Algérie : l’hypocrisie de certains députés européens vis-à-vis du Hirak

Algérie : l’hypocrisie de certains députés européens vis-à-vis du Hirak

320
PARTAGER

‘’L’hypocrisie est un vice d’autant plus odieux, qu’il est communément le prix du calcul ‘’

Adage français populaire du 18 siècle.

Les déclarations  de  pupitrards  du parlement européen qui ont évoqué les revendications du Hirak au mois de septembre dernier, soulignent  l’indignation sélective et le double standard  sur le thème des droits de l’homme. Des propos équivoques quant à leur timing, dans le but d’attiser  les polémiques politiques en déformant les faits.

Le timing des déclarations à la presse n’est pas anodin. Surprenant sursaut des  députés européens qui font preuve d’une  momerie en matière de promotion des droits de l’homme. Des figures européennes chafouines, des parlementaires cauteleux qui révèlent au grand jour la pratique du  deux poids deux mesures et du  double discours. Des saltimbanques politiques dont les opinions sont plutôt à vendre qu’à louer      .

Cependant, il importe d’observer ce que certains analystes  qualifient d’obstacles susceptibles de dévier la transition politique actuelle.  Sept questions méritent d’être posées à ces députés qui prônent la défense des droits de l’homme à géométrie variable, au sein des pays musulmans.

1/ Le pays  est-il devenu le théâtre d’une lutte par procuration entre certains pays d’Europe et du Conseil de Coopération du Golfe (CCG),  par le biais de soi -disant opposants au régime politique ?

2/ Ces eurodéputés soutiennent-ils une certaine catégorie d’opposants algériens ?

3/  Quelle crédibilité politique faut-il accorder  à des députés dits de l’opposition qui ont bénéficié du système des quotas, au sein de l’illégitime Assemblée populaire Nationale entre 2012  et aujourd’hui ?

L’acceptation d’un poste de ‘’député’’ par un candidat  au sein de l’assemblée nationale sert à cautionner  le régime politique. Or, il est utile d’établir une distinction  entre, d’une part, un membre du gouvernement algérien (fonction nominative), et d’autre part  un membre de l’assemblée nationale populaire  (fonction dite élective).  Placer au même niveau la nomination et la mascarade électorale relève d’une confusion.

4/ Y-a-t-il des  pays  qui soutiennent financièrement les partisans algériens de  la voie aventureuse de l’assemblée constituante ? 

5 /  Certains anciens membres de  parti politiques, qui ont résidé au club des Pins durant les années 1990 et 2000, sont –ils favorables à la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran ?

6 / Alors que les frontières terrestres  du pays sont en feu et que le défi migratoire n’a jamais été aussi important dans la région, est-il dans l’intérêt de l’Iran,  de certains Etats du CCG et d’Europe une déstabilisation de l’Algérie ?

7 / Le Hirak, si tant est qu’il soit uni dans ses revendications politiques, a-t-il été infiltré par les partisans algériens  du groupe terroriste Hezbollah   ?

Affaire à suivre

.

Commentaires

commentaires