Qu’est-il arrivé à la France ?

Qu’est-il arrivé à la France ?

1056
PARTAGER

Hassina-Hadj-SahraouiLa France a à son tour été visée par des attentats, on se croyait dans un film de James Bond, plus que jamais dans le viseur du terrorisme international. Paris, à son tour dans la terreur, a vécu des heures dramatiques et sombres, voilà que la démocratie et la liberté ont été touchées de plein fouet, du jamais vu ! Ce moment d’histoire collective en France, qui a été placé entièrement sous le signe du rassemblement et de la lutte pour la liberté d’expression, la démocratie et contre le terrorisme, le monde entier en a été solidaire. Et pourtant, d’autres pays avaient bien connu le même phénomène, voire pire encore, comme l’Algérie où le terrorisme, sans relâche, a fait des ravages pendant plus de dix ans. Rappelons-le pour ceux qui « ont oublié ou qui ont la mémoire courte » ! Cette décennie noire et tragique, sur laquelle le monde entier a fermé les yeux et a laissé tomber les démocrates, les journalistes, les artistes, les femmes et les enfants… Aucune chance n’a été donnée aux intellectuels musulmans, ni en Algérie, ni en France. Alors que le fameux slogan des médias français : « Qui tue qui ? » ne cessait d’être présent sur les écrans et dans la presse écrite, on avait estimé à l’époque que ce n’était qu’un problème algéro-algérien, et que tous les Algériens étaient « des terroristes » !

Le reste du monde était totalement absent, en particulier la France qui avait oublié la société civile et les démocrates. Ces derniers étant totalement isolés. L’Algérie restait seule contre tous, mais elle n’a jamais cessé de lutter contre la barbarie et le terrorisme, et ce depuis 1991, grâce à cette armée républicaine et à des femmes qui résistent. Comme le rappelait dans une analyse Jean-François Khan, ancien directeur de Marianne : « On a voulu oublier, mais les premiers résistants qui versèrent leur sang en affrontant la barbarie furent les musulmans. » Quelques pyromanes mettent à mal ce moment d’histoire et, alors que la France est endeuillée, nous voilà encore confrontés à cet amalgame qui n’en finit pas et qui se propage à chaque coin de la rue, proféré par l’éminence que fut le libéralisme et, le pire, certains intellectuels et partis politique français se réveillent et subitement pointent du doigt les musulmans de France. Ces incidents confirment qu’il faudra être perpétuellement attentif à ne pas nous laisser gagner par des colères ou par des rages sélectives. Mais, à la veille du 8-Mars, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser aux combats de toutes ces femmes qui sont les premières à être touchées. Dans toutes ces tragédies et dans ce monde plein d’agitations et de bouillonnements, ce sont d’abord ces femmes que les intégristes kidnappent et séquestrent pour assouvir leurs instincts sexuels– plusieurs d’entre elles ont été mutilées, 223 lycéennes enlevées au Nigeria seront traitées en esclaves, vendues, mariées, et 150 femmes, dont plusieurs étaient enceintes, ont été tuées par le groupe terroriste Daech pour avoir refusé d’épouser des djihadistes. Et ces jeunes femmes françaises, âgées de 14 à 30 ans, qui partent en Syrie… Malgré les dégâts causés par le salafisme, on constate une recrudescence alarmante de cette mouvance en France et en Europe, comme partout dans le monde. Pourquoi ne devrions-nous pas revenir au soufisme qui est la soupape ultime de notre sécurité spirituelle ? La liberté et la démocratie doivent être égales pour tous, sans distinction, pour éviter ces horreurs !

Hassina H.Sahraoui

Commentaires

commentaires