INVESTIR EN ALGÉRIE : C’EST LE BON MOMENT

INVESTIR EN ALGÉRIE : C’EST LE BON MOMENT

52
PARTAGER

Que ce soit pour l’investissement immobilier ou pour la création d’entreprise en Algérie, les nouvelles mesures à destination de la diaspora algérienne, tellement attendues et promises, sont enfin là. Et pour les expliquer en détails pas moins de deux ministres accompagnés d’une importante délégation représentants les organismes concernés ont parcouru les principales villes françaises, Lille, Lyon et Marseille. Le coup d’envoi a été donné le 27 avril à Paris à l’ambassade d’Algérie.

Pour ce qui concerne le programme LPP (Logement Promotionnel Public) M.  Abdelhamid Temmar ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, devant un parterre de compatriotes curieux et attentifs en a présenté les grands principes qui se veulent simples :

–          Quota de 2247 logements réservés à la communauté dans un premier temps.

–          36 Sites repartie sur 24 wilayas, Alger compris.

–          Pré-inscription sur internet www.enpilpp.dz (déjà 16000 préinscription)

–          Prix plus ou moins fixes quel que soit la localisation 

(F3 de 80M2 à 58730€, F4 de 100M2 à 73426€, F5 de 120M2 à 88111€)

–          Paiement possible en cinq tranches

–          Possibilité de financement par les banques algériennes, (Le CPA notamment).

Tour à tour dans une ambiance détendue, les intervenants ont su à la fois rassurer et intéresser l’auditoire. M. Abdelkader Mesdoua Ambassadeur d’Algérie en France, Omar Boudiab PDG du CPA, Mesbah Rabehi PDG de l’ENPI, Rachid Berdane président de la Chambre nationale des notaires se sont ensuite prêtés aux questions réponses. Le taux d’avancement des programmes, la convertibilité du dinar ou l’éligibilité ont été abordé.

Au-delà du  programme LPP ou du mythe de la maison pour les vacances ou pour ses vieux jours au pays, Il est clair que l’investissement immobilier en Algérie se veut rentable sur le moyen et long terme, certainement plus rentable qu’en France. Et peut-être mieux que le Portugal, l’Espagne ou le Maroc qui ont le vent en poupe.Ce qu’il faut voir ici c’est que le cadre commercial et légal a été posé. Acheter un bien immobilier en Algérie pour la diaspora n’est plus une aventure hasardeuse. Nous en voulons pour exemple le « Salon Algérie » qui s’est tenu à Marseille le 4, 5 et 6 mai où bon nombre de promoteurs algériens étaient présents ou encore le site www.algerie.maison qui se veut le portail de l’immobilier neuf algérien à destination des nationaux résidant à l’étranger.

Concernant l’investissement entrepreneurial, le ministre du travail M. Mourad Zemali, a indiqué que dorénavant un porteur de projet d’origine algérienne bénéficie des mêmes avantages qu’un créateur d’entreprise national. Exit donc le 51/49 et bonjour les avantages ANDI et les divers financements. Lever ces barrières souvent ressenties comme un sentiment de discrimination par nos entrepreneurs binationaux, permettra de poursuivre sa réussite professionnelle en Algérie, sans nécessairement couper les ponts avec le vieux continent.

Lors de cette réunion deux jeunes entrepreneurs ont exposé leur retour d’expérience algérienne. Leur Implication, leur persévérance et leur succès a été salué et doit susciter des vocations.

Certaines mauvaises langues diront que toutes ces mesures ont des relents de campagne pré-électorale. Mais pour l’Algérie c’est avant tout une voie pour attirer des capitaux financiers et humains. Pour les « émigrés » c’est un moyen de pénétrer un marché en plein boum. Ce qui est sûr c’est qu’une nouvelle dynamique gagnant-gagnant se met en place à la fois dans l’immobilier et dans le projet professionnel. Alors un conseil : foncez et investissez en Algérie, c’est le bon moment.

Commentaires

commentaires

PARTAGER
Article précédentNuméro 35
Article suivantNuméro 36