Djamila Zeraoui : « Nous voulons mettre en valeur ce qu’il y...

Djamila Zeraoui : « Nous voulons mettre en valeur ce qu’il y a de meilleur chez les Algériens de France »

2083
PARTAGER
Djamila Zeraoui est très impliquée dans la mise en réseau des Maghrébins de France.

Fondatrice du réseau Select Maghreb, Djamila Zeraoui s’est spécialisée depuis plusieurs années dans la mise en relation des Maghrébins de France, autant dans le domaine professionnel, culturel que sentimental. A l’occasion de la cinquième édition de la soirée «Algériens de France», qui aura lieu le 10 mars prochain à Paris, elle a accepté de répondre à nos questions afin de nous expliquer le sens de sa démarche.

Salama : Pouvez-vous nous exposer les objectifs de l’initiative «Algériens de France» ?

Djamila Zeraoui : Cet événement existe depuis quatre ans. L’idée est de mettre en relation, le temps d’une soirée, des talents issus de la communauté franco-algérienne en les faisant participer à une table ronde assez intime. Ils pourront ainsi raconter leurs parcours et partager leurs expériences. Après les débats, il y aura une deuxième partie Networking où les invités pourront discuter et échanger leurs cartes de visite avec des profils qui leur correspondent. C’est donc un événement basé sur le dialogue et l’échange. Cela permet également à ces talents de se faire connaitre afin d’être éventuellement sollicités par d’autres médias. Il y donc une volonté de mettre en avant ce qu’il y a de meilleur chez les Algériens de France en valorisant les plus brillants de ses éléments

Revendiquez-vous l’approche communautaire de cet événement ?

Totalement ! J’ai commencé à travailler dans l’événementiel en organisant de soirées de rencontres dédiées aux personnes d’origine maghrébine. Il n’y avait pas de thématique business dans les événements que j’organisais. C’est d’ailleurs un reproche qui m’avait été adressé. Beaucoup de gens de la communauté qui participaient à mes After-works voulaient également se réunir pour se constituer un réseau professionnel. D’où l’idée de la soirée Talents d’Algérie. C’est donc un prolongement naturel des événements communautaires que j’avais mené par le passé.

Assumez-vous la également la dimension quelque peu élitiste ?

Oui, complètement. J’attire les personnes qui sont intéressées par la thématique et qui veulent se mettre en relation. C’est assez élitiste dans le sens où ils rencontrent des profils de cadres supérieurs qui leur correspondent et avec lesquels ils peuvent éventuellement collaborer. Il y des échanges de bons procédés, de business, de contacts….On vient pour se constituer un réseau. J’ai d’ailleurs élargi l’initiative au grand Maghreb avec des soirées consacrées aux talents Marocains et Tunisiens.

Quelles sont vos sources de financement ?

Tout est financé par du sponsoring. C’est les entreprises partenaires qui font vivre cet événement. Nous ne sommes pas une association, nous ne bénéficions donc d’aucune subvention publique.

Quels seront les principaux invités de la prochaine soirée qui aura lieu le 10 mars prochain ?

Ils sont nombreux ! Mais parmi les plus connus, je citerai l’acteur Zinedine Soualem, qui a une très belle filmographie. Il y aura également le journaliste sportif Nabil Djellit, ainsi que plusieurs scientifiques comme Merouan Debbah, qui est directeur du centre de recherche Huawai en France; la chimiste Lydia Benkaidali qui a été couronnée par la fondation L’Oréal pour ses travaux de recherche. Du côté des responsables politiques, Hayette Hamidi, secrétaire générale Les Républicains sera présente. Au niveau des artistes enfin, la chanteuse Samira Brahmia qui a notamment participé au spectacle Barbes Café, nous honorera elle aussi de sa présence.

Propos recueillis par Samir HAMMA

Commentaires

commentaires