Dossier AFRIPOL : Le General-Major Abdelghani Hamel est-il l’homme de la situation...

Dossier AFRIPOL : Le General-Major Abdelghani Hamel est-il l’homme de la situation ?

287
PARTAGER
Le Directeur Général de la DGSN Abdelghani Hamel a été désigné president de l'Afripol le 15 mai dernier à Alger.

Depuis sa nomination à la tête de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), le générale major Abdelghani Hamel a fait preuve d’un savoir-faire et d’un professionnalisme unanimement reconnus. Il s’est en effet distingué par la modernisation de la police Algérienne, devenue non seulement un maillon fort pour le maintien de l’ordre au niveau national, mais aussi une institution pionnière dans le monde arabe et en Afrique, notamment à la faveur de l’institution de l’Afripol. 

Jusque-là, il a été à la hauteur de sa mission en mettant de l’ordre dans l’institution sensible qu’est la Police nationale, à fortiori dans une société dominée par la prisme sécuritaire. Le général Hamel a également su imposer le respect et la reconnaissance d’une très grande majorité de la corporation et ce après avoir subtilement géré une grève suivie par une manifestation de policiers en octobre 2014.

Et même si les défis auxquels est confronté cet instrument de maintien de l’ordre restent majeurs, car la société et ses fléaux sont en perpétuelle mutation, l’institution s’applique et fait ses preuves jour après jour en mettant notamment en œuvre des outils numériques de communication et de proximité.  Elle assure aussi une couverture de plus de 80 % de présence sur le territoire national tout corps confondus. Par Ailleurs, si les chiffres avancés par la DGSN sur la saisie de drogue et de stupéfiant sont alarmants, il n’en demeure pas moins qu’ils illustrent l’ampleur du travail accompli par les forces compétentes.

Si bien que le Directeur Général de la sûreté nationale (DGSN) a, dans sa démarche internationale, choisi d’exporter le savoir faire de la police nationale en matière de lutte contre la criminalité, de lutte contre le banditisme et du trafic de stupéfiants.

Leadership en Afrique 

La stratégie de Hamel est également axée sur la coopération internationale. En effet, La signature d’accords et de partenariats entre la Direction de la sûreté nationale algérienne et ses homologues, notamment les Directions de sûretés africaines, est une preuve de la victoire de l’Algérie qui se fait, doucement mais surement, une place dans la sphère internationale. Le dernier pays à avoir reconnu l’expérience Algérienne en matière de sécurité est l’Ouganda. Ceci s’est traduit par la signature d’un accord fin juillet à Alger comprenant la formation des policiers ougandais par des cadres de la police algérienne. A noter que d’autres accords similaires avaient été signés entre l’Algérie et d’autres pays dont des pays de l’Union Européenne (UE).

AFRIPOL une solution africaine pour régler les problèmes africains .

New York le 05 juin 2016. Le général-major Hamel demande d’intégrer Afripol dans les plans de coopération de l’ONU

La création de la police africaine » AFRIPOL » qui a eu un écho et un accueil positif au sein de  l’Union Africaine (UA) et de ses Etats membres, a été un succès retentissant à mettre à l’actif du DG de la DGSN. La police Algérienne est devenue effectivement un modèle pour toutes les polices continentales. En outre, la  passion du Général Hamel pour sa mission l’a conduit ,en mai dernier au siège des Nations Unies afin d’exposer les orientations du pays en matière de lutte contre la criminalité, de lutte contre de radicalisation et la nécessité d’intégrer l’AFRIPOL dans les actions de coopération de l’ONU.

Ainsi, lors de son allocution prononcée au cours du sommet des chefs de police à New York, M. Hamel a demandé au Secrétaire général de l’ONU « d’intégrer AFRIPOL dans ses plans et actions futures de coopération internationale. M. Hamel qui n’a pas manqué d’exposer les grandes lignes de la proposition algérienne relative à la réorganisation de la police des Nations unies (Unpol), a souligné « qu’Afripol est un nouvel instrument de coopération régionale pour un continent africain qui reste confronté à de multiples facteurs de déstabilisation contre lesquels nous luttons ensemble». Il a estimé que  ces menaces exigent des réponses globales, réfléchies et concertées» entre les Etats membres de l’ONU.

Présent sur tous les plans et œuvrant pour la promotion du travail laborieux qu’effectuent tous les jours les hommes en Bleu,le général sort du lot et se distingue par son indéfectible patriotisme.

                                                      Par Soundousse BRAHIMI 

Biographie express :

Abdelghani Hamel est née à Sabra wilaya de Tlemcen le 3 juillet 1955. Après l’obtention d’un diplôme en informatique suivi par un magistère en études stratégiques et relations internationales, il suivit plusieurs formations militaires dont le cours d’état-major et le cours supérieur de guerre en Égypte.

Abdelghani Hamel a fait une carrière de 37 ans dans l’ANP, dans le corps de la Gendarmerie nationale où il occupe d’importants postes. Tout d’abord chef d’état-major du 6commandement régional de la Gendarmerie nationale de Tamanrasset, il a été chef de la division de la Sécurité publique du commandement de la Gendarmerie nationale à Alger. En 2004-2005, il a occupé le poste de commandant régional de la Gendarmerie nationale à Oran. Et à été pendant trois ans à la tête du groupement des gardes-frontières (GGF).

En 2008, le président Abdelaziz Bouteflika le nomme chef de la Garde républicaine, poste qu’il occupe de 2008 à 2010, année où il est également promu général-major.

Le 7 juillet 2010, il est nommé chef de la police (DGSN) par le président Bouteflika, succédant ainsi au colonel Ali Tounsi.

Abdelghani Hamel a effectué plusieurs réformes, notamment au niveau de la professionnalisation du métier de gardien de la paix mais également par le biais de plusieurs actions ayant pour but de rétablir la proximité et le lien entre les forces de l’ordre et le citoyen algérien.

 

 

 

Commentaires

commentaires