Les jeunes d’aujourd’hui… pourquoi sont-ils de plus en plus violents ?

Les jeunes d’aujourd’hui… pourquoi sont-ils de plus en plus violents ?

37
PARTAGER
Rixe entre deux bandes rivales

Devant la montée de violence chez les jeunes, les adultes se sentent souvent démunis voire dépassés. Punir ? Prévenir? Les passages à tabac et les rixes entre bandes de jeunes, armés de barres de fer, ou de couteaux sont d’année en année de plus en plus présents dans l’espace public. Le nombre de bagarres de rues, (rivalités ou règlements de compte) est en augmentation permanente, ces actes de violence font régulièrement la une de l’actualité en France.

Force est de constater un phénomène inquiétant qui alerte les autorités et les familles, des violences d’une grande cruauté sont l’œuvre de très jeunes adolescents, des agissements dignes de gangsters (adultes) d’époques passées. Les enseignants sont de plus en plus confrontés à la violence (verbale et physique), les professeurs ont du mal à affirmer leur autorité sur leurs élèves. Certains parents qui loin de défendre cette autorité, s’y opposent, et soutiennent aveuglément leurs enfants, sans chercher à comprendre la situation, quand ils ne s’en prennent pas violemment à l’enseignant. Une manière de fuir leur responsabilité et d’éluder le sentiment de culpabilité, et devoir reconnaître une faille dans l’éducation.

Ces parents consciemment ou inconsciemment, au lieu de responsabiliser l’enfant, minimisent les actes de violence, ou pire, maintiennent l’état d’infantilisation. Des conduites agressives à l’école ou au collège, rapportées par les enseignants doivent être prises au sérieux par les parents, de sorte à faire cause commune pour endiguer le problème avant qu’il ne soit trop tard. L’enfant doit sentir un lien solide entre ses parents et les enseignants, une bonne communication entre les deux parties est la base pour une bonne scolarité.

L’éclatement de la cellule familiale (divorce) accentue l’absence d’autorité, profitant de la situation, insidieusement, l’enfant grignote du terrain, pour prendre le pouvoir.

L’exposition à la violence familiale qu’ils soient témoins ou victimes a un impact direct sur le comportement des jeunes adolescents. Il est clair que grandir dans un climat de violence conjugale, est un facteur à risque sur le développement de l’enfant. Les enfants exposés à la violence conjugale, auront tendance à reproduire cette violence. Ils sont de plus en plus jeunes à se rendre coupables où à être victimes, d’incivilité, d’intimidation, de rumeur, de harcèlement, de violence physique et verbale, de tentative de suicide… Un phénomène où tout le monde semble dépassé, parents, école et société. Que ce soit à l’école, à la maison ou dans la rue, la violence pose question, quant aux solutions pour y remédier. La peur des forces de l’ordre quasiment inexistante, aux regards des échauffourées fréquentes, entre les bandes et la police. La facilité d’accès au web, et les nombreux réseaux sociaux, ne facilite pas la lutte contre la violence chez les jeunes. Le Smartphone est devenu une des addictions des plus redoutables… L’effet de désinhibition  de la violence favorisé par le nombre de vidéos au contenu ultra-violent, et du temps consacré à scruter les écrans. Devant l’ampleur de ces violences une prévention adaptée serait la bienvenue. Les parents ont un rôle capital, en offrant un climat serein et rassurant au sein du foyer, réduire l’exposition de leurs enfants à certains films et jeux vidéo violents. Rester vigilant sur les fréquentations, favoriser le dialogue, établir une relation de confiance basée sur une bonne communication, l’écoute et l’échange sont des piliers fondamentaux. Consacrer des moments pour des activités sportives ou ludiques régulièrement.

Pour sa construction un jeune ado à besoin de repères, les parents doivent être attentifs dans sa quête identitaire, éviter l’erreur de le vouloir comme eux… C’est la meilleure manière, de le pousser à chercher ailleurs, des références qui peuvent parfois s’avérer désastreuses. Respect et écoute sont les bases pour une bonne éducation, il est important également de lui apprendre à connaître les limites de sa liberté à ne pas transgresser.

Vanessa Menadi

Commentaires

commentaires