Constat et vision

Constat et vision

852
PARTAGER

Hadj Sahraoui HassinaLorsqu’il s’agit des changements climatiques, le monde finit par les accepter car il sont communs à tous. Les visions environnementales à la conférence courant novembre (Cop 21) sont essentielles, plus encourageantes que celles de Copenhague (Cop 15), en 2009,où les désaccords se sont ressentis jusqu’à maintenant. Quand on pense que sur la rive Sud de la mer Méditerranée la destruction des stocks de pesticides interdits est encore loin d’être acquise ! Notamment au Maroc, où 8 tonnes de ces derniers seraient toujours stockées actuellement et où des soupçons pèsent quant à leur utilisation clandestine.L’Algérie a aussi été pointée du doigt par le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST)par sa position de principal producteur d’hydrocarbures sur le pourtour méditerranéen. Des boues toxiques proviendraient des raffineries, qui seraient concentrées dans les sédiments portuaires. Lorsque ces résidus ne se retrouvent pas stockés à ciel ouvert avec les ordures ménagères, ils sont évacués rapidement.
La situation de la biodiversité en mer Méditerranée est particulièrement préoccupante. Dans un rapport publié en mai dernier, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a indiqué que plus de 40 espèces de poissons sont menacées de disparition. La mer Méditerranée est un espace physique très fragmenté. C’est aussi une zone frontière entre deux mondes dont les différences politiques, culturelles et économiques sont très marquées. On doit garder à l’esprit ces deux types de réalités lorsqu’on examine les pollutions dans leBassin méditerranéenet les perspectives d’y apporter un remède, puisque plus de 80 % de la pollution maritime proviennent des terres.Un urbanisme littoral démesuré au regard des besoins des populations résidentes. L’agriculture est une source de pollution chimique du fait du stockage incontrôlé de pesticides interdits (polluants organiques persistants) depuis des décennies.La pêche s’effectue souvent sur les zones où les biotopes sont les plus riches. Le chalutage en détruit les fonds qui sont souvent des zones de frayères. La surpêche du thon déséquilibre la chaîne alimentaire et pourrait être une des causes de la recrudescence actuelle des méduses. La Méditerranée est victime de tous les types de pollutions industrielles.
Des politiques de coopération ont été, peu à peu, mises en œuvre depuis trente ans. Mais un des paradoxes de cette gouvernance commune est que, au fil des temps, les échelons de coopération se sont amoncelés sans que cette profusion d’interventions renforce réellement les réponses communes à la progression de la pollution.La conférence des Nations unies sur des changements climatiques à Paris (Cop21) s’inscrit dans une dynamique pour que toutes les instances gouvernementales ratifient une seconde fois les accords passés et décident dans l’urgence des priorités à mettre en œuvre pour assurer,à long terme, une nouvelle économie énergétique, propre pour un monde meilleur et prospère.

Commentaires

commentaires