« Bien portant avec la médecine du prophète »

« Bien portant avec la médecine du prophète »

194
PARTAGER
Bien portant avec la médecine du prophète
Bien portant avec la médecine du prophète

Une bonne lecture en ces temps de crise sanitaire mondiale

En ces temps de crise sanitaire mondiale qui sévit partout et atteint tous les individus sans distinction de nationalité, de race, de couleur, de classe ou de religion, lire l’ouvrage « Bien portant avec la médecine du prophète » de Michel Canesi et Jamil Rahmani nous renvoieaux anciennes méthodes médicinales et remèdes de grand-mères héritées des générations passées, tout en insistant sur la nécessité du recours à la médecine moderne et aux notions de prévention contre les maladies établis scientifiquement de nos jours.

« L’islam serait-il prosélyte, conquérant ? Menacerait-il les fondements de la civilisation judéo-chrétienne ? Le monde des ténèbres, de l’obscurantisme, de la soumission, du retard technologique submergera-t-il celui des lumières, de la liberté, de l’intelligence ?

 Cette vision très sombre a conduit les médecins que nous sommes à vouloir offrir une autre image de cette religion en analysant et commentant un ouvrage du XVe siècle, La Médecine du Prophète »

lira-t-on en introduction. Il s’agit du traité de Jalal ad-Dine As-Suyuti qui « livre aux croyants les conseils, les observations et pratiques du Prophète Mohamed en matière de santé. »Le lecteur y découvrira quelques théories de base de la médecine musulmane comme la théorie des humeurs, comment rester en bonne santé en respectant certaines règles tel le manger, le boire, le mouvement, le repos, le rapprochement sexuel, l’air, les soins du corps (hygiène), l’hygiène mentale… Toutes ces notions étant revisitéesau regard de la médecine moderne par nos deux auteurs médecins, non sans donner toutefois l’occasion à Jamil Rahmani,denous plonger à chaque fois dans ses agréables souvenirs d’enfance qui rejaillissent et qui lui confirment ô combien les notions « musulmanes » acquises par hérédité sont en compatibilité quasi totale avec ses études en médecine. Et de dire, entre autres :« Médecin depuis quarante-deux ans, responsable de services d’urgence et d’anesthésie-réanimation (…) L’empathie éprouvée envers mes patients est sans conteste héritée de l’islam qui prône la bienveillance et l’entraide. » Michel Canesi quant à lui dira : « En travaillant sur La Médecine du Prophète, j’ai découvert les lignes de force qui gouvernent ma pratique médicale. La tempérance et la recherche du juste milieu, omniprésentes dans le coran, ont, à mon insu, orienté ma vie professionnelle. » Entre autres pratiques relatées, on lira à : « Le jeûne vise à purifier le croyant qui devra être, durant tout le mois, tourné vers Dieu, détaché des biens matériels, libéré de la dépendance et du désir. Il sera à l’écoute des autres, donnera de l’affection à ses proches et fera preuve de générosité. » Des notions qui donnent à réfléchir en ces temps où la satiété fait défaut. Et sur le plan santé, il y est dit par Mark Mattson que « le jeûne renforce la puissance du cerveau », auquel on rappliquera que « certains chercheurs affirment que ce n’est pas temps le jeûne intermittent qui est bénéfique que la réduction calorique qui l’accompagne. »Dans un chapitre relatif aux aliments, alicaments et substances végétales, on fait référence au citron, à l’oranger, au riz, à la banane, au siwak, au myrte, à la camomille, à la figue, aux grains de nigelle, au safran, au coing, au lait, au henné, au gingembre, au pavot… en en détaillant les bienfaits sur le corps humain, se basant sur la médecine du prophète, sur ce qu’en dit la médecine actuelle et un rappel du vécu de l’auteur. Il y est aussi fait référence aux parfums et plantes parfumées comme l’encens, le narcisse, le basilic, la rose, pour ensuite citer les interdits en Islam qui en fait seraient des aliments et autres nocifs au corps et à la santé de l’homme. L’ouvrage se termine par quelques traitements du temps du prophète, comme le traitement contre la fièvre, les douleurs abdominales, les hémorroïdes, la céphalalgie… des médicaments en terre d’islam : les laxatifs, pastilles et emplâtres, et revient aussi brièvement sur la peste, ce fléau qui a ravagé le monde et qui revient aujourd’hui sous un autre aspect, un covid-19, qui nécessite de la prévention accrue et une mise « en quarantaine pour se prémunir d’une contagion et éviter sa propagation. » Un ouvrage médical, social et spirituel où les auteurs diront en conclusion : « Après deux années passées dans le Coran, les hadiths, les écrits d’As-Suyuti, nous sommes plus que jamais persuadés que la culture musulmane est puissamment liée aux civilisations qui l’ont précédée : elles l’ont irriguée. » et de rajouter : « Que l’on soit croyant ou pas, musulman ou pas, la mise en pratique des règles de vie annoncées dans cet ouvrage peut nous aider à mieux vivre et à préserver notre santé physique et morale. »

Samira Bendris-Oulebsir

Bien portant avec la médecine du prophète, de Michel Canesi et Jamil Rahmani, Ed.JCLattès, 2018.

Commentaires

commentaires