré  que «La France et l’Algérie ont une collaboration appuyée et notre réunion est primordiale » et notre réunion est primordiale. L’Algérie est une puissance d’équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique. Jean Yves Le  Drian a  précisé  que « l’Algérie  est écoutée et respectée et, sur ces bases-là, nous pouvons avoir ensemble une relation extrêmement forte. Dans l’actualité internationale et singulièrement l’actualité régionale, l’Algérie et la France vont coordonner leurs efforts, notamment sur le conflit libyen, afin de permettre la mise en place d’un cessez-le-feu durable et la reprise du dialogue politique», ajoutant que les deux pays «vont agir ensemble pour que les efforts initiés lors de la conférence de Berlin puissent se poursuivre».Depuis quelques semaines Alger a multiplié les consultations pour tenter de contribuer à une solution politique en Libye. Après le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, ainsi que les chefs de la diplomatie turque, égyptienne et italienne, le président turc, Recep Tayyip Erdogan,  probablement sera à Alger la semaine prochaine

 Hassina H. Sahraoui

Commentaires

commentaires