25 e salon international du livre d’Alger

25 e salon international du livre d’Alger

169
PARTAGER

 Une affluence record

Du 24 mars au 1 avril 2002, plus de 1.300.000 personnes ont visité le 25 é Salon international du livre d’Alger.

Après une absence de deux ans, due à la pandémie du Covid 19, le 25 é Salon  International du livre d’Alger a été à la hauteur des espérancesPlacée sous  le  slogan  “Le  livre, passerelle de mémoire”, l’Italie était l’invité d’honneur de cette édition.

Pour rappel, l’initiative du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, d’exonérer tous les participants à la 25e édition du Salon international du livre d’Alger (Sila) des frais de location des stands, a encouragé les éditeurs à participer en force à ce grand rendez-vous livresque. En effet, la 25 é édition a vu la participation de 1250 exposants de 36 pays étrangers, représentant une hausse de plus de 26 % comparativement à l’année 2019, dont 266 exposants algériens, 324 arabes et 660étrangers

Le Sila en chiffre

Le salon a accueilli plus de 1.300.000 visiteurs, abstraction faite des femmes enceintes et des enfants. En outre, il a été enregistré 100.000 visiteurs au niveau de l’espace virtuel du SILA avec 857.786 de nombres de vus des vidéos sur Facebook  et de 426.447 réactions aux publications sur la page officielle Facebook.  3,412, 933personnes ont reçu
 les publications du Sila  entre la période allant du 25 mars au 31 mars.  La superficie  totale  d’exposition, elle a été de l’ordre de  20.000 mètres carrés sur laquelle 30.000 titres, toutes disciplines confondues ont été exposés.

Concernant le programme culturel et littéraire, celui-ci a été des plus riches et des plus variés. Des auteurs, des écrivains et des intellectuelles se sont relayés pour parler de leur derniéres publications, à l’image de Dahou Ould Kablia, Amel Bouchareb Jalal Barjass, Boutheina El-Issa, Mohamed Lahbib Salmi, Ricardo Nicolaï ou encore  Mahamet-Saleh Haroun.

Dans ce sillage 50 activités culturelles ont  portées  sur l’Histoire et la mémoire, ajoutés à cela  les rencontres thématiques et professionnelles, les journées spécialisées ainsi que les activités organisées en partenariat avec les institutions nationales  tels que le haut commissariat à l’Amzighité,  le ministère de la Culture et des Arts et  la Bibliothèque Nationale.

Lors de la traditionnelle conférence de presse de clôture, le commissaire Mohamed Iguerb, a  noté la  participation  pour la premiére fois de l’ANP et des Archives nationales, ayant constitués une valeur ajoutée à   ce rendez-vous livresque.

Concernant les promotions proposées, elles ont oscillées entre  20% et 50%  et ce, afin de rendre le livre  le plus accessible au  lecteur.

Présente lors de ce point de presse, la directrice de l’Institut Italien d’Alger Antonia Grande a soutenu que le salon international du livre d’Alger reste l’un des plus importants  événements du  monde.  Et que la participation de l’Italie au Sila témoigne  de l’amitié et des excellentes relations bilatérales entre les deux pays. « Le bilan,  a elle souligné, est des plus positifs. Nos invités étaient surpris par la richesse du salon. Nous avons décidé d’augmenter les traductions d’auteurs algériens en langue italienne et de soutenir la traduction sur les deux côtés de la méditerranéen » argue-elle.

Par Nour Maissane

.

 

Commentaires

commentaires