Concours « Poésie en Liberté » : sublimer la Francophonie

Concours « Poésie en Liberté » : sublimer la Francophonie

339
PARTAGER
Le jury désigne les lauréats et décide des textes publiés dans l'anthologie

Le concours international « Poésie en liberté » contribue depuis 18 ans à une belle ambition : faire rayonner la langue française dans les quatre coins du globe. Jean-Marc Muller, son président-fondateur, nous explique dans cette tribune l’intérêt de cette initiative, notamment pour la jeunesse algérienne.

L’Algérie, terre d’espoir et d’excellence peut user de la langue française pour reconquérir une partie de son ancienne place et de son ancien prestige, sous réserve de concourir à sa vitalité et à sa présence effective sur les différents continents. Et ceci est un enjeu immédiat et capital. Mobiliser les jeunes élites en formation, les entraîner dans des actions couronnées par la reconnaissance des forces culturelles et économiques du pays est devenu une ambition d’une urgence absolue.

Le concours international « Poésie en liberté » contribue depuis 18 ans à cette ambition : plus de cent mille jeunes de 15 à 25 ans en provenance de 150 pays francophones et non francophones, y ont déjà participé.

Son succès repose sur un réseau de centaines de professeurs, documentalistes et écrivains dans de nombreux pays (entre 60 et 80 pays par an).

L’objectif est de faire lire et d’écrire de la poésie française, de faire connaître les poètes d’hier et d’aujourd’hui.

La poésie est le genre littéraire le plus proche de la jeunesse : son module facilite un large accès aux lycéens et étudiants. Il est un moyen d’expression universellement répandu.

L’association « Poésie en liberté » trouve en terre d’Algérie de nombreuses personnalités qui œuvrent  pour la promotion de ce projet empreint  de sensibilité et de dynamisme.

Mme Lynda Bachir apporte à Bejaia cette fraicheur et cette sensibilité assorties par le soleil du Maghreb dont elle fera bénéficier bientôt notre association parisienne. Peu de chefs d’Etat, de responsables politiques et économiques ont entretenu un lien personnel et discret avec cette forme de littérature. On peut s’y attacher très jeune et par la suite passer à autre chose.

Toute civilisation a un grand poème qui sommeille en elle. La poésie cultive la beauté, « le luxe, le calme, la volupté », pour ne citer que l’un de nos grands poètes.

Les capitaines d’industrie, les hommes d’action peuvent en cultiver l’infini délice et la grande utilité. Ils peuvent aussi contribuer comme ils le désirent à l’influence de la langue française et de ses poètes.

La poésie est un art, un art du langage, une façon de « sculpter » les phrases et les mots pour leur faire dire plus qu’habituellement. Par la richesse des images poétiques, l’artiste donne à voir sa propre vision du monde.

Jean-Marc Muller, Président fondateur du concours.

Palmarès du concours 2016

Lycées de France

Niveau Seconde

PREMIER PRIX

Fanny Guillot Salomon, Lycée Le Caousou, Toulouse (31)

DEUXIEME PRIX

Dimitri Milosavljevic, Institution Saint Joseph Carnolès, Roquebrune-Cap-Martin (61)

TROISIEME PRIX

Estelle Dellaroli, Lycée Jean Monnet, Vitrolles (13)

PRIX du PARCOURS PERSONNALISE de SCOLARISATION

Louise Girard, Georges Heuyer, Paris (75)

Niveau Première

PREMIER PRIX

Carole Bessac, Lycée Edouard Herriot, Lyon (69)

DEUXIEME PRIX

Anik Zingariello, Lycée Pascal, Paris (75)

TROISIEME PRIX

Clara Gervaise-Volaire, Lycée Jean Jaurès, St Clément de Rivière (34)

PRIX du PARCOURS PERSONNALISE de SCOLARISATION

Sylvain Huart, Legta Montardon , Montardon (64)

Les poèmes sont publiés aux Editions Doucey : http://www.editions-brunodoucey.com/poesie-en-liberte-2016

Commentaires

commentaires