L’Algérie a condamné «le crime ignoble» à Gaza et réaffirme sa position...

L’Algérie a condamné «le crime ignoble» à Gaza et réaffirme sa position sur Jérusalem

1464
PARTAGER

L’Algérie a fermement condamné, le 15 mai, «le crime ignoble» perpétré par l’armée israélienne contre des citoyens palestiniens près de la frontière de la bande de Gaza, réaffirmant son soutien au peuple palestinien jusqu’au rétablissement de ses droits et l’établissement de son État indépendant avec Jérusalem comme capitale.

Dans un message adressé, le 15 mai, à son homologue palestinien, Mahmoud Abbas, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika a fermement condamné «le crime ignoble» commis par l’armée israélienne contre des civils palestiniens à la frontière de la bande de Gaza, en réaffirmant la position de principe de l’Algérie de soutien à la cause palestinienne.

«C’est avec une profonde tristesse et indignation que j’ai appris que plus de 50 Palestiniens sont tombés en martyrs et plus de 1700 autres ont été blessés sous les balles des forces d’occupation israéliennes, lors d’affrontements sanglants à la frontière de la Bande de Gaza, où l’occupation israélienne continue à sévir contre les civils palestiniens, faisant fi des lois, chartes et conventions internationales des droits de l’Homme et du droit international humanitaire», a affirmé le président Bouteflika.

«Suite à ce crime ignoble qui a endeuillé les Musulmans et le monde entier et que nous condamnons vigoureusement, je vous réitère le soutien de l’Algérie et sa solidarité avec vous en cette dure épreuve ainsi que son appui au peuple palestinien frère dans sa lutte contre la barbarie israélienne», a poursuivi le chef de l’État algérien, en dénonçant «la dégradation de la situation en raison de l’obstination israélienne et son désengagement du processus de paix, bravant la communauté internationale».

En conclusion M.Bouteflika a réaffirmé la position «ferme et constante» de l’Algérie en faveur de la cause du peuple palestinien jusqu’au recouvrement de «ses droits nationaux spoliés» et l’édification de son État indépendant avec «Jérusalem pour capitale sur les frontières de 1967».

En décembre 2017, Donald Trump a rompu avec ses prédécesseurs en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’État hébreu. Ce 14 mai, l’ambassade américaine a déménagé de Tel Aviv à Jérusalem. Dans la foulée des États-Unis, plusieurs pays d’Amérique latine ont annoncé eux aussi le transfert de leurs missions diplomatiques.

Le transfert de l’ambassade des États-Unis était prévu pour le 14 mai afin de coïncider avec le 70e anniversaire de la création de l’État d’Israël.

Des dizaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza ont manifesté lundi à la frontière contre l’inauguration à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël. De violents heurts ont éclaté dans la matinée et se sont poursuivis dans l’après-midi le long de la frontière avec Israël.

Selon le dernier bilan disponible, 61 Palestiniens ont été tués et plus de 2.700 autres blessés par des soldats israéliens.

 

Commentaires

commentaires